COMPROMIS

AFP/Getty Images

Règlement du conflit étudiant: ma proposition

Au-delà du tintamarre légitime en protestation à la Loi 78 qui visiblement ne règle absolument rien, il importe de retourner le plus rapidement possible au débat initial au cœur du conflit. J'irai tout simplement, et directement au fait avec l'ébauche d'une proposition qui me semble juste et équitable sans même devoir sombrer dans le compromis.
CP

Un compromis sur la hausse?

Le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) estime que les étudiants sont prêts à faire un compromis lors de la prochaine ronde de négociations avec le gouvernement de Jean Cha...
PC

Une solution honorable

La solution simple que je propose est la suivante. Le gouvernement accepterait de répartir la hausse prévue sur six ans, au lieu de cinq, et celle de la première année serait coupée de moitié. Le manque à gagner des universités serait compensé par une augmentation équivalente du financement public. Les modifications annoncées au régime de prêts et bourses seraient mises en place. L'opportunité d'établir une commission de surveillance des finances universitaires ferait l'objet de discussions ultérieures.