CÉRIUM

PC

L'affaire Lisée! The Lisée thing!

Un scandale si gros s'est récemment produit qu'il méritait la première page du Journal de Montréal (le même journal qui avait pourtant « oublié » une manifestation d'environ 300 000 personnes à Montréal lors du jour de la Terre). Le scandale en question? Un ministre recevrait deux salaires. Deux salaires puisés à même les poches des contribuables. La Commission Charbonneau semble soudainement insignifiante à côté de "L'Affaire Lisée"!
Capture d'écran

Que faire lorsqu'on est un privilégié de gauche?

Il n'y a de secret pour personne: j'ai eu une carrière professionnelle intense, j'ai négocié des contrats avec mes employeurs, j'ai écrit et publié des livres, j'en ai vendu un bon nombre et, n'étant pas très dépensier, j'ai accumulé de l'épargne. Avoir eu un père entrepreneur, l'avoir vu négocier sans arrêt a dû, à la longue, avoir un peu d'impact sur moi. Je reçois donc, maintenant, une partie du salaire que je m'étais négocié pendant mes 8 ans et demi au CÉRIUM.

Le départ

Je vous annonce aujourd'hui qu'après huit ans à la direction exécutive, il est temps que le CÉRIUM, comme ne l'aurait pas dit Voltaire, marche de ses propres ailes. J'ai eu un plaisir immense à travailler avec vous tous et à inventer, au sein de la grande dame parfois un peu rétive qu'est l'Université de Montréal, un centre de recherche qui serait à la fois scientifique et pédagogique, fédérateur et innovateur, un centre dont les portes seraient tournées vers les chercheurs et les étudiants mais dont les fenêtres seraient grandes ouvertes à la société civile. Lorsqu'on m'a choisi pour participer à cette tâche, on voulait que je mette ma notoriété au service d'un CÉRIUM qui n'existait pas. J'ai tenté de faire au mieux.