CANCER DU CERVEAU

STEEX via Getty Images

Le souffle des mourants

À chaque inspiration, il s'échappait de sa bouche grande ouverte, un râlement à donner froid dans le dos. Simultanément, sa cage thoracique se soulevait très haut, comme s'il manquait d'air... Le lendemain matin, le lit était vide. L'homme de la chambre 524 était mort au cours de la nuit. Seul.