Campagne Presidentielle

Courtesy of David Lynch Foundation

Spots de campagne de Romney et Obama: l'analyse d'un réalisateur

Je m'appelle David Lynch. Beaucoup d'entre vous pensent probablement que je suis encore de ces cinglés sortis d'Hollywood et que je ferais mieux de m'occuper de mes films et de ne pas donner mes opinions politiques. Mais je suis quand même un Américain. Le Huffington Post m'a demandé de regarder deux publicités politiques. L'une, faite par l'équipe du Président Obama, s'appelle "Romney chante" ; l'autre, par l'équipe de Romney, s'appelle "une bosse sur la route". La politique a divisé notre pays. Nous ne sommes plus les Etats-Unis d'Amérique, mais les Etats-Divisés d'Amérique. Pour moi, les démocrates et les républicains ne sont plus que deux stupides équipes de football ne cessant de se battre.
Mark Taylor via Flickr

Si Romney gagne, ce sera la grande inconnue

Fin de la guerre en Irak, George W. Bush et Dick Cheney sont intronisés parias nationaux. Les États-Unis ont bien changé en quatre ans. Que reste-t-il du courant néoconservateur qui prit les rênes après le 11-Septembre? La devise "nous créons notre propre réalité" imaginée par le conseiller de Bush, Karl Rove, a-t-elle de l'avenir après un mandat où Obama a voulu un monde multilatéral?
AP

Est-ce le manque de sommeil qui coule Romney?

Nous sommes peut-être un pays politiquement divisé mais je pense qu'on peut s'accorder sur une chose : la campagne de Mitt Romney est en train de foirer. Qu'est-ce qui explique les difficultés de Romney? Son équipe de campagne est composée de nombreux professionnels chevronnés. Et ce n'est certainement pas un problème d'argent. Si ce n'est ni une question d'argent, de circonstances externes, ou de talent, ça doit venir de mauvaises décisions. Et j'ai ma théorie là-dessus. Mais regardons d'abord les erreurs de la campagne de Romney.
Getty Images

Comment Newt Gingrich pourrait défaire Barack Obama

Oui, vous avez bien lu : Newt Gingrich. Depuis le début de cette campagne, il me paraît assez évident que le candidat Mitt Romney ne peut pas, à lui seul, défaire le Président Obama. Pour ce quatrième épisode de la série « Les républicains qui pourrait défaire Obama », mon choix risque toutefois de faire des incrédules.
AFP

Le Globe and Mail vote pour Sarko

Le grand quotidien canadien The Globe and Mail, libéral et proche des milieux d'affaires, a soutenu mercredi Nicolas Sarkozy à la présidentielle française dans un éditorial sans équivoque titré "Vive...
Getty Images

Retrait de Rick Santorum. Et maintenant?

 Au-delà des considérations partisanes, la lutte entre Romney et Santorum a démontré que le parti républicain est un parti dynamique au sein duquel on débat sur des idées, sur de grandes orientations politiques et sur un mode de gouvernance. Que des candidatures aussi différentes que celles des deux principaux protagonistes puissent avoir eu du succès au sein d'un même parti témoignent de l'ouverture de cette formation politique et de la variété des points de vue qui peuvent y être exprimés.
AP

Le «Super Mardi»: une soirée modeste

Le « Super Mardi », jour où les électeurs républicains se prononçaient dans 10 États pour désigner leur aspirant favori à la Maison-Blanche, a fait beaucoup parler. Certains y voyaient un test crucial pour la candidature de Mitt Romney; d'autres, au contraire, prévoyaient un couronnement possible pour l'ex-gouverneur du Massachusetts s'il devait bien performer. Dans les faits, les résultats observés mardi soir envoient plutôt le message suivant: rien n'a vraiment changé.