Blogue Cinéma

AP

<em>Amour,</em> un film du réalisateur Michael Haneke

« Mourir, cela n'est rien ! Mais vieillir ! Oh, vieillir !... » chantait Jacques Brel. En allant voir Amour, je savais que j'allais vivre une expérience puissante. D'abord, parce que j'aime passionnément le cinéma de ce réalisateur autrichien, et parce que la fin de la vie est un thème qui m'obsède. J'ai l'âge de ces deux personnages, Georges (Jean-Louis Trintignant) et Anne (Emmanuelle Riva). C'est un couple d'octogénaires, des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite.

<em>Ombline</em>, le premier long-métrage de Stéphane Cazes, est une révélation!

Stéphane Cazes est né en 1983 dans le sud-ouest de la France. Cinéphile passionné, il étudie dans une école de cinéma et, à 18 ans, il entreprend l'écriture d'un scénario sur le lien entre la mère et son enfant. Pourquoi ce sujet? Il l'ignore. En faisant sa recherche, il apprend que depuis 1946, en France, il existe une loi permettant aux femmes emprisonnées de garder avec elles leur enfant né en prison, pour une période de trois ans.
AFP

En Hommage à Claude Miller, <em>Thérèse Desqueyroux</em>, pour toujours

Dans les Landes, on arrange les mariages pour allier les familles et réunir les terrains. Thérèse Larroque devient ainsi madame Desqueyroux. Mais cette jeune femme aux idées avant-gardistes (nous sommes en 1928) ne respecte pas les conventions bien ancrées dans sa région. Pour se libérer du destin qu'on lui a imposé, elle tentera tout pour sortir d'Argelouse, la maison familiale.
Shutterstock.com

Blogue cinéma: Ozon le magnifique

Au lycée Gustave-Flaubert, c'est la rentrée des classes; dans la cour de l'école, c'est la révolution. Le directeur de cet établissement a décidé, au nom de l'équité démocratique, que tous les élèves porteraient le même uniforme. Cette décision laisse le professeur de français de glace.
Shutterstock.com

Blogue cinéma: Ozon le magnifique

Au lycée Gustave-Flaubert, c'est la rentrée des classes; dans la cour de l'école, c'est la révolution. Le directeur de cet établissement a décidé, au nom de l'équité démocratique, que tous les élèves porteraient le même uniforme. Cette décision laisse le professeur de français de glace.
AFP

<em>Bienvenue parmi nous</em> de Jean Becker

C'est vrai que le titre est ringuard, qu'il y a des clichés, du déjà-vu -- la pulpeuse adolescente qui ressemble à Adjani et le vieux caractériel, toujours de mauvaise humeur. Moi je m'en fous, le film a du charme un peu désuet, mais les acteurs sont justes, le paysage des Charente-Maritime joliment filmé.
AFP

Blogue cinéma: une critique du film <em>Inch'Allah</em>

Anaïs, la réalisatrice ne maîtrise pas son sujet, même si habilement, autant par le choix des acteurs et actrices, l'atmosphère du pays ravagé par la guerre, et sa connaissance de la Palestine, j'ai le sentiment qu'elle me balade dans un univers dont je n'ai pas les codes. Parfois, un mot, une phrase que je ne comprends pas obscurcit le sens du propos.

Blogue Cinéma: "Faust", d'Alexandre Sokurov

Librement inspiré de l'histoire de Goethe, Alexandre Sokurov réinterprète radicalement le mythe. Faust est un penseur, un rebelle et un pionnier, mais aussi un homme anonyme fait de chair et de sang conduit par la luxure, la cupidité et les impulsions.
Alamy

Hommage à Léolo, un film de Jean-Claude Lauzon

Je n'avais pas revu Léolo depuis ce mois de mai 1992 à Cannes où le film était présenté en compétition. Je suis contente que ma famille soit encore vivante pour revoir ce chef-d'œuvre que nous avons tous frôlé durant sa conception. Retrouver l'innocence et la douleur de cet enfant qu'était Jean Claude Lauzon, ce film est le testament d'un rêveur qui refusait la misère et la folie.