BANLIEUES

JACQUES DEMARTHON / AFP

Les désintégré(e)s

Ce que nous voyons depuis Montréal, Brooklyn, Londres, Chicago ou d'autres ailleurs exotiques où se sont réfugiés d'autres désintegré(e)s, c'est l'échec d'une vision républicaine qui se voulait plus grande et pleine de vœux pieux qu'elle ne l'est dans sa cruelle réalité historique.
CP

PQ minoritaire et promotion de la langue française

Il est bien regrettable que des quartiers montréalais autrefois francophones se soient transformés aussi rapidement. Non pas qu'il faille déplorer l'apparition de la multiethnicité dans plusieurs secteurs de la ville. C'est là, au contraire, un enrichissement. Le grand mal, c'est plutôt l'exode massif des francophones vers les banlieues. Comment voulez-vous que les immigrants s'intègrent à la majorité si cette majorité n'est plus visible autour d'eux?