Bachand

PC

Raymond Bachand devient lobbyiste

Après Bombardier, c'est au tour d'une firme désireuse de développer des ballons dirigeables destinés au transport de charges lourdes et surdimensionnées d'embaucher l'ex-ministre libéral des Finances...
PC

Un départ embêtant pour le PLQ

Raymond Bachand a choisi le bonheur. Son départ de la vie politique est très embêtant pour le Parti libéral du Québec qui perd son porte-parole le plus crédible et le plus redouté en matière d'économie.
CP

Cher Monsieur Bachand

Alors que le Québec a subi, au mois de mars des records de chaleur inégalés, alors que l'Europe souffre d'une sécheresse précoce pour la saison, alors que la saison des ouragans aux États-Unis fut encore destructive, alors que l'Afrique meurt toujours, vous voulez transformer le nord du Québec en une usine polluante à ciel ouvert, vous voulez transformer le paysage québécois en une vaste autoroute remplie de camions pour soutirer jusqu'à la dernière goutte de pétrole, jusqu'à la dernière molécule de gaz, tout cela au profit des compagnies privées et des banques.Nous disons non, Monsieur Bachand.
CP

Budget 2012-2013: en avoir le coeur net

Monsieur le ministre Bachand, La semaine prochaine, vous déposerez votre budget du Québec 2012-2013. Pour nous, et pour tout le Québec, ce sera l'occasion d'être fixés sur la portée du travail de la ministre responsable de la lutte à la pauvreté, Julie Boulet. Dans votre document de consultations prébudgétaires 2012-2013, vous dites que le gouvernement doit poursuivre son action en ce qui a trait «à la réduction de la pauvreté, particulièrement chez les personnes vivant seules».
AP

Si j'étais Grec...

On entend peu parler de la Grèce au Québec. Il est vrai que Star Académie a repris du service, que le Canadien joue avec nos nerfs et que le printemps hâtif annonce plutôt le retour du barbecue que l'avènement d'une nouvelle révolution tranquille. On aurait pourtant, il me semble, encore beaucoup de choses à apprendre de ce berceau de notre civilisation. Ne fusse que pour ne pas nous retrouver nous aussi à la merci des créanciers d'un emprunt qui ne nous a jamais profité.