AVENIR DU QUÉBEC

TommL via Getty Images

Une approche nouvelle et mobilisatrice pour le pays

Depuis l'électrochoc du 7 avril 2014, je me suis questionné et j'ai discuté de nos erreurs, de nos réussites et des leçons à en tirer pour la suite. J'en suis venu à la conclusion qu'un changement de cap s'imposait au Parti québécois. Le temps est venu pour le PQ de renouer avec l'audace et de proposer une approche nouvelle. Une approche mobilisatrice, bien de son époque.
PC

Ce souverainisme qui n'ose pas - Nic Payne

Presque sept ans après son arrivée en poste, la direction actuelle du Parti québécois annonçait mercredi une toute première (et timide) mesure qui pourrait éventuellement s'avérer vaguement indépendantiste: un livre blanc sur «l'avenir du Québec»...
PC

Le mauvais sommet!

Le sommet sur l'enseignement supérieur qui se tiendra dans quelques jours part possiblement une belle intention, mais ce n'est pas ce sommet que l'on devrait tenir, mais plutôt celui sur l'avenir du Québec. Tant que le Québec n'aura pas de plan sur le type de société dans laquelle nous souhaitons vivre dans 15 ou 25 ans, tout sommet qu'il soit et peu importe le parti politique qui le portera sera voué à l'échec.
Capture d'ecran

Que les casseroles résonnent

Le tintamarre des casseroles a visiblement assourdi quelques-uns de mes compagnons de guerre, qui avant aujourd'hui, plaçaient l'indépendance avant tout, y compris dans l'urne. Aujourd'hui, notre chemin se sépare, moi chez Option nationale, eux au Parti québécois. Je vous comprends. C'est déchirant. Mais si je vous résume la situation: il y a trois luttes prépondérantes aujourd'hui: celle de sortir nos vidanges, celle de la hausse des droits de scolarité, et celle de l'indépendance. Le PQ ne peut répondre qu'à la première. Vous sacrifiez donc les deux autres.
AP

Parlez-vous le souverainiste?

Je parle de cette formidable langue de bois, instituée par le PQ mais enrichie gaiement par QS, qui consiste en une série de formules fumeuses et tarabiscotées qui permettent tout juste de porter l'étiquette souverainiste, tout en camouflant le mieux possible une absence totale d'engagement conséquent. La langue souverainiste n'a pas tout-à-fait le même accent selon qu'on la parle chez QS ou au PQ, mais ses codes sont les mêmes.
CP

Donnons au Parti Québécois le mandat de faire respecter le Québec

Nous sommes un peuple attaché à ce que nous avons construit ici en Amérique depuis 400 ans : une société originale, unique, ni meilleure ni pire que les autres, juste différente. Et cette différence est précieuse : nous en sommes fiers. Le respect de nos valeurs, de notre identité, de ce que j'appellerais « l'âme québécoise », est d'autant plus important qu'il y a présentement à Ottawa un premier ministre qui ne nous respecte pas, qui ne respecte pas la nation québécoise.