ARIELLE GRENIER

PC

Le PQ et les écoles privées

Ce matin, alors que je démarrais la Yaris-mobile tout en grelottant dans l'attente que le moteur se réchauffe, j'ouvris la radio (oui à Radio X, ça vous choque ?). On y annonçait que la ministre de l'Éducation, Marie Malavoy, demande l'abolition les tests de sélection dans les écoles privées en précisant que le financement public leur serait coupé s'ils ne suivaient pas les nouvelles règles! Je vous jure que je n'ai pas eu besoin de mon latté mocha pour me réveiller! Je n'en croyais pas mes oreilles! Le Parti Québécois serait-il plus « free-market » qu'on pourrait le penser?
Courtoisie

Pour une vraie révolution

Certains disent que nous vivons une révolution, voire un « printemps érable ». J'ai toujours cru qu'une révolution se faisait lorsqu'une société en avait vraiment besoin; en dernier recours. Je pensais aussi que toute la société devait participer à la révolution si telle en était le cas... C'est d'ailleurs pour cette raison que je ne croyais pas en l'utilité de la grève et que j'ai cofondé le MÉSRQ. Je souhaitais que nous trouvions une autre manière de régler le défi lancé par les associations étudiantes.
JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Des étudiants pourraient contester l'accréditation de leurs associations

J'ai récemment appris que des étudiants du Cégep de St-Hyacinthe souhaiteraient invoquer des dispositions de la Loi sur l'accréditation et le financement des associations d'élèves ou d'étudiants pour dissoudre leur association. Des sources anonymes confirment que le RÉÉCSH (Regroupement des étudiants et des étudiantes du Cégep de Saint-Hyacinthe) violerait ses propres règles de fonctionnement et refuserait l'accès aux documents constitutifs et à la charte associative à ses propres membres qui seraient partisans d'un retour en classe
PC

Rendez-vous, lundi matin, en Cour supérieure pour l'Université Laval et les associations étudiantes

Un groupe d'élèves a décidé de dire « STOP » à ce que certains confondent à la démocratie. Lundi prochain, dans la salle 3.14 du Palais de Justice de Québec, à 8 :45 du matin aura lieu le procès en cours supérieure du « groupe des 10 » contre l'Université Laval, ses 2 syndicats, la Confédération de toutes les associations étudiantes, l'Association de Sciences sociales et l'Association d'Anthropologie. Si le juge tranche en faveur de Laurent Proulx et du «groupe des 10», cela constituera un précédent historique: le fait de bloquer l'accès aux salles de cours et pavillons deviendra illégal.