LES BLOGUES

La bataille se joue-t-elle uniquement avant le secondaire pour les élèves à besoins particuliers?

Il est vrai que les mesures prises au préscolaire, primaire et secondaire pour soutenir les élèves HDAA jouent un rôle dans l'augmentation du nombre d'élèves inscrits dans les collèges et les universités québécoises.

26/07/2017 09:00 EDT | Actualisé 26/07/2017 12:31 EDT
Caiaimage/Sam Edwards
La transition est une étape qui évoque un état de vulnérabilité.

Il est vrai que les mesures prises au préscolaire, primaire et secondaire pour soutenir les élèves HDAA (handicapé ou difficulté d'apprentissage ou d'adaptation) jouent un rôle dans l'augmentation du nombre d'élèves inscrits dans les collèges et les universités québécoises. Cela a bien été confirmé dans le rapport (MELS, 2010) intitulé «Portrait des étudiantes et étudiants en situation de handicap et des besoins émergents à l'enseignement postsecondaire : une synthèse des recherches et de la consultation».

Et, comme l'a précisé Raymond (2012) « le ministère pave la voie afin de permettre à de nombreuses personnes qui sont en situation de handicap et qui ont les capacités intellectuelles nécessaires pour apprendre de cheminer – d'abord jusqu'aux études supérieures, puis à l'intérieur de celles-ci – et de réussir ainsi que d'occuper des rôles essentiels dans notre société. »

La transition du primaire vers le secondaire et la transition du secondaire vers le postsecondaire ou la vie active sont des périodes déterminantes dans le cheminement scolaire d'un élève HDAA.

Cependant, cette voie, non négligeable au préscolaire et au primaire, est jalonnée au secondaire par des évènements marquants, des changements et des transitions critiques incontournables. La transition du primaire vers le secondaire et la transition du secondaire vers le postsecondaire ou la vie active sont des périodes déterminantes dans le cheminement scolaire d'un élève HDAA. Ainsi, ce fameux rapport met en exergue que la démarche du plan d'intervention au primaire et au secondaire, obligée par la loi sur l'instruction publique depuis 1988, devrait permettre de planifier les transitions. Il ajoute qu'il serait avantageux de préparer ces élèves à:

  • Gérer leur temps
  • Élaborer des stratégies d'études
  • Aménager leur horaire et la charge de cours
  • Utiliser un ordinateur à la maison
  • Employer des stratégies de prise de notes

En outre, le rapport explique les constats et besoins suivants :

  1. Programmes de transition entre les différents ordres d'enseignement et le marché de l'emploi
  2. Concertation et arrimage entre les conseillères et conseillers d'orientation aux divers ordres d'enseignement pour définir un projet d'études porteur d'avenir.
  3. Planification de la transition entre le secondaire, le collégial et l'université, ainsi que le marché du travail pour favoriser l'intégration scolaire et professionnelle
  4. Préparation des élèves aux nouvelles exigences et aux responsabilités accrues des études postes-secondaires
  5. Diffusion d'information sur les mesures disponibles sur le marché du travail
  6. Partenariats et concertation entre les différents secteurs du MELS, les ministères concernés (MSSS, MESS) et leur réseau respectif afin d'assurer la continuité et l'équité dans les services et le financement

Cela étant dit, la transition est une étape qui évoque un état de vulnérabilité. Certes, le plan d'intervention qui devient le plan de transition durant cette phase occupe un rôle central et décisif dans la progression et la réussite de l'élève. Une de ses fonctions principales consiste à préparer l'élève à s'intégrer à une nouvelle étape, un nouveau milieu, un nouvel établissement, un nouveau programme avec de nouvelles structures, nouvelles pratiques, différentes politiques et règles, différentes stratégies d'enseignement et différentes stratégies d'apprentissage. Concernant l'élève ayant des besoins particuliers, le plan de transition vers un programme d'étude postsecondaire est une démarche qui devrait commencer entre le début de la 3e et 5e secondaire (dépendamment de l'élève et de ses besoins). Ce plan devrait comprendre des objectifs qui sont d'ordre transitionnel : c'est l'occasion de préciser le niveau actuel de performance de l'élève afin de s'assurer qu'il a véritablement les compétences requises et de l'engager à enrichir ou développer des stratégies d'apprentissage dont il se servira avec peu ou pas d'assistance au postsecondaire. C'est l'opportunité d'illustrer les différences entre les services offerts au secondaire et au postsecondaire et de mettre en évidence les services qui ne seront pas offerts au postsecondaire. C'est le moment d'expliquer au jeune qu'au niveau collégial ses objectifs seront les mêmes que les autres élèves et que son plan comportera surtout des conditions particulières, soit des accommodations ou des mesures d'adaptation que le milieu pourra mettre en place afin de le soutenir à atteindre les objectifs prévus par le programme de formation choisi.

Contrairement à la loi sur l'instruction publique, la loi sur les collèges d'enseignement général et professionnel, la loi sur l'enseignement privé et la loi sur les établissements d'enseignement de niveau universitaire ne font pas référence aux étudiants ayant des besoins particuliers. D'ailleurs le Québec, ne dispose pas d'une législation aussi corsée et spécifique que celles des États-Unis ; Individuals with Disabilities Education Act (IDEA) ; Free Appropriate Public Education (FAPE). Le Québec, s'appuie sur la charte des droits et libertés de la personne, la loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire professionnelle et sociale, la loi sur le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, et, sur la jurisprudence pour ce qui est d'accommodation ou mesures d'adaptation.

Ceci dit, il y a peu de similarités entre ces deux ordres d'enseignement ; au collégial, les exigences et le soutien offert aux élèves à besoins particuliers se distinguent du secondaire et méritent d'être vus dans la démarche d'un plan de transition. Dès lors, les élèves à besoins particuliers pourraient arriver mieux préparer au collégial.

Après tout, la bataille se joue-t-elle uniquement avant le secondaire pour les élèves à besoins particuliers ? La lutte semble à l'évidence exister, aussi, au secondaire notamment à l'égard des plans de transition.

LIRE AUSSI
»
Cœur de Pirate contrainte de jouer toutes les musiques Disney pour sa fille
» Cette maman démonte les clichés sur ce que signifie "être une bonne mère"
» BLOGUE Comment expliquer la mort aux tout petits

6 conseils pour préparer son enfant à aller seul à l'école