LES BLOGUES

La twittérature de Jean-Yves Fréchette, une poésie qui ne manque pas de caractère

24/03/2015 03:07 EDT | Actualisé 24/05/2015 05:12 EDT

Pour ce cinquième billet, le Mouvement art mobile (MAM) vous fait découvrir une des facettes littéraires de l'art mobile, la twittérature, en vous présentant un acteur important de ce mouvement, l'artiste pluridisciplinaire Jean-Yves Fréchette.

La twittéraquoi ?

La twittérature est bien sûr indissociable des gazouillis de l'application Twitter même si ses origines et ses déploiements ont des contours beaucoup plus larges. De la poésie en 140 caractères espace compris oui, mais aussi un roman Croisades composé de 5200 tweets sur près de deux ans par Thierry Crouzet [@tcrouzet] et une première pièce de théâtre 140 manières de mourir en 140 caractères créée en 2011 par Lirina Bloom [@lirinabloom].

La twittérature n'est pas seulement écriture, elle est aussi performance. L'artiste Jenny Holzer [@jennyholzer] a intégré les contraintes de Twitter comme nouveau canevas pour les slogans de ses Projections, d'autres projets conceptuels comme les comptes Big Ben [@big_ben_clock] et Horse ebooks [@horse_ebooks] sont considérées en soit des pièces d'arts.

La twittérature a même son institut, l'ITC (Institut de twittérature comparée) cofondé en France par Jean-Michel Le Blanc [@centquarante] et Jean-Yves Fréchette [@pierrepaulpleau] de ce côté-ci de l'atlantique. Un institut franco-québécois, épicentre d'une poésie française contemporaine qui déferle sur le monde 2.0 ! Que les anglophones se rassurent, ils ne sont pas en reste avec Arjun Basu [@arjunbasu], pour ne citer que l'un des plus célèbres twittérateur de la planète.

La rencontre

C'est en 2011 lors d'une émission sur ICI Radio-Canada Première que nous avons découvert le personnage flamboyant qu'est Jean-Yves Fréchette. Né au Nouveau-Brunswick en 1948, il passe son enfance et sa jeunesse sur la Côte Nord et découvre à 16 ans le surréalisme de Tristan Tzara et André Breton. Il obtient une Maitrise en didactique puis enseigne la littérature et les communications au CÉGEP Francois-Xavier Garneau à Québec. Jean-Yves est un précurseur en intégrant le concept de mobilité dans l'écriture à travers différents protocoles bien avant l'existence des médias sociaux. Pour lui « Twitter est non seulement un médium où s'exprime la rumeur planétaire, mais surtout un authentique lieu de création et production littéraire ».

Notre premier contact avec l'artiste fut révélateur, de grandes affinités se profilaient ! Notre désir d'intégrer plus de médiums dans la famille des arts mobiles semblait alors réalisable.

En septembre 2013, le MAM invite Jean-Yves Fréchette à donner une conférence sur son travail dans le cadre de notre seconde édition du Week-end d'art mobile (WAM). Il nous a tous surpris en demandant la participation du public pour créer une sorte de performance collective autour de l'interprétation des lettres et chiffres que l'on retrouve sur les plaques d'immatriculation !

En créant cette improvisation dans le cadre d'un WAM où la photographie occupait encore beaucoup d'espace, il venait jeter un pavé dans la mare en infirmant cette notion figée que l'art mobile ne se définissait que par la simple utilisation des outils et par le fait même, il ouvrait la voie à d'autres formes d'expressions.

Le livre

C'est aussi à cette occasion que Jean-Yves Fréchette découvre les photographies en noir et blanc de Patrick Saint-Hilaire [@BlacksmithPat]. De cette improbable rencontre entre deux artistes dont les corpus d'oeuvres « existent seuls dans le cyber espace », naît aujourd'hui le livre Ne sois pas effrayé par le pollen dans l'oeil des filles, une collaboration entre le poète et le photographe publiée aux éditions L'instant même*.

2015-03-21-1426949873-1705521-PIERREPAULPLEAU_BLACKSMITHPAT.jpg

La twittérature peut aussi être une affaire de mathématiques : de la taille d'une phablette, ce recueil comporte 140 photos, 140 tweets de 140 caractères, regroupés en 10 chapitres de 14 photos chacun et dont le titre fait exactement 14 syllabes. Séduit par la thématique de l'oeuvre photographique de BlacksmithPat, « le sérieux de l'enfance », Jean-Yves Fréchette a choisi de se laisser imprégner par les réactions émotives que suscitaient les images du photographe.

La bêtise du jour. Ne nous regardez pas ainsi. Nous prenons

nos aises. Et nous épuisons la bêtise du jour dans la dissidence de nos regards.

Le MAM est très heureux d'accompagner le lancement du livre qui aura lieu au Grand Hall du Musée de la civilisation de Québec le mercredi 25 mars à 14h dans le cadre du mois de la francophonie.

Ne sois pas effrayé par le pollen dans l'oeil des filles sera en vente dès le 31 mars dans toutes les librairies. Vous pouvez dès à présent vous procurer la version numérique sur leslibraires.ca et dans d'autres points de vente en ligne.

Le lieu. Ne sois pas effrayé par le pollen dans l'œil des filles.

Si tu l'observes bien, il t'indiquera le lieu des prochaines catastrophes.

___

(*) Dans la même édition Jean-Yves Fréchette a publié en 2011 Tweet rebelle

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Art mobile: des créations à découvrir

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter