LES BLOGUES

Pétrole au Québec: oléoduc vs train

21/09/2015 10:16 EDT | Actualisé 21/09/2016 05:12 EDT

Lorsque vient le temps de justifier le passage d'un oléoduc au Québec, TransCanada et Thomas Mulcair utilisent le même sophisme: il serait plus sécuritaire d'exporter le pétrole albertain par oléoduc que par train. Ce choix n'en est pas un. Voici pourquoi.

1- Oléoduc ou train: un faux dilemme

Le pétrole voyageant par train ou par oléoduc n'est pas destiné au Québec: il nous est inutile. Nous n'avons donc pas besoin de choisir entre un oléoduc et le train. Les Québécois pourraient très bien se passer de ces deux moyens de transport et ne pas participer à l'exportation du pétrole albertain.

En fait, le Québec n'ayant pas d'autonomie politique complète, il se voit imposer par le régime canadien le transit de pétrole sur son territoire, que ce soit par train ou par oléoduc. C'est cette imposition qui laisse croire qu'il faut faire un choix, alors que dans les faits, c'est l'appartenance du Québec à la fédération canadienne qui retire au peuple québécois le droit de dire non au transport de pétrole, et éviter cette question.

2- L'oléoduc et le train ne communiquent pas

Ce sont des entreprises différentes qui gèrent le transport de pétrole par train et par oléoducs. Pour exporter leur produit, les producteurs de pétrole ont donc le choix d'établir des contrats avec des entreprises de transport par train ou par oléoduc. Le gouvernement canadien, tout comme TransCanada, ne peut forcer le choix d'un mode de transport. Les producteurs opteront pour le moyen le plus avantageux: c'est le libre marché!

Ajoutons à cela que producteurs et transporteurs ferroviaires sont probablement liés par des contrats à long terme. La mise en oeuvre d'un oléoduc ne stoppera pas automatiquement le transport par train. On ignore par la suite quel sera le cours de l'offre, d'autant plus que le cadre réglementaire, et donc les coûts, est appelé à changer pour l'un et l'autre de ces moyens de transport.

Il est donc faux d'affirmer que la mise en place d'un oléoduc se traduira nécessairement par une diminution de transport de pétrole par train. Tout ce qu'il est possible d'affirmer, c'est que s'il y a un oléoduc, il y aura du transport de pétrole par oléoduc.

3- L'oléoduc est-il vraiment plus sécuritaire que le train?

Main sur le cœur en évoquant la tragédie de Lac-Mégantic, TransCanada et le NPD affirment que le transport par oléoduc est plus sécuritaire que celui par train. La réalité est plus nuancée.

Le transport par oléoduc est en effet plus sécuritaire pour les humains, car les déversements d'oléoducs (il y en a toujours) tuent en moyenne moins de personnes que les déraillements de train transportant du pétrole.

Cependant, lorsque l'on compare les effets des déversements sur les écosystèmes, ceux des oléoducs ont un impact beaucoup plus grand que les déraillements de trains (le pétrole brûlé à Mégantic représente seulement 70 minutes du débit prévu de TransCanada Est).

Autrement dit, en opposant transport de pétrole par train à celui par oléoduc, les compagnies de transport et les partis politiques fédéraux, Bloc québécois mis à part, demandent au peuple québécois de choisir entre mettre en danger sa population ou mettre en danger ses écosystèmes.

C'est la participation du Québec au Canada qui nous confronte à cette situation. L'indépendance du Québec demeure notre seule option pour bloquer le transit du pétrole sur notre territoire. Elle permettra à la fois de protéger le peuple et les écosystèmes.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter