Huffpost Canada Quebec
Michelle Blanc Headshot

Contrairement aux sondages, le web et les médias sociaux donnent le PQ gagnant

Publication: Mis à jour:

J'écoute les sondages depuis le début de cette campagne électorale et je suis estomaquée de remarquer à quel point ils diffèrent de ce que j'observe sur le web. Je suis probablement dans le champ (sauf qu'historiquement le web semblait plus fiable que les sondages lors de la dernière élection fédérale) et j'ai déjà dévoilé que j'ai voté pour le PQ.

Prenez donc mes observations pour ce qu'elles sont: des observations. De toute manière, d'ici quelques jours, nous saurons si c'est moi et mes outils de monitorage Internet qui semblent prédire et disent n'importe quoi, ou si plutôt, ce sont les sondés ou les sondeurs qui fabulent...


Anyway (comme on dit à Montréal), Google Trends qu'on a affublé maintes fois de catalogue des intentions donne la requête « Pauline Marois » très en avance sur celle du nom des autres chefs (2e diapo), tandis que la requête des initiales des partis nous présente une chaude lutte entre le PQ et la CAQ, tandis que le PLQ et QS sont complètement hors champ (3e diapo).

Où ça devient intéressant, c'est ce qui apparait dans l'outil eListen d'Engagementlabs (qui est toujours en bêta et avec lequel on peut donner une fiabilité de 80% pour l'analyse de sentiments). Cette analyse a été faite du 28 mars au 4 avril 2014.

Tout d'abord, sur les médias sociaux (4e diapo) avec les requêtes « Je vote », « Je voterai » et autres déclinaisons du verbe voter, on remarque que c'est le PQ qui a le haut du pavé. Puis, lors de l'analyse des sentiments sur les thèmes de campagne (5e diapo), on observe plus de discussions neutres que de positive ou négative, mais aussi plus de discussions négatives que positives. D'ailleurs les sujets discutés (6e diapo) font beaucoup plus de place à la Charte et aux partis qu'aux enjeux fondamentaux qui devraient normalement être discutés lors d'une campagne. On observe aussi que le PQ est beaucoup plus discuté que le PLQ, ce qui concorde aussi avec les observations qu'on peut faire dans GoogleTrends.

On observe aussi (7e diapo) que Twitter demeure le canal de choix des discussions politiques sur les médias sociaux.

Mais la grande révélation de cette écoute sur les médias sociaux avec eListen est que si on isole strictement les discussions jugées négatives, avec une recherche pour le nom des candidats, c'est Philippe Couillard qui vient très loin devant (8e et 9e diapo) . Disons que ça n'augure vraiment pas très bien pour les libéraux lors de l'élection de lundi, ou que les péquistes, sont extrêmement plus présents ou virulents sur le web, que tout autre « vendu » à un parti. Ce dont je doute fortement puisque malgré le peu de moyens de Québec solidaire, ses bénévoles et militants, sont extrêmement actif et depuis bien plus longtemps que les péquistes (quoiqu'ils haïssent aussi Couillard).

Quoi qu'il en soit, que vous regardiez ça dans le sens que vous voudrez, ça ne va vraiment pas du tout dans le sens de ce que nous disent les sondages. J'ai donc très hâte à lundi soir pour évaluer la pertinence ou non du web, comme outil potentiel d'évaluation des intentions de vote.

En conclusion, voici mon résumé de la campagne électorale 2014. Et aux fins de la discussion, et pour laisser une trace d'archives avant le dévoilement des résultats de lundi, si on fait une projection des gens qui ont exprimé «Je vote X» et «Je voterai X» (4e diapo).

vote twitter

> Élections 2014: les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Les pancartes détournées de la campagne électorale
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?