LES BLOGUES

Une invraisemblance : 7 millions de francophones au Québec !

Près de cinq ans plus tard, il faut intervenir à nouveau à propos des résultats « corrigés » du recensement de 2016.

06/09/2017 09:00 EDT
Lisa-Blue via Getty Images
Au recensement de 2011, StatCan donnait pour le Québec une proportion de francophones de 81,2% selon la langue parlée le plus souvent à la maison.

En novembre 2012, je faisais paraître ici même dans le HuffPost Québec, un billet intitulé «Le Québec français au recensement de 2011 : 81% ou 87% francophone?» Une différence allant jusqu'à près de 6 points séparait quelques auteurs sur ce sujet basé sur la langue parlée le plus souvent à la maison. En conclusion, j'affirmais que le Québec comptait en 2011, une proportion de 81,2% de francophones (Note 1), en baisse de 1,8 point depuis les 83% de 1991 (Note 2).

Près de cinq ans plus tard, il faut intervenir à nouveau à propos des résultats « corrigés » du recensement de 2016. Dans «Un paysage linguistique de plus en plus diversifié : données corrigées du Recensement de 2016», Statistique Canada affirme que «la proportion de la population qui parlait le français à la maison est passée de 87,0 % en 2011 à 87,1 % en 2016» au Québec (Le Quotidien, 17 août 2017). Nous revoilà donc avec ce 87% contesté en 2012.

En nombre absolu, tandis que Statistique Canada dénombre au Québec plus de 7 millions de francophones, nous en trouvons pour notre part 6,5 millions. Un écart de plus de 515 000 personnes.

En consultant les données brutes « corrigées » du recensement de 2016 telles que diffusées par Statistique Canada, nous obtenons une proportion de francophones selon la langue parlée le plus souvent à la maison de 80,6%. Nos résultats constituent une différence appréciable de 6,4 points. En nombre absolu, tandis que Statistique Canada dénombre au Québec plus de 7 millions de francophones, nous en trouvons pour notre part 6,5 millions. Un écart de plus de 515 000 personnes.

Pourtant, au recensement de 2011, StatCan donnait pour le Québec une proportion de francophones de 81,2% selon la langue parlée le plus souvent à la maison. Un tableau en ligne sur le site Internet de Statistique Canada le 4 septembre 2017, donne toujours cette proportion. Mais voilà que 5 ans plus tard, l'organisme fédéral nous dit, mine de rien, que c'était plutôt 87%. Ainsi, on aurait trouvé plus de 455 000 francophones supplémentaires!

Or, en janvier 2017, Statistique Canada a publié des Projections linguistiques pour le Canada, 2011 à 2036. Dans cet exercice réalisé par René Houle et Jean-Pierre Corbeil, la population initiale (ajustée) selon la langue parlée le plus souvent à la maison est fixée, en 2011, à 81,6%. On est loin des 87% nouvellement annoncés. De plus, les résultats des trois scénarios montrent tous une diminution d'ici 2036 se situant entre 73,6% et 75,7% (tableau 3.3, p. 59). On est loin d'une situation jugée maintenant stable que d'aucuns ont admise sans discernement.

C'est dans une «Note au lecteur» que l'on trouve une explication aux contradictions de Statistique Canada. En effet, à la toute fin de l'édition du Quotidien (17 août 2017), on peut lire ce qui suit :

«Le Recensement de la population comporte depuis 2001 une question à deux volets sur la ou les langues parlées à la maison. Le premier volet concerne la langue parlée le plus souvent à la maison (volet A). Le second volet concerne la ou les langues parlées régulièrement à la maison en plus de la langue principale, le cas échéant (volet B). [...] Dans ce document, les statistiques sur une langue parlée à la maison (aussi appelée langue d'usage) comprennent [...] toutes les personnes qui ont déclaré cette langue au volet A ou B, seule ou en combinaison avec une autre langue.»

Il s'agissait d'y penser : additionner les réponses à 2 questions pour gonfler la réalité. Pourquoi pas, dans un prochain recensement, un «volet C» pour obtenir 90% de francophones et plus au Québec? Il suffirait alors de poser la question suivante : «Cette personne parle-t-elle OCCASIONNELLEMENT d'autres langues à la maison?»

Note 1 : cette proportion a été calculée en répartissant les personnes ayant donné plus d'une réponse parmi les langues mentionnées. Une autre façon de faire donnait 80,0% de francophones, à quoi il fallait ajouter 2,5% de la population parlant le français avec une ou deux autres langues.

Note 2 : Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec ; profil et tendances 1991-2001, Office québécois de la langue française, 2005, p. 15.

LIRE AUSSI
»
Pas question de restreindre l'accès aux cégeps anglophones, martèle Couillard
» Le français est encore menacé, dit le Bloc
» Après 40 ans d'existence, la Loi 101 a besoin d'être revigorée, disent ses partenaires

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost