LES BLOGUES

Le supposé laissez-faire américain et son rôle dans la crise de 2008

30/05/2016 08:52 EDT | Actualisé 31/05/2017 05:12 EDT

Huit ans après la crise financière de 2008 aux États-Unis, il est remarquable (ou inquiétant, selon le point de vue) de lire et entendre de nombreux commentateurs continuer d'affirmer, à intervalles réguliers, que c'est «l'extrême déréglementation du secteur financier qui est à la base de la grande récession de 2008, et tous les autres maux qui en ont découlé».

Cette explication est en fait même devenue le narratif généralement accepté, alors qu'elle est pourtant erronée, et ce, à plusieurs égards. Il est donc essentiel de remettre les pendules à l'heure. Notamment parce qu'une bonne compréhension des sources de la crise de 2008 pourrait éviter à nos politiciens (en tout cas dans un monde idéal) de répéter les mêmes erreurs.

L'ouvrage Une crise peut en cacher une autre, publié par le Pr. Pierre Lemieux en 2011, constitue une riche source d'informations à ce sujet.

Abondamment documenté, ce livre montre de façon éloquente que les États-Unis sont loin, mais très loin, d'être le paradis du laissez-faire, comme le laissent entendre encore aujourd'hui plusieurs journalistes et intellectuels. J'ai moi-même publié un texte sous forme de questions-réponses sur la question et inspiré du livre de M. Lemieux, que l'on peut consulter ici.

Pour un résumé plus succinct, je vous recommande la lecture d'une chronique qu'avait écrite mon collègue David Descôteaux à l'époque. Je me permets ici, avec son accord, de la reproduire dans son entièreté :

Le «capitalisme débridé», la déréglementation et l'absence de l'État sont-ils responsables du pétrin dans lequel se retrouvent les États-Unis aujourd'hui?

Ce serait une explication trop simple, dit Pierre Lemieux, économiste et professeur associé à l'Université du Québec en Outaouais, dans son livre Une crise peut en cacher une autre.

Cet ouvrage, fort documenté, est une mine d'or pour ceux qui préfèrent les chiffres et les faits aux raccourcis émotionnels qui foisonnent sur ce sujet. En particulier, Lemieux déboulonne, chiffres à l'appui, le mythe du «laisser-faire» américain. (Transparence : je connais personnellement Pierre Lemieux.)

Le «siècle de l'État»

La part de l'État dans l'économie a explosé au cours du 20e siècle. Elle a quadruplé partout dans le monde, et triplé aux États-Unis.

«À la veille de la récente récession, plus du tiers de ce que les Américains produisaient était détourné vers les coffres de l'État, me précise Pierre Lemieux. Au Québec, c'est environ 40 à 45 % selon les années. La différence est moindre qu'on le croit.»

Difficile de trouver une activité non réglementée aux États-Unis, écrit l'auteur, qui est aussi Senior Fellow à l'Institut économique de Montréal. Le Federal Register, qui contient les textes de loi au niveau fédéral, comptait 75 000 pages en 2007. Un quart de million de bureaucrates fédéraux appliquent la législation fédérale. S'ajoutent à cela les réglementations des États et des administrations locales.

«Si on mesure les budgets réglementaires en dollars constants de 2000, la réglementation a été multipliée par 15 entre 1960 et 2007. Une croissance annuelle de 5,9 %», dit l'auteur.

Mais les «cowboys» à Washington ont complètement déréglementé les banques, non? Non. «Les dépenses annuelles de réglementation bancaire et financière ont, en termes réels, été multipliées par 11 entre 1960 et 2007», écrit Lemieux.

Reagan et Bush, de gauche?

On dépeint souvent Ronald Reagan et George Bush comme des fanatiques de droite, qui auraient pressé le citron de l'État jusqu'à ce qu'il ne reste que les pépins. Au contraire. Durant les années 1980 - les «années Reagan» -, les dépenses publiques par habitant sont passées de 8 000 $ à près de 12 000 $. En 2007, sous George Bush, elles dépassaient 15 000 $.

Ce n'est pas juste à cause des guerres, prévient l'auteur. «Les dépenses non militaires, qui représentent 80 % du budget, ont grimpé de 49,1 % durant les deux mandats de George W. Bush.»

Idem pour la paperasse. Pendant le règne de Bush, le recueil de textes réglementaires fédéraux s'est épaissi de 7 000 pages! Sous Ronald Reagan (1981 à 1988), les budgets pour la réglementation économique ont grimpé de 22 %.

Oui, les banquiers américains ont pris trop de risques et ont aggravé la crise. Mais dire simplement que la crise économique résulte de la cupidité des banquiers de Wall Street est trompeur.

N'oublions pas, comme le documente Une crise peut en cacher une autre, que les banques américaines devaient, par la loi, prêter à des familles à risque. Que c'est la banque centrale (la Fed) qui a maintenu au plancher les taux d'intérêt, ouvrant la porte au crédit facile et au gonflement d'une bulle immobilière. Que si les banques prêtaient les yeux fermés, c'était en grande partie parce que Fannie Mae et Freddie Mac, deux sociétés semi-étatiques, achetaient une quantité énorme d'hypothèques aux banques, soulageant ces dernières du risque de défaut de ces prêts.

Les banquiers, ainsi que plusieurs acheteurs de maisons irresponsables, sont coupables. Mais les faits montrent que l'empreinte du gouvernement américain est partout dans cette crise. Comme elle l'est, d'ailleurs, dans son économie.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Ce qu'il reste de Détroit

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter