LES BLOGUES

Visiter Charlevoix entre deux saisons

À peine quatre heures de route séparent Montréal et Charlevoix, mais ce n'est rien pour nous qui parcourons le Québec inlassablement.

21/11/2017 09:30 EST
Michel Julien

L'automne n'en finit plus. Ce qui reste de feuilles vertes, jaunes et rouges virevolte dans le vent. Novembre s'achève et pourtant la température clémente nous surprend.

À peine quatre heures de route séparent Montréal et Charlevoix, mais ce n'est rien pour nous qui parcourons le Québec inlassablement. Il est tard quand nous arrivons à notre hôtel, le Petit Manoir du Casino.

Michel Julien

Les invités sont déjà rassemblés pour un cocktail mettant en vedette les produits du terroir de la région. J'aime rencontrer les producteurs, comprendre les passions qui les animent, déguster leurs produits qu'ils ont pris tant de temps à développer. Les écouter raconter avec désinvolture comment et pourquoi leur produit est le meilleur. Ils ont bien souvent raison.

La maison Maurice Dufour de la famille Migneron a ouvert un nouveau resto, Les Faux Bergers, qui nous propose les premières bouchées : tamara maison, kimchi, vinaigrette saumon fumé et choux, puis un gésier d'esturgeon mariné et topinambour. Délicieux ! Nous irons rencontrer ces jeunes restaurateurs demain.

Michel Julien
Après quelques bouchées et quelques verres, la fatigue nous rattrape et notre chambre spacieuse nous appelle avec bonheur. Une bonne nuit de sommeil laisse tranquillement place au soleil qui se lève. Et quel spectacle ! Des lueurs rouges envahissent la chambre, j'ouvre un peu les rideaux et la vue sur le fleuve le quai et le cargo néerlandais accosté est absolument spectaculaire.

À huit heures, bien que l'on croyait la saison touristique terminée, la salle à manger est remplie à craquer. Une jeune serveuse nous assigne une table au bord de la fenêtre; il n'en faut pas plus pour que nos regards et nos pensées se perdent à l'horizon. Quelle vue exceptionnelle !

Nous reprenons la route à la fin de l'avant-midi, pour la La Maison d'Affinage Maurice Dufour : plus que du fromage ! À notre arrivée, nous contemplons les vallons parsemés de brebis qui font le charme de cette région. Le Migneron de Charlevoix vous connaissez ? C'est sans doute l'un des plus vieux fromages fins du Québec. Il est produit ici par un vrai pionnier : Maurice Dufour.

Michel Julien

Mon coup de coeur, le Secret de Maurice, un fromage si coulant qu'il faut l'ouvrir par le dessus pour que la croute puisse retenir son précieux et délicieux contenu. En accompagnement, on nous sert un mousseux provenant de leur vignoble. Eh oui, ils ne font pas que du fromage, mais aussi du vin, « Le Charlevoyou ». Bientôt, ils produiront des alcools forts dans leur nouvelle distillerie à partir du lacto sérum, un sous-produit de la production du fromage. Ingénieux et un pas de plus vers le but ultime du « zéro déchet ». J'ai bien hâte de goûter à ça.

Michel Julien
Le dernier ajout de la Famille Migneron est le restaurant Les Faux bergers qui sert pizzas cuites au four à bois, pièces de viande grillées et fumées à l'argentine et crème molle au lait des brebis... un délice !

Après un bon goûté bien arrosé, nous reprenons la route vers le joli centre-ville de Baie-St-Paul. C'est connu depuis des dizaines d'années, Charlevoix a toujours inspiré les artistes-peintres qui s'y sont peu à peu installés. Certains, plus entrepreneurs, ont ouvert leur propre galerie, d'autres ont laissé des galeristes s'occuper de la vente de leurs oeuvres.

Michel Julien
Face à la galerie d'art Juan Christobal se trouve la Galerie d'art Guylaine Fournier qui a pignon sur rue depuis 15 ans. Les murs sont recouverts de tableaux colorés de paysages de la région, d'animaux, de moutons rigolos, de paysages marins.

Sur le trottoir, un gros chat marche tranquillement. Je m'approche pour le caresser, mais il m'empoigne de ses deux pattes du devant et mord mon manteau de cuir. Je m'esclaffe. Un vrai petit voyou ! Il paraît qu'il est bien connu, c'est la terreur du coin. J'espère qu'on ne lui fait pas payer son mauvais caractère...

De retour à l'hôtel, nous laissons la voiture et partons à pied vers le Casino où l'on nous attend pour une séance d'initiation au Black Jack. Un croupier très expérimenté nous explique les stratégies de ce jeu légendaire alors que débute notre première partie. On se laisse prendre au jeu. Même si nos jetons n'ont aucune valeur, l'envie de gagner se fait sentir. La compétition autour de la table pour remporter la victoire est palpable. Et c'est avec excitation que je gagne la partie avec le plus de jetons amassés à ma table !

Nous passons du côté des machines à sous. Elles évoluent vite ces machines ! Comme nous ne sommes pas des habitués, nous demandons l'aide d'un employé du casino pour tenter de comprendre comment miser. Ce qu'il fait avec beaucoup de patience. Explications en poche, nous terminons après avoir doublé notre mise initiale ! Tout de même ! C'est le sourire aux lèvres que l'on traverse les salles de jeux incroyablement occupées pour une fin de saison d'automne.

Michel Julien

Le clou de notre week-end dans Charlevoix, le Spa O'Quartz de notre hôtel. Imaginez un dimanche matin, emmitouflé dans une douillette robe de chambre, gougounes aux pieds, vous entrez dans une oasis de rochers, de chutes d'eau qui se déversent dans des bains entourés de plantes exotiques.

Des chaises longues sont posées un peu partout, la plupart offrent une jolie vue sur le fleuve. D'autres sont cachées derrière la végétation luxuriante. À l'année, la température ici est de 32 degrés, on se croirait sous les tropiques !

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost