Michael Binnion

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Michael Binnion
 

Énergie: les 10 choses sur lesquelles on peut s'entendre

Publication: 04/01/2013 10:14

Toute cette histoire de 4 000 québécois qui s'engagent dans la désobéissance civile est passionnante. Vivre avec la fausse impression d'être en conflit est stimulant. Démystifier les allégations des bloqueux au sujet du développement local du gaz naturel est divertissant. Ça me fait détester le fait de gâcher le plaisir de chacun avec mes vœux de nouvelle année concernant le débat sur l'énergie au Québec.

Ma résolution, pour la nouvelle année, est de me concentrer sur des alternatives à la confrontation. Je me demande s'il existe dix choses sur lesquelles nous pourrions nous entendre pour la prochaine année.

Voici ma liste pour 2013:

  1. L'efficacité énergétique est la meilleure des réponses puisqu'il n'y a pas d'énergie plus propre que celle qui n'est pas consommée.
  2. Plutôt que d'espérer un « pic pétrolier », nous devrions travailler sur un « pic de la demande énergétique ».
  3. Une taxe sur la consommation d'énergie est meilleure pour notre économie et pour l'environnement que l'impôt sur le revenu.
  4. Une énergie complètement propre n'existe pas, car toutes les énergies comportent des externalités, dont la plupart ne sont pas reflétées dans le prix.
  5. Les promoteurs de chacune des formes d'énergie sont biaisés car la production de chacune des formes d'énergie rapporte de l'argent à quelqu'un.
  6. Il serait plus facile et plus productif de tenter d'atteindre un consensus sur les pires formes d'énergie (Ayant éliminé l'utilisation de l'huile de baleine, mon vote va au charbon, au mazout et au bois.)
  7. Une réglementation stricte, efficace et basée sur des faits prouvés est meilleure pour tout le monde, particulièrement pour l'industrie.
  8. Une énergie produite localement sous une réglementation efficace, est préférable à l'importation d'énergie produite sous une juridiction dont on ne connait pas la réglementation, ou dont celle-ci est douteuse.
  9. L'accès à une énergie abordable est essentiel au bien-être social et à une société moderne en santé.
  10. Nous vivons tous dans le même environnement et nous avons tous avantage à penser globalement et à agir localement pour l'entretenir.

Mon souhait pour 2013 est que les environnementalistes responsables se joignent aux membres responsables de l'industrie et qu'ils trouvent dix choses sur lesquelles ils s'entendent, au sujet de l'énergie et de l'environnement. Qu'ils travaillent ensemble, avec le public et le gouvernement, pour faire progresser ces dix choses, pour une meilleure société pour chacun de nous.

Peut-être serait-ce plus drôle d'appeler cela une politique énergétique.

Bonne année!

Loading Slideshow...
  • POUR: le potentiel énergétique

    Les réserves de gaz de schiste au Québec sont importantes, et le potentiel d'exploitation est indéniable, ce qui pourrait rapporter des redevances à l'État. Dans <em>The Telegraph</em>, Christopher Booker <a href="http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/christopherbooker/8500496/Shale-gas-could-solve-the-worlds-energy-problems.html" target="_hplink">estime que les réserves seraient suffisantes pour assurer les besoins énergétiques pour des centaines d'années</a>.

  • CONTRE: la pollution de l'eau

    La fracturation hydraulique, qui consiste à pulvériser un mélange de produits chimiques et de sable sur la pierre pour faire éclose le gaz, pose des risques de contamination de la nappe phréatique. Une douzaine de cas ont été répertoriés aux États-Unis. Les images d'eau qui s'enflamme ont aussi fait le tour du monde. Une <a href="http://insideclimatenews.org/news/20111104/gasfrac-propane-natural-gas-drilling-hydraulic-fracturing-fracking-drinking-water-marcellus-shale-new-york" target="_hplink">nouvelle méthode de fractruation sans eau </a>est envisagée aux États-Unis, mais les écologistes sont sceptiques.

  • CONTRE: Plus d'émission que le charbon

    Le méthane qui se dégage lors de la fracturation est un des principaux gaz à effet de serre. Selon plusieurs études, ces émissions sont supérieures de 20 % à celles dégagées pendant l'exploitation du charbon.

  • POUR: Plus vert que les autres énergies fossiles

    <a href="http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=natural-gas-could-serve-as-bridge-fuel-to-low-carbon-future" target="_hplink">Les chercheurs du MIT ont conclu</a> que remplacer les centrales de charbon par des centrales de gaz naturel pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de moitié.

  • CONTRE: Des séismes provoqués par la fracturation

    <a href="http://oilprice.com/Energy/Natural-Gas/U.S.-Government-Confirms-Link-Between-Earthquakes-and-Hydraulic-Fracturing.html" target="_hplink">Plusieurs tremblements de terre</a> sont liés à la fracturation hydraulique. L'entreprise britannique <a href="http://www.cuadrillaresources.com/cms/wp-content/uploads/2011/11/Cuadrilla-Resources-Press-Release-02-11-11.pdf" target="_hplink">Cuadrilla Resources</a> a notamment admis que le procédé «provoque des événements sismiques mineurs»

  • POUR: Des emplois

    <a href="http://www.treehugger.com/fossil-fuels/facts-on-fracking-pros-cons-of-hydraulic-fracturing-for-natural-gas-infographic.html" target="_hplink">L'industrie du gaz aux États-Unis emploie 1,2 million de personnes</a> et le département américain de l'Énergie estime que les ressources ont augmenté de 65 % grâce au procédé de fracturation hydraulique. De plus, <a href="http://www.bu.edu/energy/files/2011/07/Fracking-article-Sept-14-2011.pdf" target="_hplink">l'industrie évalue les retombées à 385 milliards de dollars aux États-Unis</a>, selon un article de la revue <em>Nature</em>.

  • CONTRE: Les produits utilisés

    Les entreprises n'ont pas à divulguer les produits qu'ils utilisent dans la fracturation hydraulique aux États-Unis. Est-ce aussi le cas au Canada?

  • POUR: Du temps pour développer les énergies renouvelables

    L'ancien chef de cabinet de Bill Clinton et ancien patron du Center for American Progress <a href="http://www.businessweek.com/magazine/could-shale-gas-reignite-the-us-economy-11032011_page_2.html" target="_hplink">John Podesta croit que le gaz naturel peut</a> devenir un pont au 21e siècle vers des énergies renouvelables.

  • CONTRE: Il faut beaucoup d'eau

    La fracturation hydraulique peut requérir jusqu'à <a href="http://www.hydraulicfracturing.com/Water-Usage/Pages/Information.aspx" target="_hplink">20 millions de litres d'eau</a>. Dans certains cas, <a href="http://www.treehugger.com/fossil-fuels/facts-on-fracking-pros-cons-of-hydraulic-fracturing-for-natural-gas-infographic.html" target="_hplink">moins du tiers de l'eau est récupérée</a>.

 

Suivre Michael Binnion sur Twitter: www.twitter.com/mrbinnion

Suivre Le HuffPost Québec