RECEVEZ LES NOUVELLES DE Megan Leslie
 

La langue de bois du gouvernement Harper

Publication: 02/12/2012 18:09

Le discours prononcé le 27 novembre par le ministre Joe Oliver devant ce qu'on peut supposer être un public réceptif était truffé de fausses vérités. Il a dit la chose suivante au Business Council of British Columbia : « La mise en valeur des ressources ne peut être autorisée sans que l'assurance ait été donnée qu'elle se fera de manière durable et responsable. Tous les projets mis de l'avant par l'entreprise sont assujettis à des examens indépendants et objectifs confiés à des experts. »

Impossible de nier cela ! Il est évident que la mise en valeur des ressources doit se faire conformément aux principes de développement durable et que l'examen indépendant et objectif des projets mis de l'avant par l'entreprise est essentiel pour décider des mérites d'un projet soumis par une entreprise, le gouvernement ou un individu. Les néo-démocrates et la plupart des Canadiens appuient bien évidemment cette position.

Vous connaissez l'expression « le diable est dans les détails »? Dans le cas du gouvernement conservateur, il est plutôt dans les définitions.

Le gouvernement Harper s'est doté d'une langue de bois servant à éluder la réalité embarrassante qu'il impose. La langue de bois à la « Big Brother » de Stephen Harper est partout dans les points de discussion de son parti.

Dans le monde des conservateurs, « responsable » veut dire « bâcler ». En effet, pour devenir général dans la Guerre des conservateurs de 2012 - la Guerre contre l'environnement, il suffit de saccager les lois sur les évaluations environnementales, d'exempter les projets de pipeline de la Loi sur les espèces en péril, de la Loi sur les eaux navigables, ainsi que des lois relatives à l'habitat du poisson.

« Durable » veut dire « excessif ».

« Assujettis à des examens indépendants et objectifs confiés à des experts » veut dire « les projets sont étudiés selon un petit nombre de critères peu rigoureux et mal définis », s'ils n'ont pas été exemptés de l'examen au préalable. Si pour une raison ou une autre, le projet est rejeté, pas de problème! Le gouvernement peut annuler le rejet et approuver tout de même le projet derrière les portes closes de son cabinet.

« Consultation » veut dire parler à un groupe d'amis soigneusement sélectionnés qui partagent la même vision que le gouvernement, possiblement publier un document sur un site Internet pour solliciter des commentaires qui ne leur feront ni chaud ni froid, puis ne pas les partager. Eh oui! À quoi bon expliquer le pourquoi d'une décision déjà prise?

« Étude en comité » -- pensons aux projets de loi omnibus -- veut dire écouter environ une heure de témoignages de témoins et d'experts amis du gouvernement, puis faire un rapport de comité qui reflète une position que le gouvernement avait adoptée de toute façon, bien avant d'avoir entendu qui que ce soit.

« Ouvert et transparent » veut dire avoir de nombreuses réunions de comités à huis clos et obliger le directeur parlementaire du budget à vous amener en cour afin qu'il puisse obtenir des renseignements de base sur les dépenses ministérielles. Cela veut également dire effacer des mots empoisonnés comme « environnement » des sites Internet qui contredisent la NOUVELLE vision du parti.

« Responsable » veut dire proroger le Parlement parce que votre gouvernement est accusé d'outrage après avoir caché des documents du Parlement.

En ce qui concerne le terme « experts », on se demande à qui réfère le ministre Joe Oliver. Les conservateurs ont mis à la porte ou fait taire la plupart des scientifiques du gouvernement. Ils ont annulé la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie. Ils ont supprimé les fonds dédiés à la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l'atmosphère. Ils ont exclu tous ceux qu'ils considéraient comme « non concernés de manière directe » des quelques processus d'évaluation environnementale restants. Ils n'ont pas consulté les Premières Nations. Ils ont diabolisé les groupes environnementaux et les citoyens inquiets. Ils ont repoussé toute personne qui osait exprimer une opinion qui ne soutenait pas leur étroite idéologie.

« La mise en valeur des ressources » n'est rien de plus qu'une phrase de la langue de bois des conservateurs dans leur Guerre de 2012.

Loading Slideshow...
  • Les 10 pays les plus polluants

    Voici la liste des 10 pays qui émettaient le plus de CO2 en 2010, selon des données compilées par le Centre américain d'analyse et d'information sur le dioxyde de carbone. (Photo Getty Images)

  • #10 - Arabie saoudite

    (Photo MARWAN NAAMANI/AFP/Getty Images)

  • #9 - Canada

    (Photo MARK RALSTON/AFP/Getty Images)

  • #8 - Corée

    (Photo CHOI JAE-KU/AFP/Getty Images)

  • #7 - Iran

    (Photo FRED DUFOUR/AFP/Getty Images)

  • #6 - Allemagne

    (Photo JOHANNES EISELE/AFP/Getty Images)

  • #5 - Japon

    (Photo YOSHIKAZU TSUNO/AFP/Getty Images)

  • #4 - Russie

    (Photo KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP/Getty Images)

  • #3 - Inde

    (Photo ROBERTO SCHMIDT/AFP/Getty Images)

  • #2 - États-Unis

    (Photo by Kevork Djansezian/Getty Images)

  • #1 - Chine

    (Photo PETER PARKS/AFP/Getty Images)

 
Suivre Le HuffPost Québec