LES BLOGUES

Les forces en présence dans la NFL: Titans, Chargers, Browns et Cardinals

13/07/2013 12:00 EDT | Actualisé 12/09/2013 05:12 EDT
AP
San Diego Chargers quarterback Philip Rivers, left, leaves the field after losing 35-24 to the Denver Broncos inf an NFL football game, Monday, Oct. 15, 2012, in San Diego. (AP Photo/Denis Poroy)

Après les Raiders , les Jaguars, les Jets et les Bills la semaine dernière, poursuivons l'analyse des forces en présence dans la NFL en analysant les positions 25 à 28.

28. Titans du Tennessee (Fiche en 2012: 6-10)

La dernière participation des Titans aux séries éliminatoires remonte à 2008, saison lors de laquelle ils avaient déjoué tous les pronostiques en terminant au premier rang du classement général de la NFL avec un étincelant dossier de 13-3. L'an dernier, l'entraîneur-chef recrue Mike Munchak comptait bien mener le Tennessee à une première de saison de 10 victoires en quatre ans, mais un départ chancelant (1-4) a rapidement miné les chances de sa formation d'accéder aux séries d'après-saison. Les Titans ont finalement été devancés par les Texans de Houston et les Colts d'Indianapolis dans la division Sud de l'AFC.

La haute direction n'a pas tardé à identifier la ligne offensive - aisément l'une des trois pires du circuit en 2012 - comme étant sa priorité durant l'entre-saison. Les Titans ont été actifs dès l'ouverture du marché des joueurs autonomes en accordant au garde Andy Levitre, un ancien des Bills de Buffalo, un généreux contrat qui lui rapportera une somme avoisinant les 47 millions de dollars d'ici 2018. Munchak souhaitera non seulement que le jeune vétéran de 27 ans s'impose comme une présence stabilisante, mais aussi qu'il sera rétabli d'une blessure au genou gauche qui a nécessité une opération. Les Titans ont la ferme intention d'intégrer à leur alignement leur choix de premier tour au dernier repêchage, Chance Warmack, qu'on dit prêt à neutraliser les fronts défensifs adverses au poste de garde.

Le porteur de ballon Chris Johnson devrait se réjouir de ces deux additions, lui qui ne s'est jamais fait prier pour souligner l'inefficacité de la ligne offensive des Titans l'an dernier. Johnson aura lui-même fort à faire afin de prouver qu'il peut ne serait-ce qu'approcher la campagne de 2 006 verges au sol qui lui avait conféré le statut de super-étoile en 2009. Johnson a beau avoir réussi quelques courses époustouflantes de plus de 80 verges en deuxième moitié de saison, l'accélération explosive et le répertoire de feintes qu'on lui reconnaît sont souvent demeurées au vestiaire en 2012.

Afin de figurer dans le portrait des séries en 2013, les Titans devront immanquablement bénéficier d'une performance plus constante de leur jeune quart-arrière Jake Locker. Personne ne saurait dénigrer ses nombreux attributs : rapidité, athlétisme et un bras canon. Sauf que ses passes manquaient régulièrement de précision à sa première saison comme partant, et sa prise de décisions sous pression a été vertement critiquée. En Kenny Britt, Kendall Wright, Nate Washington et la recrue Justin Hunter, il aura à sa disposition quelques cibles de choix afin de faire évoluer l'aspect aérien de son jeu.

De l'autre côté du ballon, si Munchak ne parvient pas à régler les failles défensives des Titans - bons derniers en 2012 pour le nombre de points accordés par match avec 29.4 points et 27e pour le total des verges accordées avec 5 999 - sa place déjà fragile sur les lignes de côté pourrait être compromise. On devra impérativement trouver une façon d'embêter de manière plus soutenue les quarts adverses. Dans l'entourage des Titans, on croit que l'ailier défensif Derrick Morgan a suffisamment progressé en 2012 pour assurer en partie ce rôle.

À surveiller à l'attaque : La division de la charge de travail entre Chris Johnson et son substitut Shonn Greene, rapatrié des Jets de New York ce printemps

À surveiller sur les lignes de côté: l'avenir de Mike Munchak, advenant un faux-départ des Titans

LIRE AUSSI:Les forces en présence dans la NFL: Raiders, Jaguars, Jets et Bills

27. Chargers de San Diego (Fiche en 2012: 7-9)

Bien loin semblent les années fastes des Chargers, synonymes de régularité au milieu des années 2000 avec de multiples participations d'affiliée aux séries éliminatoires. Le règne de Norv Turner à San Diego est désormais du chose du passé - enfin, avanceront ses détracteurs - après une campagne désastreuse caractérisée par des performances en-deçà des attentes de la part de plusieurs vétérans, surtout à l'attaque.

Mike McCoy, l'ancien coordonateur offensif des Broncos de Denver est maintenant aux commandes du club californien. Afin de ramener son équipe au-delà de la barre des ,500, McCoy aura pour principale mission de redonner confiance à son général Philip Riverspuisque c'est par lui que passeront les succès (ou les insuccès) des Chargers. Depuis 2011, Rivers, pourtant seulement dans la jeune trentaine, s'est éloigné de son statut de quart-arrière dominant. Ses passes n'avaient pas leur vélocité habituelle l'an dernier. Par ailleurs, la complicité qu'il avait bâtie au fil du temps avec l'ailier rapproché Antonio Gates (blessé par intermittence l'an dernier) de même qu'avec le receveur éloigné Malcom Floyd a semblé s'évaporer.

À sa défense, peu de quarts, nonobstant de leur talent, réussissent des passes de touchés lorsqu'allongés sur le dos. C'est pourtant la réalité à laquelle il a été confronté pour la majeure partie de 2012, alors qu'on a confié la très importante position de bloqueur gauche à une recrue dénichée parmi les agents libres. Rivers s'est fait rudoyer solidement et à répétition derrière la ligne de mêlée. Et c'est sans compter l'incapacité à rester en santé du porteur de ballon Ryan Mathews, celui qu'on a élevé un peu trop tôt au rang de remplaçant immédiat du grand LaDainian Tomlinson. L'ajout du porteur petit format Danny Woodhead pourrait cependant rendre l'attaque plus dynamique et moins prévisible en situations de troisième essai.

Arrivé en fonction en janvier, le nouveau DG Tom Telesco a dirigé d'une main de maître sa première séance de repêchage avec les Chargers en comblant trois besoins urgents. D.J. Fluker a été sélectionné en première ronde et offrira dès septembre une meilleure protection à Rivers sur les jeux aériens. Telesco a par la suite jeté son dévolu sur le controversé Manti Te'o, secondeur de ligne, en début de deuxième tour, avant d'ajouter une ronde plus tard l'ailier espacé Keenan Allen, un receveur au gabarit imposant. Il ne serait guère étonnant que ces trois recrues se taillent un poste dès cet automne. Leur présence apporterait une dose de jeunesse et d'énergie nécessaire à San Diego.

À surveiller à l'attaque: les performances du receveur Vincent Brown, envers qui les Chargers avaient de hautes attentes avant qu'une grave blessure le force à mettre une croix sur la dernière saison.

À surveiller à la défensive: l'acquisition de Dwight Freeney. Possède-t-il encore la rapidité et l'athlétisme requises pour constamment appliquer de la pression sur les quarts adverses?

26. Browns de Cleveland (Fiche en 2012 : 5-11)

Depuis leur retour dans la NFL en 1999, les déceptions et les saisons de misère, à l'exception de la surprenante saison de 10-7 en 2007, ont été la norme chez les Browns de Cleveland. Les casques oranges sont pratiquement abonnés au quatrième et dernier rang de la division Nord de la AFC. Évoluant sous les ordres d'un tout nouveau personnel d'entraîneurs, la formation de l'Ohio devra bénéficier de performances plus convaincantes de son unité offensive, à commencer par son jeu de passe, si elle désire offrir une opposition valable à ses rivaux de division de Baltimore, Pittsburgh et Cincinnati.

Brandon Weeden en a arraché passablement à sa saison recrue. À maintes reprises, il a semblé effrayé de s'avancer dans la pochette afin de décocher ses passes. Pour certains quarts, il ne s'agirait que d'une étape dans un long processus d'apprentissage. La situation est toutefois différente pour Weeden, puisqu'il aura 30 ans en octobre. Les Browns l'ont réclamé en 2012 avec la certitude que les qualités démontrées par Weeden à Oklahoma State feraient de lui un passeur redoutable à court terme dans les grandes ligues. En Josh Gordon (suspendu pour les deux premières parties), Greg Little, Davone Bess et Jordan Cameron, le quart de 6 pieds 3 pouces misera sur un groupe de receveurs jeune mais talentueux.

La plus grande arme offensive que possède Cleveland est certainement son jeune centre arrière Trent Richardson, dont la première saison chez les pros laisse présager une campagne 2013 faste en verges accumulées et en touchés. Il excelle à trouver autant à trouver des corridors de course à l'intérieur qu'à contourner les plaqueurs à l'extérieur en misant sur sa vitesse. Le nouvel entraîneur-chef Rod Chudzinski et son coordonateur à l'attaque Norv Turner doivent impérativement laisser le talent de Richardson s'exprimer en trouvant des façons ingénieuses de l'incorporer au jeu aérien.

À la défensive, les soucis des dirigeants sont moindres, sauf qu'il reste énormément de place à amélioration. Dans un circuit où l'efficacité des quarts-arrières fait foi de tout, les Browns ne peuvent se permettre d'être à nouveau dans le dernier tiers pour le nombre de sacks réalisés. À cet égard, Cleveland croit avoir fait une belle prise en sélectionnant l'ailier défensif Barkevious Mingo, de LSU, au sixième rang en avril. En plus de Mingo, Chudzinski se tournera vers le jeune vétéran D'Qwell Jackson et l'agent libre Paul Kruger, cueilli des Ravens cet été, afin de déranger les passeurs adverses. Joe Haden demeure quant à lui une valeur sûre afin de couvrir les meilleurs receveurs de passe semaine après semaine.

À surveiller à l'attaque: l'émergence de Jordan Cameron, un colosse ailier rapproché aux qualités multiples.

À surveiller sur les lignes de côté: le septième nouvel entraîneur des Browns en 14 ans sera-il enfin celui qui apprendra à cette équipe «comment gagner»?

25. Cardinals de l'Arizona (Fiche en 2012 : 6-10)

Au moins une bonne nouvelle à l'ordre du jour pour les partisans des Cards : le jeu de la chaise musicale au poste de quart est terminé. Le nouveau pilote Bruce Arians croit avoir trouvé son homme de confiance en Carson Palmer, qui malgré ses 33 ans mérite encore sa place comme partant dans la NFL. À pareille date l'an dernier, Kevin Kolb était pressenti pour stabiliser le jeu aérien de l'Arizona, mais l'expérience s'est avérée très peu concluante. John Skelton, Ryan Lindley et Brian Hoyer se sont relayés par la suite, avec que les résultats que l'on connaît.

Les 58 sacks accordés par la ligne offensive poreuse des Cards (un sommet dans la ligue en 2012) n'ont certes pas été étrangers aux déboires de l'attaque. Afin de donner la moindre chance à Palmer de survivre la saison prochaine, le DG Steve Keim s'est tourné vers le garde Jonathan Cooper, un produit de l'Université de Caroline du Nord. au premier tour du dernier encan, septième au total. Si on lui accorde la fraction de seconde supplémentaire, Palmer aura plusieurs options de passes intéressantes, dont l'excellent Larry Fitzgerald.

Quant à l'attaque au sol, Arians sera en territoire connu puisqu'il confiera le ballon à Rashard Mendenhall, qu'il dirigeait lors de son passage avec les Steelers. Avec Ryan Williams à ses trousses, Mendenhall devra prouver que ses succès à Pittsburgh n'étaient pas le fruit d'une machine bien huilée et d'une ligne offensive efficace.

À l'exception d'une dégelée de 58-0 subie aux mains des Seahawks de Seattle, la défensive de l'Arizona a été relativement solide l'an dernier, se trouvant sous la moyenne du circuit autant pour le nombre de points accordés (357, 17e rang) que pour les verges (5405, 12e). Il y a lieu de croire que l'unité des Cards sera tout aussi avare cet automne, particulièrement contre la passe. Patrick Peterson et Antoine Cason pourraient constituer l'un des duos de demis de coin les plus redoutables de la NFL.

À surveiller à l'attaque: un retour probable de Larry Fitzgerald au statut de super vedette, maintenant que la problématique du quart est réglée.

À surveiller en défensive: le plaqueur défensif et vétéran de 10 saisons Darnell Dockett peut-il se relever d'une saison misérable?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleures pubs de l'histoire du Super Bowl

Best Super Bowl Commercials Ever