LES BLOGUES

Les forces en présence dans la NFL: Panthers, Vikings, Cowboys et Redskins

02/08/2013 12:28 EDT | Actualisé 01/10/2013 05:12 EDT

Avec le début la semaine dernière des 32 camps d'entraînement, la saison 2013 de la NFL est maintenant officiellement à nos portes. Poursuivons notre vue d'ensemble du circuit Goodell en analysant les positions 17 à 20 des forces en présence.

20. Panthers de la Caroline (Fiche en 2012: 7-9)

Peu d'observateurs auraient prédit en 2011, l'année de repêchage de Cam Newton, que le jeune quart-arrière s'imposerait avec autant d'aplomb dès sa saison recrue. L'ancien premier choix au total avait alors pris la ligue d'assaut en devenant le premier quart recrue de l'histoire à atteindre le plateau des 4 000 par la voie des airs, en plus d'amasser le plus grand nombre de touchés, soit 35 (14 par la passe, 21 au sol). Newton n'a pas été aussi éclatant en 2012, et même si on ne peut réellement affirmer qu'il a été frappé par la fameuse guigne de la deuxième année, l'irrégularité de son jeu aérien a soulevé des inquiétudes qu'on n'avait pas identifié à ses débuts dans la NFL.

Le club dirigé par Ron Rivera a réussi l'an dernier à améliorer son sort au classement en récoltant une victoire de plus que la campagne précédente, mais il aura fallu cinq victoires lors des six derniers matchs afin de sauver la mise. Si on se fie à la sortie médiatique percutante qu'a récemment faite le nouveau directeur-général des Panthers, Dave Gettleman, la haute direction ne fera pas nécessairement preuve de patience envers le personnel d'entraîneurs en place advenant un autre début de saison chancelant. On croit en Caroline avoir les éléments en place afin de prétendre aux séries éliminatoires, ou à tout le moins d'obtenir un rendement supérieur à ,500.

Les acquisitions réalisées durant la saison morte n'ont rien d'exceptionnel, mais elles devraient permettre à la Caroline de ne pas être déclassée dans la puissante division Sud de la conférence NFC, qui regorge de talent avec la présence des Falcons d'Atlanta, des Saints de la Nouvelle-Orléans et des Buccaneers de Tampa Bay. Sans être un nouveau visage, le secondeur de ligne Jon Beason injectera une dose d'athlétisme et de leadership au front défensif des Panthers après deux saisons décimées par les blessures. Les premiers échos du camp de l'équipe laissent entendre que les plaqueurs défensifs Star Lotuleli et Kawann Short, les deux premières sélections de la Caroline au dernier encan amateur, sont prêts à porter main forte à l'unité défensive immédiatement, et particulièrement à stopper la course, une facette qui a fait grandement défaut l'automne dernier.

À l'attaque, Newton aura à nouveau comme cible préférée le vétéran Steve Smith, qui à 34 ans ne montre aucun signe de ralentissement. Il faut s'attendre à ce que les Panthers intègrent l'ailier rapproché Greg Olsen plus régulièrement au jeu aérien en raison de sa fiabilité comme receveur sur les situations de courts gains. Brandon LaFell a réalisé quelques superbes attrapés en 2012, mais doit en fournir davantage dans son rôle de deuxième receveur. Malgré toutes ses habiletés, LaFell pourrait bien être délogé par le nouveau venu Domenik Hixon, l'ancien des Giants de New York, s'il ne parvient pas à se démarquer de ses couvreurs avec plus de constance.

Il faut remonter à 2009 pour recenser la dernière saison durant laquelle un porteur de ballon des Panthers a récolté 1 000 verges au sol. Jonathan Stewart et DeAngelo Williams avaient alors tous deux dépassé cette marque, en plus de totaliser 17 touchés. Quatre ans plus tard, la Caroline compte sur ce même duo, non sans avoir investi plusieurs millions de dollars pour le garder intact. On est en droit de se demander si l'investissement rapportera un jour des dividendes, car Stewart est un habitué de l'infirmerie et vient de subir une importante opération à une cheville, tandis que Williams n'a plus l'accélération qui l'avait propulsé au rang de vedette en 2006. Mike Tolbert, un centre-arrière costaud signé l'an dernier, rend quant à lui de fiers services près de la zone payante. Il sert principalement à éviter que Newton prenne des risques inutiles à la porte des buts en fonçant lui-même avec le ballon. On a vu les résultats de cette stratégie avec Robert Griffin III.

> À surveiller à l'attaque: Les prouesses de Cam Newton par la course ne font plus de doutes. Maintenant, peut-il élever son jeu aérien d'un cran?

> À surveiller en défensive: En seulement une saison, le secondeur de ligne intérieur Luke Kuechly, recrue défensive de l'année, s'est déjà établi au rang des joueurs d'impact de la NFL lorsqu'il s'agit d'appliquer de la pression sur le quart lors des jeux de passe.

19. Vikings du Minnesota (Fiche en 2012: 10-6)

Christian Ponder aura une fois de plus en 2013 l'une des tâches les plus plaisantes, soit celle de remettre le ballon dans le champ-arrière au sensationnel Adrian Peterson. Seulement neuf mois après s'être déchiré le ligament croisé antérieur du genou gauche - l'une des blessures les plus sévères qu'un athlète puisse subir - celui qu'on surnomme All Day a connu l'une des saisons les plus fructueuses de l'histoire du circuit, terminant à neuf minuscules verges de déloger Eric Dickerson, détenteur du record avec 2 105.

Maintenant âgé de 28 ans, Peterson se dit au sommet de sa forme et prêt à accumuler 2 500 verges au sol. Bien que cette prédiction soit absurde, le joueur par excellence de la saison 2012 donnera chaque dimanche une chance à son club de l'emporter. Cependant, les miracles de ce dernier ne suffiront pas à répéter les performances des Vikings, qui s'étaient qualifiés pour les séries lors du 16e et dernier match en janvier dernier. Considéré pendant un moment comme un possible quart-arrière de concession, Ponder n'a cessé de décevoir depuis son entrée dans la ligue. Il serait étonnant qu'on lui retire son statut de partant lors des premières semaines d'activités, mais l'arrivée en renfort de Matt Cassel, un quart potable et expérimenté, est un message on ne peut plus clair de la direction.

L'absence de profondeur au sein du groupe de receveurs des Vikes risque de compliquer davantage le travail de Ponder. L'organisation s'est départie du talentueux Percy Harvin ce printemps et s'est rabattue sur Greg Jennings, acquis sur le marché des agents libres. Jennings a connu passablement de succès à Green Bay grâce à sa complicité avec Aaron Rodgers, mais c'était avant que les blessures s'en mêlent lors des deux dernières campagnes. Sa fragilité est une source d'inquiétude compte tenu de l'ampleur des responsabilités qu'on désire lui confier. Kyle Rudolph, ailier rapproché gros format, devra pour sa part prendre les bouchées doubles, même si sa performance de neuf touchés sera difficile à répéter. Finalement, on fonde beaucoup d'espoir au Minnesota sur le receveur recrue Cordarrelle Patterson, choix de premier tour, dont la présence devrait se faire sentir autant à l'attaque que sur les retours de bottés.

Le leader incontesté du front défensif des Vikings depuis plusieurs saisons est l'ailier défensif Jared Allen, un joueur agressif possédant une éthique de travail irréprochable. À 31 ans, Allen en est à sa dernière année de contrat au Minnesota et devra montrer qu'il n'a rien perdu des habiletés qui font de lui l'une des plus grandes nuisances pour les quarts adverses. Dans leur schéma défensif de type 4-3, les Vikings feront confiance à Chad Greenway, une véritable machine à plaqués du côté fort au poste de secondeur de ligne, tandis qu'ils confieront vraisemblablement le côté faible à Desmond Bishop, un autre joueur rapatrié des Packers. Un Bishop en santé pourrait rehausser considérablement la secondaire des casques mauves.

> À surveiller à l'attaque: Le magique Adrian Peterson, qui d'autre?

> À surveiller à la défensive: La tertiaire est jeune et expérimentée au Minnesota, maintenant que le demi de coin Antoine Winfield est un Seahawk. Qui saura profiter de l'ouverture? Xavier Rhodes possède les habiletés requises pour prendre la relève.

18. Cowboys de Dallas (Fiche en 2012: 8-8)

Les Cowboys tenteront d'accéder au tour éliminatoire pour la première fois en quatre ans avec un noyau de joueurs semblable à celui de la dernière campagne. Le volubile propriétaire et DG de l'équipe Jerry Jones s'est tenu loin du marché des joueurs autonomes, ayant les mains liées par le plafond salarial. Le changement le plus notable est certainement le passage de la défensive 3-4 de Rob Ryan, congédié ce printemps, au schéma 4-3 du nouveau coordonnateur défensif Monte Kiffin.

Pour DeMarcus Ware, pierre angulaire de l'unité défensive de Dallas, cette nouvelle philosophie s'accompagne d'une toute nouvelle position, lui que l'on voyait habituellement terroriser les quarts ennemis comme secondeur. Il évoluera désormais sur la ligne défensive au poste d'ailier. Les nouvelles en provenance du camp d'entraînement sont encourageantes, puisqu'on raconte que Ware s'est rapidement adapté aux subtilités de son nouveau rôle. Le premier choix des Cowboys en 2005 a d'ailleurs lui-même affirmé que cette décision pourrait rallonger sa carrière de quelques années.

L'efficacité du système de Kiffin dépendra aussi en partie de l'ampleur de la liste des blessés. Cette problématique a été au coeur de la campagne 2012 des Cowboys et, malheureusement pour eux, ne semble pas vouloir les épargner avant même le début des matchs préparatoires. L'ailier défensif Tyrone Crawford figurait dans les plans de l'entraîneur Jason Garrettavant qu'il subisse à l'entraînement une déchirure du talon d'Achille, une blessure qui le tiendra à l'écart du jeu toute la saison. Toujours sur la ligne défensive, Jay Ratliff et Anthony Spencer sont également tombés au combat la semaine dernière, de sorte que les Cowboys pourraient devoir évaluer d'autres options.

Le portrait à l'attaque est nettement plus rassurant pour Garrett. À sa troisième saison chez les professionnels, l'ailier espacé Dez Bryant a répondu aux grandes attentes en s'imposant comme un receveur d'élite. Tony Romo sera à nouveau le général de l'équipe du Texas. Les points de vue à son sujet continueront d'être mitigés, surtout après la longue et lucrative prolongation de contrat qu'on lui a accordé en mars. Il n'en demeure pas moins l'un des 15 meilleurs quarts du circuit. Année après année, les critiques à son endroit ciblent sa fâcheuse manie de causer des revirements, mais celles-ci sont exagérées dans le cirque médiatique de Dallas.

Malgré son incapacité à rester en santé depuis ses débuts dans la NFL, DeMarco Murray est un porteur de ballon agile et en bonne posture pour établir des sommets personnels en 2013. Murray, Jason Witten et Miles Austin sont les autres armes offensives qui font des Cowboys une menace pour marquer de 25 à 30 points chaque semaine.

> À surveiller à l'attaque: À 33 ans, Tony Romo s'est assuré d'une sécurité d'emploi avec un contrat de six saisons et 108 millions. À lui maintenant de livrer la marchandise.

> À surveiller en défensive: Le demi de coin Morris Claiborne, produit de l'excellent programme de LSU, devrait prendre ses aises à sa deuxième campagne chez les pros.

17. Redskins de Washington (Fiche en 2012: 10-6)

Les éternels rivaux des Cowboys dans la division Est de la NFC ont connu une fin de campagne 2012 fantastique en remportant sept parties consécutives sous les ordres de Mike Shanahan. Le quart recrue Robert Griffin III s'est fait des amis à Washington non seulement en apportant un vent de fraîcheur, mais aussi en rétablissant une crédibilité qui semblait disparue depuis la fiche de 9-7 et la participation aux séries en 2007. Que ce soit par sa rapidité, la précision de ses passes, sa lecture du jeu ou sa capacité de se relever sans broncher après un dur plaqué, Griffin a démontré qu'il détient le potentiel de faire partie des grands.

Privilégiant régulièrement la formation « shotgun read option » afin de tirer avantage des habiletés athlétiques de RGIII, le coordonnateur offensif Kyle Shanahan a réussi à soutirer le maximum de ses effectifs. En Alfred Morris, un choix de sixième ronde à l'encan de 2012, les entraîneurs ont trouvé un porteur de ballon étonnamment efficace pour le type de blocs réalisés par la ligne offensive des Redskins. Ses 1 613 verges obtenues par la course et ses 13 touchés ont éclipsé deux marques de l'équipe.

Malgré tout le succès obtenu dans ce système, force est d'admettre que certains ajustements devront être apportés dans le but de protéger Griffin, qui revient tout juste d'une délicate opération au genou droit. Les premières indications en provenance du camp des Redskins se font toutefois encourageantes à cet égard, même s'il est hors de question que le jeune prodige participe au calendrier pré-saison.

Désormais complètement rétabli d'une blessure persistante à un pied, Pierre Garçon sera le point focal du jeu de passe des Redskins. L'an dernier, il a rapidement développé une complicité avec son général à l'attaque. Sa présence dans l'alignement a par ailleurs été synonyme de victoire en 2012, comme en témoigne le dossier de 9-1 de l'équipe lorsque Garçon était d'office. Santana Moss est quant à lui en fin de carrière, mais peut toujours rendre de fiers services grâce à sa bonne connaissance des tracés, tandis que l'ailier rapproché Fred Davis effectuera un retour attendu dans la formation.

Le terme « catastrophique » serait sans doute approprié afin de décrire le travail de la tertiaire des Redskins contre les jeux aériens lors de la dernière campagne. Avec plus 31 touchés et plus de 4 500 verges alloués via les airs, ceux-ci se sont classés au 31e et au 29e rang, respectivement. La perte du demi de sûreté Brandon Meriweather dès les premiers instants de la saison n'a aidé en rien la cause de Washington, mais les déboires sont néanmoins attribuables au rendement pitoyable de certains vétérans, dont DeAngelo Hall. Malheureusement pour les partisans des Redskins, à moins d'une performance éclatante de la recrue David Amerson au camp, la situation pourrait n'être guère plus reluisante cet automne.

> À surveiller à l'attaque: Les Redskins misent sur quelques jeunes ailiers espacés talentueux (Josh Morgan, Leonard Hankerson, Aldrick Robinson), mais aucun n'a réussi à s'emparer du poste de deuxième receveur.

> À surveiller en défensive: Difficile d'envisager une meilleure saison que la dernière si la défensive reste aussi vulnérable contre la passe.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Draft NFL: les pires flops des 10 dernières années (en anglais)

Worst NFL Draft Busts of the Decade