LES BLOGUES

L'État Juif et la Perle des Antilles

14/07/2012 10:12 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

J'ai depuis longtemps une affinité avec les Israéliens que je retrace à mes 13 ans lorsque presque tous mes weekends incluaient des bar mitvahs de copains. Plusieurs de ces copains sont devenus des amis et aujourd'hui, comme à l'époque, mon Christianisme n'a jamais été une préoccupation, preuve encore une fois que ce sont les adultes et non pas les enfants qui souvent encouragent la division basée sur la race où la religion. Et avec le temps aussi, mes affinités avec Israël, en tant que personne d'origine haïtienne, se sont développées en ce qui ressemble à des liens de parenté. Voici pourquoi :

Quand je dis aux gens combien j'adore prendre des vacances en Haïti, plusieurs me regardent comme si j'étais une dérangée. C'est un peu la réaction que j'ai eue lorsque François Bugingo, mon associé de production, et moi avons décidé de produire toute une série télévisée sur Israël. François s'est souvent rendu pour le boulot et pour le plaisir en Israël et moi je rêvais d'y aller depuis des années. Notre choix a donc été facile et naturel. Mais en voyant la réaction des gens suite à ce choix, j'ai tout de suite fait une corrélation entre Haïti, la Perle des Antilles et Israël, l'État Juif.

Depuis toujours, trop ont essayé de simplifier les complexités de la politique haïtienne et celles d'Israël et du reste du Moyen-Orient. Je sais bien que je ne suis pas équipée pour saisir toutes ces complexités, mais je sais une chose: les gens ne sont pas leur gouvernement. En tant que Canadienne, jamais est-ce que ceci n'a été plus vrai que maintenant. Et je sais aussi que ce n'est ni dans la section «commentaires» de blogues ni dans des topos de 3 minutes d'un journaliste occidental que ces complexités seront comprises et expliquées.

Et chose certaine, pour Haïti comme pour Israël, les meilleurs ambassadeurs de marque demeurent les touristes. Ceux qui, dès les premiers jours de leur voyage dans le pays, respirent grâce à l'âme de ce dernier dans leurs poumons, vivent au rythme de son battement de cœur et ont sa vitalité dans les veines. La mission de ces ambassadeurs de-facto est simple : faire démentir les reportages trop souvent malavisés qui induisent à l'erreur et qui mènent aux stéréotypes et aux idées fausses et rappeler aux touristes potentiels que :

1) Comme en Haïti, on retrouve en Israël des plages à couper le souffle.

2) Ils resteront muets devant la beauté et l'importance des vestiges de Jérusalem et ceux de La Citadelle près du Cap-Haitien et que c'est un rappel de l'importance de ces deux villes dans les annales de l'Histoire.

3) De prendre quelques kilos en une semaine en Israël est un jeu d'enfants parce que comme Haïti, c'est une destination gastronomique. Et, s'il est vrai que le rhum haïtien Barbancourt a déjà ses médailles d'excellence des quatre coins du monde, ça ne devrait pas être très long avant que les excellents vins israéliens reçoivent ce genre d'accolades.

4) On retrouve de l'Art contemporain dans presque tous les espaces publics en Israël parce que là-bas, l'Art est important. Et, que suite au tremblement de terre de janvier 2010 en Haïti, ce sont les artistes de l'ile qui, à travers leurs médiums, ont été les premiers à aider la nation à se relever et à retrouver ses sens parce qu'en Haïti aussi, l'Art est important.

5) Côté cosmopolite, Tel-Aviv se range avec les New York, Montréal et Toronto de ce monde. Et que pour quelqu'un qui comme moi vit dans la seule province francophone du Canada, c'est ironique de voir que toute la signalisation routière en Israël est en trois langues et que malgré tout, l'hébreu et l'arabe se portent très bien. Vous prenez note, police linguistique du Québec?

Mais de loin, les plus grands atouts des deux pays sont leurs habitants. Surement à cause de leurs passés respectifs, Haïtiens et Israéliens ont une urgence de vivre mélangée à une énergie contagieuse et un mot de passe commun: carpe diem. Je n'oublierais pas non plus que suite au séisme, Israël fut le premier pays en terre haïtienne, mettant sur pied un hôpital mobile, en temps record.

Le nom de notre série est « Plus loin que prévu*» dans laquelle nous irons au-delà de la une parce que même si on le sait, on l'oublie: l'habit ne fait pas le moine.

Je crois qu'on peut presque assumer que la deuxième destination de la série sera Haïti, B'ezrat Hasem où si Bondye vlé, comme on dit en créole.

D'ici là, je ne peux que vous encourager à visiter ces deux pays aux trémas. Allez-y et laissez-vous surprendre.

*Plus loin que prévu est une série de 13 épisodes qui sera sur les ondes d'Évasion, dès avril 2013. Elle sera animée pas le journaliste François Bugingo.

Israël