LES BLOGUES

Chasse à l'homme

31/05/2013 10:16 EDT | Actualisé 31/07/2013 05:12 EDT
Courtoisie

la chasse


Impossible d'oublier La chasse de Thomas Vinterberg, avec le magnifique Mads Mikkelsen, l'un des films les plus marquants que j'ai vu depuis longtemps et qui compte désormais parmi mes favoris.

La vie entière d'un homme est détruite, l'instant d'un mensonge. Quelques mots seulement auront suffi pour que tout s'écroule autour de lui. Les choses tournent mal, une méfiance à son sujet se propage, se transforme en hystérie collective et l'oblige à se battre pour sa dignité.

Le scénario est audacieux, l'histoire trouble, les dialogues sont incisifs et les acteurs extraordinairement précis. Le film défend chaque personnage avec force et intelligence, tout y est, réussi de la première à la dernière scène, maîtrise et perfection sur toute la ligne.

Je ne vous en dis pas plus, je crois qu'il faut être frappé par la séquence des évènements, comme l'est Lucas, le héros du film. Je reste complètement habitée par la grandeur de l'amitié qui subsiste malgré la blessure et par la beauté du ralliement inconditionnel d'un fils à son père. Je vous suggère de ne rien lire au sujet du film, ne visionnez pas la bande-annonce, faites-moi confiance, hâtez-vous et allez voir La chasse.

En sortant du cinéma, encore saisie par la scène finale, je me suis demandé ce que je connaissais, moi, du cinéma danois, à part évidemment Lars Von Trier, ses films si particuliers, sa phobie maladive des avions et les soupçons antisémites qui planent sur lui?

Puis, je me suis rappelé Liaison royale qui représentait le Danemark cette année aux Oscars, aux Golden Globes et aux César, le magnifique Teddy Bear, qui s'est illustré au festival du film de Sundance l'année dernière, et oui, oui bien sûr, je me suis souvenu de In a Better World de Suzanne Bier, un film que j'ai adoré et qui a reçu en 2011, l'Oscar du meilleur film en langue étrangère et le Golden Globe du meilleur film en langue étrangère.

Bande annonce In a Bettter World (Un monde meilleur)


« Il se passe quelque chose avec le cinéma danois depuis quelques années », me disait Michel Savoy, mon ami et programmateur du Cinéma Cartier à Québec.

Le Danemark compte un peu moins de 6 millions d'habitants, les cinéastes tournent dans leur langue nationale, les films qui se distinguent sont des films d'auteur et ils sont diffusés, vendus, achetés et primés partout dans le monde.

Un regard approfondi nous révèlerait probablement ce qui se passe d'exceptionnel là-bas. Structure étatique efficace? Remarquable école de scénarisation ? Politiques gouvernementales avant-gardistes? Novatrices? Des excroissances du Dogme95 (mouvement cinématographique initié justement par Thomas Vinterberg et Lars von Trier en 1995 en réaction aux superproductions américaines et qui prônait un cinéma plus sobre, en prise avec le réel direct et sans artifice) ?

Toujours est-il que les résultats sont là et en ce qui me concerne, ça me donne drôlement le goût de voir du cinéma danois.

Pendant que vous, vous irez voir La chasse, de mon côté je visionnerai Festen, du même réalisateur, qui a reçu le Prix du Jury à Cannes en 1998, Après la noce (avec Mads Mikkelsen) et aussi Brothers, deux films de la grande Suzanne Bier.

J'oubliais, La chasse faisait partie des films en compétition officielle au Festival de Cannes l'année dernière (2012) et Mads Mikkelsen y a obtenu le Prix d'interprétation masculine.

En salle en ce moment à l'Excentris, version originale en danois avec sous-titres français, au Cineplex Odeon Forum, avec sous-titres en anglais et au Clap, à Québec, avec sous-titres en français.

Lire les autres billets de Martine Rochon

Suivre Martine Rochon sur Twitter

Suivre Martine Rochon sur Facebook

LIRE AUSSI: Thomas Vinterberg fait un retour fracassant avec son film La Chasse!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Cinéma: les films à l'affiche, semaine du 31 mai 2013