LES BLOGUES

La dépression situationnelle et la nécessité d’en parler

Le premier enfant est synonyme de joies, de bonheur, mais aussi de changements importants dans la vie de toutes femmes.

11/09/2017 10:07 EDT | Actualisé 11/09/2017 10:07 EDT
LeoGrand via Getty Images
En plus de l'isolement, le manque d'aide psychologique pour ces mères serait en partie à l'origine des suicides.

Cela ne se passe pas seulement en Ontario, mais partout dans le monde. La maternité n'apporte pas seulement du bonheur aux mères, mais aussi de l'isolement qui mène à la dépression qui se termine, trop souvent, par un suicide.

Le métier de mère ne s'apprend pas dans les institutions scolaires. Même si les commentaires, les conseils, les théories, les expériences de l'entourage se veulent une aide et un support utiles pour traverser les tempêtes pré et post maternité, rien n'est semblable à ce qui se vit sur le terrain. Le premier enfant est synonyme de joies, de bonheur, mais aussi de changements importants dans la vie de toutes femmes. Le cadet ou l'enfant unique devient alors le « cobaye » pour les parents, mais davantage pour la mère qui, la plupart du temps, reste à la maison les premiers mois, voire les premières années avec lui.

Après la période post-partum (environ quatre semaines), plusieurs mères souffrent d'isolement. Seules à la maison avec leur nouveau-né, elles sont confrontées à une réalité intense et soutenue pour laquelle aucune formation n'existe. Fatigue, stress, isolement, solitude et angoisse deviennent le quotidien de ces nouvelles-mères.

Le résultat se lit dans une étude réalisée en Ontario, mais cette réalité dépasse les frontières. Être mère n'est pas simple, le taux hormonal grimpe et chute sans prévenir. Il ne suffit pas de vouloir allez bien pour que cela fonctionne. L'univers de la mère se modifie de façon significative, car son milieu social se métamorphose. Par manque de temps, d'énergie et de joie de vivre, inconsciemment, la mère s'isole de plus en plus refermant son quotidien sur son bébé et le père, avec qui les échanges et le partage passent par l'extrême fatigue et l'épuisement.

L'isolement devient souvent responsable du manque de communication, de l'absence de dialogue.

Le danger est justement de nourrir des pensées sombres sans percevoir de solutions à l'horizon. L'isolement devient souvent responsable du manque de communication, de l'absence de dialogue. Malheureusement, le sujet est encore tabou, soit le suicide de bon nombre de nouvelles mères après le huitième mois de l'accouchement ce qui inquiète le système de santé et le réseau des femmes avec raisons.

En plus de l'isolement, le manque d'aide psychologique pour ces mères serait en partie à l'origine des suicides. Encore aujourd'hui, les mots d'« aide psychologique » réfèrent trop souvent à des jugements associés à toutes formes de maladies mentales. Ainsi, les dépressions dites situationnelles sont aussi mal perçues que les déficiences génétiques profondes. Pourtant, peu importe les événements responsables d'une dépression situationnelle ainsi que son intensité, presque tout être humain traverse dans sa vie ce passage obligé qui mène à un changement dans le mode de vie. Le nommer, c'est reconnaître son existence.

Patricia Tomasi, fondatrice du réseau Life With a Baby, en Ontario, raconte : « Je pleurais de façon incontrôlable. J'étais fatiguée, je faisais des crises de panique et j'étais constamment anxieuse. » Des solutions existent pour briser l'isolement. La première est certainement d'en parler au conjoint, à un médecin, à une amie ou à un ami. Il faut savoir qu'une dépression situationnelle n'est liée qu'à une situation. Le passage est assurément pénible, l'aide psychologique est presque toujours essentielle et la honte ne devrait pas nourrir la peur d'en parler ou de consulter. Cette forme de dépression n'est que très peu abordée. Pourtant, elle fait des ravages chaque année augmentant le taux de suicide.

Est-ce possible de se souvenir, durant les tempêtes, de ne pas utiliser un moyen permanent à une situation temporaire ?

Êtes-vous dans une situation de crise? Besoin d'aide? Si vous êtes au Canada, trouvez des références web et des lignes téléphoniques ouvertes 24h par jour dans votre province en cliquant sur ce lien.