LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mario Beaulieu Headshot

Réponse à Gilles Duceppe: la cause du Québec avant tout

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les membres du Bloc québécois m'ont élu à la présidence avec le mandat de mettre en œuvre un plan d'action axé sur une campagne majeure de promotion de l'indépendance et de la défense des intérêts nationaux du Québec. Ce plan d'action est en droite ligne avec le nouveau programme adopté en mai 2014 et avec les actions passées de notre parti.

Si c'était à refaire, nul doute que je modifierais mon discours de la victoire pour souligner davantage l'excellent travail que nos députés ont accompli depuis la fondation du parti et pour préciser ma pensée concernant l'attentisme et le défaitisme.

À propos du défaitisme

Depuis le référendum de 95, j'ai entendu à maintes reprises des gens « jeter la serviette » en disant qu'ils ne verraient pas le Pays de leur vivant. Cela s'est accentué avec la défaite de 2011 et l'élection du 7 avril dernier.

Malgré le respect que j'ai pour l'homme, les récents propos tenus par celui qui a su jadis inspirer le mouvement souverainiste comme nul autre, Lucien Bouchard, illustrent éloquemment ce à quoi je faisais référence, par défaitisme. M. Bouchard prétend aujourd'hui que la présence de député du Bloc à Ottawa a affaibli le Québec dans la fédération canadienne, parce que nous aurions privé le Québec de ministres au sein de gouvernements fédéralistes. Selon cette logique, aurait-il fallu que les Duceppe, Plamondon, Lalonde, Lemay, Paquette, Rocheleau, Lessard, adhèrent au gouvernement du Parti libéral des commandites, de la loi sur la clarté, ou bien qu'ils adhèrent aux conservateurs de l'assurance-emploi, ou au NPD des ambiguïtés, ce parti centralisateur qui change son discours selon qu'il s'adresse aux Québécois ou au ROC? Que fait de mieux le ministre Lebel sinon de bafouer le consensus québécois dans le dossier du pont Champlain?

L'attentisme

Au fil des ans, le mouvement indépendantiste a dû composer avec l'approche des « conditions gagnantes » et malheureusement, l'attentisme insidieux qu'elle a lentement, mais sûrement engendrée en son sein. Jacques Parizeau a décrit cette stratégie dans l'histoire du Parti québécois. Malgré cela, le Bloc a tenu maints colloques et congrès sur l'indépendance en collaboration avec des partenaires de la société civile, et promu notre projet de pays à l'international. Malgré tous les efforts du Bloc, et notamment, ceux d'un Bernard Landry lorsqu'il était à la tête du PQ, depuis l'arrivée au pouvoir du PLQ en 2003, le projet souverainiste n'a franchi l'écran médiatique que pour se faire enfariné et réduire dans une sauce « référendiste » indigeste.

La dernière décennie est celle de la multiplication des organismes indépendantistes et des partis souverainistes ou « nationalistes » avec le résultat que l'on connaît, la division des forces. Il devait y avoir une raison à cela, non? Au fil des ans, ce climat de division a donné lieu à des règlements de comptes dont se délectaient nos adversaires fédéralistes et les médias qui vendent de la nouvelle. L'actuel tumulte qui accable le Bloc québécois ne doit pas s'inscrire dans cette continuité. Il faut y mettre fin. Sur le front d'Ottawa, le Bloc peut redevenir le véhicule de la convergence du mouvement indépendantiste.

Respect de la démocratie

Le Bloc québécois comme l'ensemble du mouvement indépendantiste ont su faire preuve d'un sens de la démocratie exemplaire. Évitons de jouer le jeu de ceux qui carburent aux étiquettes. Les pressés, les patients, les purs, les impurs, les durs, les mous, à quoi cela rime-t-il? Notre cause est légitime, pacifiste, non violente et inclusive. À cet égard, le jour de notre accession démocratique au statut de pays, nous deviendrons un exemple mondialement reconnu.

La convergence

Depuis quelques années, certains organismes de la société civile concentrent leurs efforts pour pallier cette division des forces et créer un climat de convergence. Regroupons-nous et allons à la rencontre de la population pour expliquer notre projet de façon positive et concrète. Monsieur Parizeau a déjà qualifié le Bloc de « fer de lance du mouvement souverainiste ». Continuons dans cette direction et redoublons d'ardeur.

Si j'ai offensé des membres du Bloc québécois en dénonçant le climat attentiste qui s'est instauré insidieusement dans le mouvement indépendantiste et le défaitisme de certains, j'en suis désolé. Notre lutte pour l'autodétermination de notre nation est plus importante que nos égos. En toute humilité, j'invite toutes celles et tous ceux qui ont à cœur de bâtir un pays et défendre les intérêts nationaux du Québec à se serrer les coudes et se mobiliser plus que jamais. Ensemble, tout est possible!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?