LES BLOGUES

Pourquoi je suis candidat à la chefferie du Bloc québécois

12/05/2014 09:45 EDT | Actualisé 12/07/2014 05:12 EDT

L'heure est venue d'agir. Le résultat de la dernière campagne électorale au Québec a été pour moi un coup de fouet.

C'était une fois de plus la démonstration qu'en mettant la promotion du projet de faire du Québec un pays en sourdine, les partis politiques indépendantistes ont perdu leur raison d'être et se sont affaiblis électoralement. On ne mobilise pas en s'excusant d'avoir un idéal et d'y travailler. Depuis une vingtaine d'années, comme des milliers de militantes et de militants, j'ai assisté avec consternation au déploiement de cette stratégie défensive axée sur la bonne gouvernance et de moins en moins sur la nécessité de l'indépendance pour exercer notre liberté collective. En général, on ne parle de la souveraineté qu'entre nous, lors des rencontres statutaires entre membres, ou des colloques pour initiés. L'attente des conditions gagnantes en vue d'un mystique référendum ne peut plus tenir lieu de plan d'action. Le combat pour l'indépendance doit se mener chaque jour, parce que chaque jour qui passe le Québec est mal servi par le cadre canadien.

Ce 7 avril 2014 m'a lancé un message clair : c'est terminé, le temps où les indépendantistes s'écrasent. Il est temps de passer à l'offensive.

D'ici un an, nous serons à nouveau plongés en élection, cette fois-ci au fédéral. Face à cette réalité politique, je ne peux rester immobile. On ne peut laisser la glace libre aux Trudeau, Harper et Mulcair qui cèdent continuellement aux pressions électorales du Canada anglais au détriment des intérêts des Québécois. Il faut le faire comprendre aux Québécois, nous sommes à jamais minorisés dans le Canada qui peut former des gouvernements majoritaires sans avoir un seul député au Québec. La carte électorale joue contre nous.

Ma contribution m'est apparue claire : je me dois de donner une voix aux indépendantistes québécois. Il n'y a qu'un parti indépendantiste au palier fédéral. Le Bloc québécois est donc le lieu de rassemblement naturel de tous les indépendantistes, la coalition à partir de laquelle le mouvement souverainiste peut se réorganiser autour d'un plan d'action clair et transparent.

Si le Bloc est élu clairement avec le mandat de faire la promotion et de préparer l'indépendance, il est tout à fait légitime que ses députés concentrent leurs énergies et leurs ressources à cet objectif avant, pendant et après l'élection, à Ottawa et à Québec, à la Chambre des communes comme à l'extérieur. Il est tout à fait possible de faire cela en assumant leurs responsabilités parlementaires.

Il est temps de passer à l'offensive et d'expliquer le projet de l'indépendance de façon positive et concrète. Pour une collectivité nationale, prendre ses décisions par elle-même est essentiel à son développement autant politique, économique que culturel. Nous voulons déterminer par nous-mêmes nos politiques économiques, linguistiques, environnementales, etc. Cela équivaut à ne plus être locataire, mais à être propriétaire de notre propre pays.

Ce renouveau du mouvement indépendantiste a déjà été entrepris dans la société civile avec des moyens modestes, mais avec détermination. Les États généraux sur la souveraineté ont permis de mettre à jour l'argumentaire et de le ramener à l'essentiel, soit de démontrer les effets concrets de la dépendance politique imposée au Québec. Le réseau Cap sur l'indépendance a amorcé une campagne permanente pour faire du Québec un pays.

Le Bloc québécois doit être constamment en partenariat avec les organisations indépendantistes de la société civile, les mouvements citoyens et les associations. Il faut soutenir ces organisations qui travaillent avec des moyens trop modestes. Le gouvernement d'Ottawa ne se gêne pas pour engloutir des centaines de millions de dollars dans la promotion du fédéralisme et l'anglicisation du Québec. Étant donné que les députés fédéraux ont des salaires beaucoup plus élevés que ceux des députés du Québec, je propose d'ailleurs qu'une partie du salaire annuel des députés du Bloc québécois (environ 175 000 $) aille à la promotion de la souveraineté.

Il faut que le débat se fasse enfin non pas entre nous, mais avec l'ensemble de la population. Pour reprendre les propos de l'ancien ministre Jean Garon, la méthode infaillible pour faire l'indépendance, c'est probablement la plus simple : le porte-à-porte, les assemblées de cuisine et visiter toutes les régions et inclure les jeunes.

D'ailleurs, l'appui que m'a donné le Forum jeunesse du Bloc Québécois a beaucoup compté dans ma décision de prendre part à cette course à la chefferie. Il est essentiel que le réseau de jeunes indépendantistes se développe pleinement, notamment afin de relancer le débat sur l'autodétermination des peuples et la diversité culturelle dans le cadre de la mondialisation.

Il est impératif de poursuivre la bataille sur le terrain. Il faut saisir toutes les tribunes et Ottawa en est une importante.

C'est pourquoi j'invite toutes celles et tous ceux qui veulent remettre l'indépendance de l'avant à devenir membre ou à recruter de nouveaux membres du Bloc avant le 15 mai !

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les désirs d'indépendance dans le monde

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?