LES BLOGUES

Êtes vous prêt à changer de vie?

12/09/2014 08:58 EDT | Actualisé 12/11/2014 05:12 EST

Combien d'objectifs vous êtes-vous fixés et combien en avez-vous abandonné? Comment se fait-il qu'il soit si difficile de changer, de transformer sa vie? Bien sûr, on peut identifier plusieurs causes ou résistances face au changement. Toutefois, c'est votre degré d'estime de soi qui vous fournira les plus intéressantes explications associées à l'insatisfaction que vous ressentez face à votre vie.

Manifestations d'une faible estime de soi

Une personne dont l'estime de soi est faible se sent constamment insatisfaite face à sa vie. D'humeur plutôt pessimiste et parfois cynique, elle tend à se culpabiliser au lieu de se responsabiliser. Elle vit beaucoup de détresse émotionnelle face à l'échec, accompagné de sentiments de honte et d'humiliation. Elle anticipe les fins de parcours et redoute les difficultés à venir. Elle perçoit la vie comme une suite d'épreuves et s'interdit de trop se réjouir pour ne pas se sentir malheureuse ensuite. Même quand les choses vont bien, elle s'inquiète. Elle dévalorise ou survalorise à l'excès. Son indécision est très présente, tout comme sa méfiance et sa façon de douter de tout. Son état d'insatisfaction semble permanent, tout comme sa difficulté à agir. Elle vit beaucoup de stress face aux épreuves, face à l'inconnu, face à autrui et même face à la réussite. Elle éprouve de la difficulté à s'aimer et à aimer les autres. Enfin, accordant une importance exagérée aux opinions et à l'évaluation des autres, elle affiche une grande vulnérabilité à la critique.

Un trait typiquement occidental

Lors d'une rencontre entre spécialistes des neurosciences en compagnie du dalaï-lama, l'un des psychologues souleva le problème très répandu de la faible estime de soi. À la surprise générale, ce concept était totalement neuf pour le dalaï-lama, aucun terme ne pouvant le traduire en tibétain. À la suite d'explications, le dalaï-lama n'arrivait pas à comprendre que les Occidentaux étaient engagés dans un dialogue intérieur nourri d'autocritique et de dénigrement de soi. Il semble donc que cette attitude nuisible à notre bonheur, soit propre à notre culture.Ceci me rappela d'ailleurs ce qu'une anthropologue m'avait dit un jour lors d'une discussion sur l'omniprésence de la violence dans certains pays: « En Occident, l'expression de la violence diffère, on la retrouve plutôt à travers une panoplie de comportements et attitudes dirigées contre soi-même.»

L'amour de soi: le vase de cristal de l'estime de soi

L'estime de soi est fondé sur trois éléments: l'amour de soi, l'image de soi et la confiance en soi. Le plus fondamental des trois est l'amour de soi. À la manière d'un vase de cristal, il est le contenant qui permet aux deux autres éléments de jaillir, de se révéler. Pour plusieurs, s'aimer n'a aucun sens, car l'habileté à le faire n'a pas été développée. Des relations davantage orientées sur la critique ont plutôt dominées leur environnement. Or, l'amour de soi se développe, s'apprend. Et ça concerne la façon dont j'arrive à m'accepter inconditionnellement comme personne. En m'accordant de la valeur j'accepte chacune de mes qualités tout comme chacun de mes défauts, sans m'exiger de conditions. Comme tout amour sans condition, il ne repose pas sur mes performances, mes réalisations ou mes échecs. C'est un amour gratuit, généreux, sans calcul, ni attentes. Grâce à lui, je suis assurée d'une protection contre les moments difficiles qui me permet de rebondir suite à un échec. Pour l'amour de soi, il est indispensable de transformer tout jugement autocritique face à soi, comme face aux autres. Il est impensable de s'aimer en générant un quelconque discours dénigrant. Tout comme il est impossible de voir sa vie transformée si à la base, je ne peux éprouver de compassion envers moi-même, m'accepter comme je suis et me pardonner.

L'image de soi

C'est le regard que je porte sur moi-même. Parfois, c'est une image non fondée à laquelle on croit profondément. Quelle que soit cette croyance, l'image de soi est une conviction, vraie ou fausse, face à notre valeur, notre potentiel, nos limites. Habituellement, nos expériences de vie personnelle et professionnelle nous conduisent à nous fabriquer une persona, c'est-à-dire un masque social, une sorte d'identité servant à nous identifier aux yeux des autres. Il arrive parfois que ce masque dépasse son utilité sociale. C'est le cas lorsqu'on l'adopte comme identité propre, en n'ayant plus accès à ce que nous sommes vraiment. L'image de soi est alors teintée de ce masque fictif, engendrant avec elle des convictions subjectives. Pour changer sa vie, il est indispensable d'examiner l'image que j'ai de moi-même afin de voir mon besoin de la réévaluer. Parfois, le fait de confronter cette image avec celle qu'a de moi une personne en qui j'ai confiance, peut m'aider à recadrer mes perceptions.

La confiance en soi

C'est l'ingrédient visible, car il prend appui sur mes comportements, mes actions. Avoir confiance en soi, c'est se connaître. C'est croire en son potentiel et en ses capacités. On l'acquiert grâce à un sentiment de sécurité intérieure, une affirmation de ses besoins, le développement de compétences et à partir de rétroactions de son environnement. Plus on a peur de passer à l'action, moins on développe sa confiance en soi. Moins on la développe, moins on a la capacité de passer à l'action. Cette boucle sans fin génère son lot d'anxiété. La persévérance dans la poursuite de ses objectifs, malgré les échecs ou embûches est une attitude favorable au développement de la confiance en soi. Inévitablement, le fait d'abandonner ses objectifs lui nuit directement et conséquemment, intervient sur une baisse de l'estime de soi.

Misez sur vos forces

L'estime de soi varie, se développe différemment selon notre histoire personnelle, les expériences professionnelles, le milieu familial d'où nous sommes issus, notre culture, l'environnement dans lequel on évolue, les gens sur notre route. Chose certaine, si la vôtre ne vous semble pas super et que vous souhaitez la développer sans y consacrer des années, investissez dans vos forces. Tenter de développer vos faiblesses n'est sans doute pas une mauvaise option. Vous aurez toutefois beaucoup plus de succès, de plaisir, et l'accès à un meilleur sentiment d'efficacité et d'amour propre en choisissant de reconnaître et d'honorer vos forces. En vous donnant le droit de les révéler au grand jour afin d'en faire bénéficier le plus grand nombre, vous aurez transformé votre vie assurément, et sans doute celle de plusieurs personnes autour de vous.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Comment avoir une meilleure estime de soi

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter