LES BLOGUES

Intelligence émotionnelle : êtes-vous en contact avec vos sens?

17/06/2014 11:32 EDT | Actualisé 17/08/2014 05:12 EDT

De nombreuses personnes s'intéressent à l'intelligence émotionnelle en tant que concept. D'autres sont curieuses à l'idée d'auto-évaluer leurs compétences émotionnelles. Un groupe plus restreint s'exerce véritablement à développer celles-ci. Parmi eux, on retrouve des individus exaspérés de vivre « absents », c'est-à-dire préoccupés par le futur ou le passé au détriment du présent. Puis une variété d'autres : des gens affichant un profil anxieux, des personnes en épuisement professionnel, aux prises avec des problèmes d'attention, affichant des signes inexpliqués de tension physique, ou tout simplement des gens qui ont fait le choix volontaire de freiner les conditionnements de notre mode de vie contemporain pour accéder à une vie enrichie et plus harmonieuse au plan personnel et relationnel.

Le comportement du hamster

Il est difficile d'être émotionnellement intelligent si sa vie est une course contre la montre. J'aime beaucoup rappeler l'image du hamster qui court sans cesse dans la roue de sa cage. A-t-il l'impression d'aller quelque part ? Dans son esprit, s'épuise-t-il pour mieux dormir, pour être en meilleure forme? Peut-être échappe-t-il ainsi à l'ennui extraordinaire dans lequel il se voit plongé? Quand je pose la question, on répond souvent quelque chose du genre : « soit il s'emmerde, soit il est dingue ». Les mots « ridicule», «inconscient», «désespéré» ou «conditionné» sont associés à l'évaluation qu'en font les gens. Lorsque je rencontre des clients qui ont un horaire surchargé dans plus d'une dimension de leur vie et qui ont de la difficulté à s'arrêter un seul moment pour réévaluer leurs choix ou prêter attention à leurs émotions dans un contexte précis, je rappelle l'image du hamster.

Hygiène émotionnelle

Avant de goûter aux bénéfices extraordinaires engendrés par une pratique de l'intelligence émotionnelle, il est incontournable de se mettre en mode d'écoute. Or, les mots «écoute», «calme», «attention», «conscience» ou «présence attentive» provoquent chez certaines personnes un sentiment de stress sinon de détresse. Comme si l'idée de s'arrêter allait engendrer un débalancement chronique du sentiment d'exister. Au contraire, l'intelligence émotionnelle génère un meilleur rapport à soi et aux autres. Une des bases de l'hygiène émotionnelle consiste à développer une meilleure écoute de ses sens. Par exemple, faites-vous la différence entre l'information provenant de vos sens (ouïe, odorat, vue, etc.) et celle qui nait de vos perceptions? Pour vous aider à répondre, voici deux mises en situation :

Observation sensorielle

Lors d'une réunion d'équipe ou autre, avez-vous déjà pris le pouls de votre environnement de façon sensorielle : les différences de ton d'une personne à l'autre lorsqu'elles s'expriment, la place que prend une personne par rapport à une autre, la gestuelle de l'un lors de la prise de parole, les différences entre les positions corporelles autour de la table, etc. Je vous entends déjà dire : « Qui a le temps de faire ça? »

Perception interprétative

Toujours lors d'une réunion d'équipe ou autre, vous est-il arrivé d'observer votre discours mental : « Il a l'air fatigué aujourd'hui. C'est certain, il est célibataire. Il est sûrement entré tard cette nuit! » ou encore, « Elle était enthousiaste hier, mais aujourd'hui elle est plutôt triste. Sa présentation a dû être un véritable échec! ». Peut-être vous dites-vous actuellement : J'ai déjà pensé pire que ça lors d'une réunion d'équipe! Et vous avez eu le temps de faire ça...

À l'écoute de vos sens

Éveiller son répertoire sensoriel ne prend pas plus de temps que de se fabriquer un discours intérieur sans fondement et probablement inexact. La vue, l'ouïe, l'odorat, le goût et le toucher nous permettent de traiter toutes les données qui nous proviennent de notre environnement afin de leur donner un sens. En étant conscients et attentifs aux informations captées, nous multiplions nos possibilités d'accéder à des informations fort utiles à la maîtrise de soi, peu importe l'environnement dans lequel on intervient.

Le tissu de nos perceptions

Nos perceptions sont faites d'une panoplie de ramassis : jugements, croyances, échecs, histoire personnelle, culturelle, familiale ou religieuse, etc. Lorsque nous interprétons l'information environnementale à partir de nos perceptions, nous sommes privés de l'information provenant de nos sens. Plus nous sommes conscients de notre façon intérieure de fonctionner, plus on peut faire la distinction entre « information sensorielle» et «perception», ce qui devient une véritable force vers la maîtrise de soi. Il est donc important d'apprendre à distinguer les deux types d'information si l'on veut éveiller son intelligence émotionnelle.

Exercices personnels

On développe son sens olfactif lors d'une marche matinale en étant attentif aux odeurs. On identifiera aussi la variété de sons provenant de l'environnement. On sera attentif à tout ce que le corps capte : vent sur le visage, rayon de soleil sur la joue, contacts avec le sol à chaque pas. Au bureau, à plusieurs reprises durant la journée, pour une durée d'une minute, on peut prendre conscience de sa respiration, écouter les sons de son environnement, porter attention aux odeurs présentes, ressentir le contact de l'assise sur notre fauteuil. Le but est de développer écoute et attention à divers moments, sans jugement, sans attente, sans rien d'autre que devenir conscient un seul petit instant... souvent.

Si vous faites seulement ces quelques exercices de façon régulière, vous éveillerez votre intelligence émotionnelle et préparerez le terrain pour toutes subtilités à venir en lien avec le potentiel extraordinaire que révèle la pratique émotionnelle. Ne manquez pas la suite de ce dossier sur l'intelligence émotionnelle avec mon prochain billet sur l'importance de mieux connaître ses sentiments.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Accro au boulot? Quelques solutions

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?