Marie Josée Cordeau

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Marie Josée Cordeau
 

Autisme: la différence sociale ou le maudit joyeux Noël!

Publication: 23/12/2013 23:53

Je me dois de vous faire une très intime confession: être autiste, en gros, ça ne fait pas mal du tout. Il n'y a pas de lancinants tiraillements qui me traversent l'échine après une nuit allongée entre les bras vaporeux de Morphée. Pas de maux de tête contraignants qui figent mon activité quotidienne ou de membres qui me démangent. Ni aucun organe dont les fonctions vitales se retrouvent en régression. Pas même mon cerveau. Physiquement, l'autisme en lui-même ne cause aucune douleur. Quand j'ai mal, c'est à ma différence sociale. C'est aux attentes des autres dont j'ignore les tenants et les aboutissants depuis ma tendre enfance. Ce sont les regards désapprobateurs qui viennent, gavés par l'incompréhension, ponctuer chaque tentative maladroite de faire partie du groupe. Et ma jumelle siamoise qui en découle: l'anxiété.

L'obligation sociale d'entrer dans un moule serré comme une gaine trop étroite

Le pétillant temps des fêtes est une excellente source vitaminée d'anxiété sociale pour les autistes et les aspergers comme moi. Les règlements de ce temps béni de réjouissances ne nous sont pas parvenus, ni par télécopieur, ni par courrier recommandé. Quand tout le monde est content à l'avance pour un mariage, un réveillon ou une fête d'anniversaire, et qu'ils t'en jacassent sans arrêt à t'en tuer un ou deux tympans, c'est la galère. Tu vois déjà ta jauge d'anxiété grimper en flèche dans le rouge. Palpitations cardiaques incluses. Tu es déjà à moitié morte d'épuisement lorsque tu entres dans le vestibule garni de bottes dégoulinantes de gadoue et que tu dois insérer de force ton manteau dans un placard déjà trop plein.

Ce sont les becs à pincettes de la trop parfumée tante Agnès, les contacts physiques obligés avec des personnes plus ou moins familières qui nous serrent bien fort « parce qu'on ne vous voit pas assez souvent! ». Et se faire toucher parfois brusquement, ce n'est pas la tasse de Earl Grey ou de cidre tiède préférée de tout le monde. Beaucoup d'individus sur le spectre autistique en souffrent d'ailleurs beaucoup. Et comme je suis très sensible physiquement, on me fait systématiquement un peu mal en me serrant trop étroitement.

Durant près de 40 Noëls et Jours de l'An, j'ai imposé mon mutisme à chaque tentative agréable de socialiser, et ce, au grand désarroi des bonnes âmes bien intentionnées. Ils se retrouvaient donc, sans feedback constructif, face à un mannequin de plastique sorti d'une vitrine de chez Sears ou de chez La Baie, qui leur servait de belle-sœur imposée. Du sens du dialogue, des questions de suivi et de relance, même juste par politesse, je n'avais point l'usage. Autant faire la conversation avec les petits sandwichs sans croûte du buffet et les tronçons de céleri frisé. Car le dialogue social, la petite conversation qui fait le liant entre les individus, je commence tout juste à en faire connaissance.

Voilà autant d'occasions de mettre un projecteur bien puissant sur ma très singulière personne, moi qui suis incapable de supporter l'attention concentrée d'un groupe plus de 3 minutes et ¼. Moi qui sacrifierais des veaux et des brebis à la pleine lune pour que l'on ne braque pas une attention trop pointue sur moi. Mais les fêtes, c'est le chapelet des « quoi de neuf? » ou des « travailles-tu toujours à la même place? », attendant réponses positives et joie de vivre. Je prends donc comme cocktail apéritif : deux doigts de sueurs froides avec un zeste de vertiges. Il me faudra ensuite trois bonnes semaines pour m'en remettre totalement.

Le temps des fêtes avec un autiste, c'est Ti-lou qui joue heureux tout seul dans son coin, ignorant l'interaction pourtant évidente avec Maxime, Ariane et Jonathan. Et comble de malheur pour l'orgueil de tante Aline, il refuse de manger la bonne tourtière préparée avec amour, car elle ne goûte pas tout à fait comme celle de sa maman. Il panique et tape du pied, car il est parachuté sans crier gare dans un environnement sans repères familiers et sans lieu de fuite pour reprendre ses esprits. Veuillez, je vous prie, lui aménager un lieu de recueillement un peu à l'écart.

Noël, c'est la torture. Trop de chansons en sourdine qui dansent le cha-cha-cha avec la voix de l'oncle Paul et ses blagues salées, les odeurs de bouffe et de pot-pourri spécial hivernal senteur cannelle et canneberge, les cris de contentement ou de colère des enfants, les ballons qui éclatent sans crier « gare à vous ». Trop de monde, trop de stimuli épuisants et trop de tout.

Être ou ne pas être comme les autres, telle est la question

Dans la vie moderne, pour ne pas se faire lancer des pierres et du gravier, il faut être des individus sociaux et populaires. Avoir des besoins moindres est donc une insulte au bon sens. Mais nous, autistes de bonne volonté, nous avons des besoins réduits qui nous satisfont, un besoin de se recharger seul en solitaire et de développer des champs d'activités particuliers, même sans approbation de nos choix.

Les gens non autistes sont souvent des généralistes qui s'expriment et ont des opinions variées sur tout, alors que nous sommes habituellement des spécialistes qui se focalisent sur quelques sujets d'intérêts approfondis. Jean-Paul peut sortir de son immobilité maxillaire lorsque soudainement on lui propose de parler de son imposant village de trains miniatures qui prend les 7/8e du sous-sol. Il va s'animer durant 4 heures 30 si on lui en laisse le loisir. Au premier changement du fil de conversation, il retournera dans son silence déstabilisant. Comme si ses piles AA venaient de perdre la totalité de leur charge. Des conversations générales, il a un intérêt réduit. Il lui faut de l'information pure et des connaissances pratiques. Sinon, il s'épuise. Intérieurement, parfois il panique.

On pourra le retrouver seul, aux toilettes ou dans une pièce isolée pour remettre ses batteries sur le chargeur. Sa solitude lui manque comme un conjoint en voyage d'affaires. Et de sa solitude récupératrice, il en a besoin comme un diabétique qui ne peut survivre sans son injection d'insuline.

Un chat, un chien ou un ours dans un jeu de quilles

En groupe, l'autiste détonne de ses pairs. Mais il est à ce jour condamné à une sentence perpétuelle lui demandant de s'adapter à un environnement qui n'est pas esquissé pour lui et dont il n'est pas calibré pour saisir les usages. On le pousse à se mouler aveuglément à un mode de pensée et de fonctionnement qui ne lui conviennent malheureusement pas. Il est donc souvent mis en échec et en ressort épuisé. Un peu comme si on vous demandait de courir le 1 000 mètres haies sans entrainement aucun.

Je trébuche sans cesse sur une volonté absolue du monde extérieur qui veut que je sois « normale », conforme, étampée Canada A1, que je suive la norme écrite dont je n'ai reçu ni les instructions verbales, ni les mémos en 3 copies carbone. Car sans les attentes non dites des autres, sans les codes non écrits et pourtant respectés par la majorité, je ne souffre pas.

Vers un besoin de respect de l'individualité de chacun

Pour faire simple, en gros, nous sommes juste calibrés un peu différemment. Comme les cassettes VHS et les cassettes Beta, dans le temps. Il ne faut jamais perdre de vue que différent ne signifie ni inférieur, ni supérieur. Différent, c'est juste autre chose, en parallèle.

Si on ne change pas la manière de traiter l'autiste, si on le force à être «comme les autres», on le condamne à ne jamais se sentir à la hauteur des attentes, à être un individu décevant. Il traînera donc constamment une mauvaise estime de lui-même. Il faut donc l'aimer et l'accepter comme il est : silencieux par intermittence, distant, mais seulement en apparence et comme le chante Claude Dubois: «solitaire dans la foule comme en forêt»...

Découvrez d'autres textes de Marie Josée Cordeau en visitant son blogue 52 semaines avec une autiste asperger


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • <strong>Zat You Santa Claus (The Heavy Remix) de Louis Armstrong</strong> Rythmée de main de maître, cette relecture du classique de Louis Armstrong est irrésistiblement « groovy » et vous colle un sourire presque immédiatement. Partant de là, il est vivement conseillé de mettre la main sur l'album Verve remixed christmas d'où est tiré cette pépite. En effet, la célèbre étiquette Verve a laissé des remixeurs de renom (Wax Tailor, The Orb, Brazilian Girls) revisiter avec énergie des classiques de noël, dont ceux de Billie Holiday, Nina Simone et Dinah Washington, pour un résultat de haute volé.

  • <strong>Last Christmas de The xx</strong> Langoureuse et dansante reprise du classique de Wham!. La proposition de The XX, un groupe rock indie mélancolique à souhait, offre un noël alliant intimité, sensualité et nostalgie.

  • <strong>Christmas Card from a Hooker de Tom Waits</strong> Tom Waits, ce crooner à la voix rocailleuse reconnaissable entre tous, y va d'un blues qui attriste et émeut à a fois. C'est l'histoire d'une prostituée qui écrit une lettre à un dénommé Charlie, de qui elle porte son enfant. Elle raconte qu'elle a arrêté la drogue et le whisky, et que tout va bien en ce moment. Mais ce n'est pas tout à fait le cas, révèlera-t-elle vers la fin de sa lettre. En fait, elle est en prison et a besoin d'argent de la part Charlie. Car noël -et la vie- c'est aussi cela.

  • <strong>Have Yourself A Merry Little Christmas de Bright Eyes</strong> La musique indie rencontre la musique de noël. Un heureux mariage qui offre un résultat d'une sidérante beauté.

  • <strong>Barcarola (You Must Be A Christmas Tree ) de Sufjan Stevens</strong> L'auteur-compositeur-interprète américain Sufjan Stevens, responsable du magnifique album Illinois, est également un grand amateur de musiques de noël, comme en témoigne ses nombreux EP et albums dédiés à cette fête. La discographie « noël » du monsieur est impressionnante et des plus variée. Jetez-vous sur celle-ci si vous êtes moindrement curieux. Ici, sur Barcarola, nous avons droit à une chanson belle/triste aux arrangements flamboyants, mais également à une composition tout en découvertes (choeurs, instruments variés). À la fois sensible et ambitieux.

  • <strong>Wonderful Christmastime de Tom McRae</strong> Tiré du très sympathique disque Maybe This Christmans Tree, Monsieur McRae, ce crooner élégant, pose sa voix angélique sur Wonderful Christmastime et nous offre au passage une finale tout en apesanteur.

  • <strong>Remember (Christmas) de Harry Nilsson</strong> On le connait surtout grâce aux tubes Everybody’s Talkin et Without You, mais soyons clair, Harry Nilsson demeure un chanteur au génie mélodique rarement égalé. Ce Remember, beau et poignant, traite de nos souvenirs, de nos amours, de nos pertes, de nos joies aussi. Impossible d'être insensible face à l'émotion à fleur de peau qui découle de cette pièce. À noter qu'elle fut utilisée dans Vous avez un message (You've Got Mail) pour ceux qui s'en souviennent.

  • <strong>Blue Christmas de Low</strong> Digne représentant de la scène slowcore, le groupe Low reprend, le temps d'un album, plusieurs classiques de noël à sa sauce, et ce, pour notre plus grand plaisir. Slowcore, de quoi s'agit-il ? Faire de la musique folk/rock en prenant son temps, en adoucissant le tempo, et en faisant la part belle à des ligne de guitare cristallines. Lentement, mais sûrement.

  • <strong>Baby, It's Cold Outside de She & Him</strong> Avec son compatriote M. Ward, la coquette actrice et chanteuse Zooey Dechanel a concocté un album de noël -et un de plus!-. Fait intéressant et drolatique, Zooey chante la partie dédiée originalement pour l'homme. Court, mais d'un charme certain.

  • <strong>Rock ton Noël de Les Joualliers</strong> Une petite perle des Joualliers, tout simplement. Voici venir le classique immédiat de la chanson de noël québécoise. Espèce d'électro-pop-humoristique au fort potentiel de faire taper du pied. Et déjà que la pièce est à tomber, le clip est en tout point savoureux : festival de drôleries, paroles funky, énergie contagieuse des interprètes et montage électrisant. Il n'y a pas à dire, les gars s'en donne à cœur joie pour rocker ton noël. Et vous vous écrirez bientôt « On est ben avec du Rock & roll pour noël, <em>fek </em>joyeux noël! »

  • <strong>Good Morning Blues (Real Tuesday Weld Clerkenwell Remix) de Count Basie</strong> Bénéficiant d'une trame électronique venant de belle façon épouser le chant et les quelques notes de piano (qui reste férocement en tête), cette relecture du classique de Count Basie est un régal.

  • <strong>Christmas Song de The Raveonette</strong> Une chanson de noël teinté de vieux rock et de musique New wave -et avec un brin de son saturé et de guitares noisy-, bien sûr !

  • <strong>Good King Wenceslas de Alex de Grassi</strong> J'aurais souhaité mettre ici Do You Believe In Christmas? de Essential Logic (un groupe post-punk des années 80), mais elle est introuvable en visionnement intégral. Voici alors une pièce instrumentale d'Alex de Grassi, tout en quiétude.

  • <strong>Blue Christmas de Banjo or freakout</strong> Un Blue Christmas sous des nappes électroniques vaporeuses, et où le chant n'est qu'un écho lointain. Enivrant.

  • <strong>Christmastime Is Here de Vince Guaraldi Trio</strong> Et un petit dernier pour la route. Archi connu cette fois-ci, cette chanson est tirée de <em>A Charlie Brown Christmas</em>. Enregistré à la CBS en 1965 pour le spécial de Noël de Charlie Brown, ce disque ne vieillit pas, ou plutôt il vieillit bien, formidablement bien, même. Comme un bon vin. Réconfortant et joyeusement mélancolique. Parait-il que c’est l’un des plus populaires disques de Noël de tout les temps. Et bien, à l’inverse de la popularité de Justin Bieber, celle de A Charlie Brown Christmas est amplement mérité - oh la mauvaise foi!

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

 
Suivre Le HuffPost Québec