LES BLOGUES

Cher gouvernement, voici ma mise à jour économique

Si tu veux vraiment être équitable, tu dois aussi aider les parents qui prennent soin de leur enfant différent d’âge majeur.

28/11/2017 06:00 EST
Dutko via Getty Images
Cher gouvernement, c’était mon bilan personnel.  Mais tu sais que la situation des autres Parents Pour Toujours n’est pas meilleure.

Quand tu vas au garage pour une petite chose et qu'au final, ça te coûte 300$? C'est ce qui m'est arrivé mardi dernier. Et sais-tu quoi? Pendant que j'attendais ma voiture en essayant de me remettre de mes émotions (c'est que mon petit budget de Noël venait de s'envoler d'un coup), je pouvais voir à la télé les représentants de mon gouvernement qui fêtaient l'Halloween en retard. À moins que ça ne soit en avance? C'est vrai que les prochaines élections au Québec auront lieu en octobre 2018... Les voilà donc qui lancent des bonbons aux contribuables, dans l'espoir de leur faire oublier toutes les compressions et les coupures de services impitoyables des trois dernières années.

La pluie de bonbons tombe et les contribuables reçoivent une baisse d'impôt de 278$. Les parents de jeunes enfants reçoivent pour leur part un chèque de 100$ par enfant pour aider à l'achat de fournitures scolaires. On promet aussi 105 millions de bonbons en santé et 2,3 milliards de bonbons qui iront dans le plat de la lutte à la pauvreté.

Cher gouvernement, je te parle de la pauvreté depuis des lunes... Tu te souviens de moi, j'espère? Et du regroupement Parents Pour Toujours, bâti par des parents qui ont choisi de garder leur enfant handicapé d'âge majeur au lieu de le « placer » en institution et qui, chaque jour, paient chèrement le prix de l'amour qu'ils portent à leur enfant? Ces parents-là n'ont pas reçu de bonbons mardi. Et pourtant, ils espèrent toujours. Ils espèrent que tu comprendras enfin qu'on n'abandonne pas son enfant parce qu'il a 18 ans. Que tu comprendras qu'on ne peut pas installer notre grand enfant dans un coin en lui demandant de rester là bien gentiment toute la journée pendant que papa et maman vont travailler. Que tu comprendras que papa ou maman doit réduire ses heures de travail ou renoncer totalement à sa carrière pour prendre soin de son enfant. Que tu comprendras aussi que papa et maman ne peuvent pas tirer le diable par la queue pendant des années sans en subir des conséquences graves.

Si tu veux vraiment être équitable, tu dois aussi aider les parents qui prennent soin de leur enfant différent d'âge majeur.

Cher gouvernement, tu dis que tu veux traiter tous les citoyens québécois équitablement. Laisse-moi te dire que ce n'est pas ce que tu fais. D'un côté, tu dis aux parents de jeunes enfants que tu es là pour les aider : allocations familiales, frais de garderie abordables dans les CPE, aide pour les fournitures scolaires, crédits d'impôt, etc. De l'autre côté, tu dis aux Parents Pour Toujours que leur enfant est leur responsabilité et qu'ils doivent assumer. C'est ça, traiter les citoyens équitablement? Si tu veux vraiment être équitable, tu dois aussi aider les parents qui prennent soin de leur enfant différent d'âge majeur.

Pour t'aider à bien comprendre pourquoi tu dois aussi aider les Parents Pour Toujours, permets-moi de te présenter MA mise à jour économique :

Tu sais que je m'occupe de mon fils à temps plein. Pas le choix, il a besoin de soins médicaux particuliers plusieurs fois par jour, il n'est pas autonome et, à 25 ans, il ne va évidemment plus à l'école. Il est avec moi tous les jours, toute la journée. Résultat : je ne peux plus aller travailler. Engloutie dans le marécage de la misère, j'essaie de garder la tête hors de l'eau. Quand je crie à l'aide, tu ne te retournes même pas. Combien de temps encore vais-je pouvoir résister, combien de temps avant que je ne sois complètement avalée par les sables mouvants du désespoir?

Le revenu dont nous disposons, mon fiston et moi, pour «vivre»? 20 580$ par année, ou 1715$ par mois. Avec ça, nous devons nous loger, nous chauffer, nous éclairer, payer les autres services, les assurances, nous déplacer et nous nourrir. Pas évident. Du steak? Pas pour nous. Ah oui, il nous faut aussi payer un médicament pour fiston. Il n'est plus offert au Québec. Il semble que c'est un médicament dont la fabrication est à haut risque. Je n'ai pas encore compris pourquoi, au Québec, nous sommes devenus incapables de le produire, mais bon... Tous les mois, nous devons aller nous le procurer en Ontario et le payer de notre poche. Et parce que c'est un médicament acheté hors Québec, la RAMQ ne rembourse pas.

L'aide que je reçois de ta part, cher gouvernement? Six heures de gardiennage par semaine à 5,75$ l'heure. As-tu déjà vu une gardienne à 5,75$ l'heure, capable de s'occuper d'un jeune adulte comme mon fils? Ça n'existe pas. Je dois donc piger dans ma poche pour payer la différence. J'ai droit à 800$ par année pour m'offrir un peu de répit ici et là. Pour terminer, j'ai droit au crédit d'impôt remboursable pour aidant naturel, 1100$ chaque année. Ouf le gros soutien financier... Oui, je suis sarcastique ici...

Cher gouvernement, c'était mon bilan personnel. Mais tu sais que la situation des autres Parents Pour Toujours n'est pas meilleure. Nous crions à l'aide depuis bien longtemps déjà. Il est temps pour toi de nous tendre la main. Tu sais, quand un Parent Pour Toujours regarde par la fenêtre et qu'il voit ses voisins recevoir des bonbons parce qu'ils ont de jeunes enfants, il ne peut s'empêcher de se demander : « mais pourquoi les bonbons tombent-ils toujours de l'autre côté de la clôture?» Cher gouvernement, lance donc un peu de tes bonbons sur les Parents Pour Toujours. Pour adoucir leur quotidien trop corsé.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost