LES BLOGUES

Le polyamour est la nouvelle tendance qui dérange

Je parle de mon mode de vie, et les gens deviennent soudainement hostiles.

18/10/2017 09:00 EDT
Anthony Harvie
Je crois qu’au final, les gens ont peur du polyamour parce que ça leur est inconnu.

J'aurais dû m'y attendre, ce n'est pourtant pas la première fois que ça arrive. Je parle de mon mode de vie, et les gens deviennent soudainement hostiles. On passe d'un sujet que je crois relativement banal, ma vie amoureuse, et on en arrive tout de suite aux accusations et aux insultes, sans rien entre les deux. Juste ''boum!'' les gens réagissent de façon explosive, et je suis étonnée à chaque fois de la violence de la réaction qu'on m'oppose.

Je suis polyamoureuse. Ce qui veut dire que j'ai plus d'un partenaire amoureux, dans la pleine connaissance et le consentement de chacun. ''Boum!'' quelqu'un vient encore d'exploser. C'est probablement la personne qui a compris de travers, et qui pense que ça veut dire que je couche avec tout le monde. Le polyamour n'est pas le libertinage. Comme son nom l'indique, il s'agit d'amour. Mais au pluriel. ''Boum!''

L'accusation de manque d'engagement me fait toujours un peu sourire en coin, car côté engagement, je crois que j'assure plutôt bien : mon mari et moi avons célébré notre 20e anniversaire de mariage cet été.

Ouais, quelqu'un d'autre vient encore d'exploser. Ça, c'était la personne qui pense qu'on ne peut aimer vraiment qu'une seule personne à la fois. Si on prétend en aimer plus qu'une, ce n'est plus vraiment de l'amour. C'est qu'on n'a pas trouvé LA bonne personne. L'âme soeur. Ou qu'on manque de sérieux et d'engagement. L'accusation de manque d'engagement me fait toujours un peu sourire en coin, car côté engagement, je crois que j'assure plutôt bien : mon mari et moi avons célébré notre 20e anniversaire de mariage cet été. C'est pas que je veux me péter les bretelles, mais... dans une société où 50% des mariages se terminent par un divorce en moins d'une décennie, et où la moitié restante n'est pas forcément heureuse en couple même s'ils ne se séparent pas, je dirais que d'avoir un mariage comme le mien, où l'on est encore amoureux et complices après tout ce temps, y'a effectivement de quoi être fière. ''Boum!''

Tiens, une personne qui n'est pas trop contente que je sois fière de ma différence. Sois différente, mais en silence. En fait, les gens se méprennent souvent sur les intentions d'un polyamoureux qui parle ouvertement de son mode de vie ou de ses relations : le polyamoureux n'essaie pas de convaincre qui que ce soit. Il ne prêche pas pour faire des convertis. Je n'écris d'ailleurs pas pour vous dire que vous devriez cesser d'être monogames. Restez monogames. Ça me va très bien. En fait, mon objectif est celui-ci : j'écris pour lancer une discussion entre les polyamoureux et le reste de la société québécoise. Cette discussion, elle est déjà timidement amorcée, mais à l'heure actuelle, la plupart des polyamoureux sont encore «dans le placard», selon l'expression consacrée. ''Boum!''

Je crois qu'au final, les gens ont peur du polyamour parce que ça leur est inconnu.

Je crois qu'au final, les gens ont peur du polyamour parce que ça leur est inconnu. C'est différent. Tout ce qui est inconnu et différent fait peur et dérange. C'est pourquoi j'ai envie d'informer les gens (allez voir mon blogue!) afin qu'ils sachent ce qu'est le polyamour, et que ça les effraie moins. Pour qu'ils comprennent que polyamoureux et monogames peuvent coexister et que ça n'enlève rien à personne. Un peu comme les gais, qui font partie de notre société et que ça n'empêche pas les autres d'être hétéros si ça leur chante.

Je pourrais écrire encore longtemps, mais quelque chose me dit que nous avons déjà matière à discussion avec ce qui a été mentionné ici. ''Boum!'' Qu'est-ce que je disais?!

​​​​​​​