LES BLOGUES

7 raisons qui prouvent que les voyages profitent toujours aux jeunes enfants

18/01/2017 11:11 EST | Actualisé 28/04/2017 11:31 EDT

Je ne compte plus le nombre de fois où des amis ou des proches bien intentionnés m'ont demandé pourquoi je n'arrêtais pas de voyager alors que mes enfants étaient si petits, étant donné qu'ils n'en garderaient «aucun souvenir».

Ces remarques sous-entendent évidemment que leurs jeunes esprits sont incapables d'apprécier les voyages à leur juste valeur; qu'ils ne leur en restera que des photos quand ils seront plus grands, qu'ils n'auront aucun souvenir de nos expéditions dans les temples cambodgiens, de l'exploration -- à dos de mulet -- de l'ancienne cité de Petra, d'avoir nourri des tortues géantes aux Seychelles ou visité l'église du Souvenir à Berlin. Que c'est seulement en devenant adulte que l'on profite vraiment des voyages, et que l'on gaspille son argent à emmener les jeunes enfants au bout du monde.

À cela, je rétorque avec malice : «Alors pourquoi les amener jouer au parc ou à la balançoire? Pourquoi leur lire des livres ou leur faire un câlin en les mettant au lit? Ça non plus, ils ne s'en souviendront pas.»

Il en va de même des voyages. Non. À la réflexion, les voyages ont l'avantage de vous faire vivre une expérience, de créer des souvenirs communs. Et ça, ils ne l'oublieront pas. Bien sûr, tout voyage a un prix, mais il apporte quelque chose d'inestimable : des occasions d'apprendre et de façonner le caractère, surtout chez les jeunes enfants. Pour situer le contexte, mes enfants ont deux et quatre ans. Ils ont visité plus de 20 pays. L'aînée a pris l'avion une centaine de fois et le cadet s'apprête à prendre son 50e vol international. L'un est né à Singapour; l'autre, à Dubaï. Ces enfants d'expatriés (ou «enfants tierce culture») grandissent à l'étranger, avec un père italo-allemand et une mère pakistanaise. Voyager est naturel pour eux depuis le premier jour de leur vie. Les passeports, les avions, le passage à la douane, les tampons de visas, les aéroports et les hôtels font tout autant partie de leur quotidien que la garderie ou les jeux au parc.

Voilà pourquoi j'aime voyager avec eux, et pourquoi je suis persuadée que les voyages sont tout sauf du gâchis pour les enfants :

1. Ils ont été des étapes importantes de leur développement

Les bébés et les jeunes enfants apprennent constamment, depuis qu'ils sont nés. En voyageant, ils ont l'occasion de découvrir, dès leur plus jeune âge, une grande variété de paysages, d'odeurs, de sons, de couleurs, de visages et de langues. Ma fille a dit ses premiers mots au Vietnam, dont les mobylettes sur la route la fascinaient. Mon fils a adoré notre croisière sur le Bosphore, à Istanbul, et nourrit depuis lors une véritable passion pour les bateaux et la sensation d'être bercé par le roulis.

2. Ils en ont fait des enfants plus flexibles

En voyage, les enfants sont confrontés à une autre normalité. Ils s'adaptent à des situations changeantes et font preuve de souplesse dans leurs habitudes. Ils mangent avec les mains au Pakistan, mais utilisent des baguettes à Singapour. Ils comprennent qu'il n'y a pas toujours de chaise haute chez les marchands de rue asiatiques ou dans les stands du marché, et qu'ils doivent manger sur mes genoux. Ils ont l'habitude de dormir dans leur lit, mais aussi dans la poussette, l'avion, un centre commercial bondé ou dehors, sous une couverture. Grâce aux voyages, ils ont aussi appris à ne pas faire d'histoires à table : ils mangent des currys thaïlandais épicés et acceptent de goûter de nouveaux aliments, tels que les fallafels.

3. Ils leur ont appris que le multilinguisme permet de découvrir le monde en s'amusant

La première question que me pose ma fille lorsque nous partons pour un nouveau pays est généralement : «Quelle langue ils parlent là-bas?» Elle comprend que différents peuples parlent différentes langues et que c'est un excellent moyen d'entrer en contact avec le monde. Les voyages ont aussi facilité notre vie de famille multilingue dans le sens où ils ont habitué nos enfants à passer d'une langue à l'autre.

4. Ils les ont aidés à voir au-delà des différences

Je trouve que c'est une excellente occasion d'exposer nos enfants à la diversité. À 4 ans, un enfant veut savoir pourquoi il y a «des gens noirs, des marrons et des blancs». En parcourant le monde, nous apprenons à notre fille que même si les gens peuvent sembler différents à l'extérieur, nous sommes tous pareils à l'intérieur. Ils se sont aussi fait des amis. Récemment, dans notre hôtel aux Seychelles, ma fille s'est fait une copine du Botswana. Elle m'a fait remarquer qu'elles savaient toutes les deux nager. Elle apprend ainsi qu'elle peut se faire des amis partout (à condition qu'ils partagent ses goûts).

5. Ils les ont rendus plus curieux et leur ont donné le goût de l'aventure

Les voyages stimulent l'imagination des enfants et les encouragent à faire preuve de créativité dans les jeux, deux qualités que l'on développe au plus jeune âge. Je redoutais de visiter la ville antique de Petra, en Jordanie, avec deux petits de moins de 5 ans. J'avais tort. Quand je leur ai annoncé que nous allions explorer une ville perdue, leur imagination s'est mise en branle et ils ont inventé un jeu de chasse au trésor quand nous traversions le siq, un tunnel étroit balayé par le vent, seul point d'accès à la cité. Ils ont été explorateurs à Petra et pirates sur une île déserte aux Seychelles. Ils posent une tonne de questions partout où nous allons et ils adorent l'aventure.

6. Ils les ont encouragés à essayer de nouvelles choses

Les voyages poussent les petits à s'ouvrir aux nouvelles expériences. Mes enfants ont adoré monter à dos d'éléphant, faire du traîneau, faire de la tyrolienne dans la jungle et camper dans le désert. Les voyages ouvrent un champ infini de possibles dans leurs jeunes esprits, ce qui les rend plus ouverts.

7. Ils leur ont donné le goût de la géographie, des mappemondes et des avions

En voyageant avec des tout-petits, on leur fait découvrir et aimer la géographie, les cartes et les avions dès le plus jeune âge. Ils appréhendent mieux leur environnement et se rendent compte que le monde est immense. Ils veulent apprendre le nom des capitales qu'ils visitent et pouvoir les situer sur une carte. Résultat : ils développent très tôt des compétences essentielles dans la vie.

Même si les voyages profitent toujours, d'une manière ou d'une autre, aux jeunes enfants, il faut reconnaître que ce n'est jamais facile et que cela implique de faire face à son lot de défis. En tant que parents, nous devons nous adapter en conséquence, notamment en renonçant au «voyage idéal», plein de souvenirs et d'images idylliques. N'attendez pas la perfection et préparez-vous à des imprévus, qui deviendront des anecdotes inoubliables à votre retour. Élever des petits globe-trotters est aussi passionnant que fatiguant, mais ça en vaut largement la peine.

À voir également :

20 astuces qui changeront à jamais votre façon de voyager

Ce billet a initialement été publié sur le Huffington Post France.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter