LES BLOGUES

Pour celles et ceux qui vont à Sotchi, comme pour celles et ceux qui restent ici

11/02/2014 11:58 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Ça y est, les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi ont été inaugurés. Au-delà des nombreuses questions que pose la réalisation d'un tel événement, notamment à cause du coût astronomique et des accrocs aux droits de la personne, je tiens à souhaiter le meilleur succès à nos athlètes et leur transmettre notre appui chaleureux.

Dès l'été dernier, Québec solidaire a dénoncé les lois homophobes de la Russie et s'est associé à une campagne visant les différents acteurs, particulièrement les grands commanditaires, à faire tout le nécessaire pour que les personnes LGBTQ se sentent bienvenues et ne soient pas discriminées à Sotchi.

Plusieurs mois plus tard, au début de ces fameux Jeux, on constate le même entêtement des autorités russes, la même inaction des commanditaires et la même sourde oreille du Comité international olympique.

Il y a eu des gestes diplomatiques de posés. C'est remarquable, et il faut s'en réjouir. Par exemple, l'Organisation des Nations Unies, par la voix de son président Ban Ki Moon, a lancé un appel à la tolérance et à la lutte contre les attaques anti-LGBT.

On ne peut que féliciter la ville de Montréal, celle de Québec et toutes les autres villes qui l'ont fait d'avoir pris rapidement la décision de faire flotter le drapeau arc-en-ciel à l'hôtel de ville.

Je suis allée à l'ouverture de la maison de la Fierté. Quelle belle initiative de la part du Conseil québécois des LGBT d'avoir suivi le mouvement mondial pour la tenue de cette maison pendant la durée des Jeux! Je tiens à les saluer bien bas et à les remercier. En tout cas, on peut applaudir les initiatives qui sont prises ici au Québec.

Ces diverses actions et prises de position ne protègent pas nécessairement les athlètes, mais à tout le moins, leur envoient un message de solidarité. C'est aussi un message de solidarité et de respect pour nos jeunes lesbiennes, gais, bisexuel-le-s et trans au Québec pour leur dire qu'on ne tient pas à les faire rester ou retourner dans le placard, qu'on n'approuve pas le jeu que sont contraints de jouer nos athlètes et journalistes présents là-bas, obligés qu'ils sont de se faire discrets parce que la loi russe leur interdit de parler ouvertement d'homosexualité.

Ce qui demeure surprenant, c'est que les grandes entreprises comme Coca-Cola et McDonald's, qui ont le gros bout du bâton, n'osent pas se servir de leur pouvoir pour infléchir la conduite du pays hôte en matière de droits humains. On ne parle pas ici de stratégie commerciale, on parle de droits humains reconnus par l'ONU.

Maintenant, j'apprécie que les partis politiques québécois aient approuvé la motion - dont je suis très fière - qu'a déposée Québec solidaire afin de faire flotter le drapeau arc-en-ciel sur l'édifice de l'Assemblée nationale pendant la durée des Jeux.

Ça serait un message très fort. Pas seulement envers la Russie, pas seulement envers nos athlètes et nos journalistes qui travaillent à Sotchi, pas seulement envers les personnes LGBTQ qui vivent en Russie, mais aussi pour tous les LGBTQ du Québec, jeunes et moins jeunes, à qui on va dire qu'on pense à eux, qu'on veut qu'ils s'épanouissent comme ils sont au Québec et ailleurs. Un message de lutte contre l'homophobie qui doit se rendre dans tous les foyers et dans toutes les écoles!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Ils se sont élevés contre la loi anti-gai en Russie


Poutine et l'homosexualité

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.