LES BLOGUES

Festival de Cannes: <em>Grace de Monaco</em> sifflée par la presse

14/05/2014 12:02 EDT | Actualisé 14/07/2014 05:12 EDT

Si l'histoire d'amour entre l'actrice hitchcockienne Grace Kelly et le prince Rainier III de Monaco a commencé au Festival de Cannes, on ne pourrait dire qu'il y avait de l'amour dans l'air ce matin à la projection de presse de Grace de Monaco d'Olivier Dahan. De fait, avant même que défile le générique de fin, certains journalistes ne se sont pas gênés pour siffler afin d'exprimer leur mécontentement. Ayant décidé de bouder la cérémonie d'ouverture du 67e Festival de Cannes, les membres de la famille Grimaldi, qui n'ont pas apprécié ce que Dahan y dévoile sur les amours des sérénissimes altesses monégasques, ne seront certainement pas les seuls à vouloir déliter ce film de leur mémoire... 

« Je me sens triste parce que je crois pas que le film ait fait preuve de malice envers les Grimaldi. L'histoire que nous racontons est romancée. Je les comprends de vouloir préserver la vie privée de leurs parents et je respecte cela. Pour ma part, j'ai approché le rôle avec amour », affirmait la gracieuse interprète de Grace Kelly, Nicole Kidman, à la conférence de presse suivant la projection.

Avec son port de reine, sa taille mannequin et son jeu sensible, Nicole Kidman était certes l'actrice idéale pour incarner Grace Kelly. Malheureusement, le film de Dahan, à qui l'on doit le tourbillonnant biopic consacré à Édith Piaf, La vie en rose (La môme), ne lui arrive pas à la cheville. En fait, ce film présenté hors compétition n'est pas sans rappeler la série Sissi tant il est sirupeux et soporifique à la fois - pour ne pas dire cucul la praline!

Mélo vieillot

Campé en 1961, alors que la France est en guerre contre l'Algérie et souhaite annexer la petite principauté de Monaco, Grace de Monaco dépeint la princesse partagée entre sa passion pour le cinéma - Hitchcock (Roger Asthon Griffiths) vient de lui offrir Marnie sur un plateau d'argent - et son amour pour ses enfants. Ayant compris le pouvoir d'une belle image, elle apprendra donc à devenir la parfaite monarque auprès de son prince de mari (Tim Roth) afin d'empêcher le général de Gaulle (André Penvern) de bombarder le rocher aux routes sinueuses.

« Il y a différentes couches dans ce portrait qui n'est pas un biopic, expliquait Olivier Dahan. Le film parle de cinéma, d'une actrice. Il est à la fois complexe et accessible. Nicole est une actrice géniale et j'ai eu l'énorme chance de travailler avec elle. J'ai eu la chance de passer du visage de Grace au visage de Nicole. Du fait de ce que Nicole m'avait raconté sur elle, je pouvais les associer pas seulement physiquement, mais spirituellement. »

Aussi élégante que la princesse Grace avec ses tenues Dior et ses bijoux Cartier, Kidman a étudié son personnage en regardant les nombreuses archives à sa disposition et les films d'Hitchcock où jouait Kelly, dont son préféré, Rear Window(Fenêtre sur cour).

« Grace était unique, racontait l'actrice.Elle me fascine et fascine encore les gens. Elle était une grande vedette, elle a reçu un Oscar tôt dans sa carrière, puis, elle a tout abandonné pour se marier et fonder une famille. Après six ans de mariage, elle ressentait encore une passion pour son métier d'actrice. Cela dit, Hitchcock n'est pas allé la voir à Monaco, il lui a offert Marnie au téléphone. Je me reconnaissais en Grace lorsqu'elle répète son rôle. Je m'imaginais jouant Marnie, je m'imaginais Grace jouant Marnie. Je trouvais des similarités entre la vie de Grace et la mienne... sauf que je n'ai pas épousé un prince. Enfin, j'ai épousé un prince du country! »

Arrangé avec le gars des vues

Toute histoire vraie racontée au cinéma est forcément romancée, et Olivier Dahan ne cache pas d'avoir transformé quelques faits pour les besoins du film : « Les faits historiques renforcent les personnages que je décris. Grace doit faire des choix dans un contexte restreint, pas seulement un choix d'actrice, mais de femme. Quasiment tout est vrai dans le film, mais de Gaulle ne s'est jamais rendu au bal, mais parce que je fais du cinéma, j'avais besoin de réunir les deux protagonistes dans le même cadre. »

Alors que Grace de Monaco aurait pu se transformer en thriller politique au parfum de film noir avec ses intrigues de cour, le tout demeure un vulgaire et artificiel drame domestique en mode mélo où le directeur photo Éric Gautier échoue à filmer Kidman comme Hitchcock a filmé Kelly. Au cours de la conférence de presse, Dahan annonçait par ailleurs qu'il n'y avait plus de polémique et que la sortie du film aux États-Unis n'était plus compromise, Harvey Weinstein étant revenu sur sa décision. Devant cet opus kitsch et suranné, on se demande bien quelle mouche l'a piqué...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleures photos du Festival de Cannes 2014

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?