LES BLOGUES

Maux de bureau...

21/09/2015 09:48 EDT | Actualisé 21/09/2016 05:12 EDT

Une chronique sur ce qui nous empoisonne l'existence au boulot et comment faire mieux...

Pression

Nom féminin. Influence coercitive, contrainte morale

Le US Open s'est terminé et la surprise fut totale lorsque Serena Williams s'est inclinée devant la Roberta Vinci. Une page de l'histoire qui ne s'écrira pas, car Serena ne pourra pas accomplir son Grand Chelem dans la même année (seul titre qui lui manque pour devenir la joueuse la plus titrée et dépasser ainsi Steffi Graf.) Un record qui a été établi en 1988...

La semaine dernière, vous avez pu lire que j'aimais regarder ce sport. Cette nouvelle m'a soufflée, attristée et remise les choses dans une juste perspective : comme quoi même les super héros peuvent aussi être des super normaux...

Il ne faut rien tenir pour acquis. Chaque jour, chaque tournoi apporte son défi et il faut le vivre comme si c'était le premier... ou le dernier.

Le sport n'est qu'un prétexte ici à ma chronique. Ma vraie question est comment tourner la page? La défaite est toujours amère. Il faut quand même revenir et tout recommencer. Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage. Par contre, il y a tellement de saboteurs pour ne pas y retourner : nous d'abord, notre ego, le regard des autres, la pression qu'on se met pour se prouver et aussi le faire pour le prouver aux autres.

Chère pression!

De la pression, il y en a eu pour Serena. Elle s'en est mise beaucoup pour gagner le titre. Tellement, qu'à la fin, cela l'a grugée et affectée son jeu. Il y a eu la pression des autres qui lui rappelaient sans cesse qu'elle allait marquer l'histoire. On ne parlera pas des médias sociaux. Partout, tout le temps, sans répit, sans bulle pour s'en échapper...

La pression peut devenir un élément pour se surpasser si elle est bien gérée. Sinon, elle devient une contrainte de poids. Il y a la pression juste assez nécessaire pour faire marcher la machine et celle trop forte, qui la laisse s'effondrer...

Idées en rafale pour revenir au jeu

Mais quoi faire quand la pression vous a fait tomber et qu'il faut se remettre en selle? Ce serait dommage de se priver de Serena... Comment pourra-t-elle se refaire et revenir au jeu?

Voici quelques idées en rafale:

  1. Acceptez ce qui est. La partie a été un désastre d'accord. On ne peut quand même pas la refaire. Alors, avançons!
  2. Faites le bilan. Points forts, points à améliorer. Non pas pour se flageller, mais pour refaire... autrement. Le tennis est un bel exemple dans ce sens. Match après match, les joueurs recommencent comme si c'était la première fois qu'ils jouaient. Pas toujours glorieux, mais chaque partie apporte son lot d'apprentissages.
  3. 100 fois sur le métier... recommencez. Fort de l'apprentissage, pratiquez-vous à agir autrement. Il faudra se parler fort pour chasser ses pensées négatives. Il est certain que cette défaite pourra hanter Serena. Elle devra travailler fort pour maîtriser son hamster qui roule très vite dans sa tête et repartir comme si c'était une nouvelle aventure. Faire le vide est une bonne idée. Ces joueurs sont aussi bons que leurs dernières parties.
  4. S'entourer de proches ou de professionnels devient vital pour s'aider à se calmer et aussi, remettre les choses dans leur juste perspective.
  5. Humour, humilité et persévérance seront d'autres atouts pour tourner la page rapidement.

À tous les sportifs de salon qui travaillent fort dans les coins pour réussir leurs défis quotidiens, si la vie vous a joué un tour, il n'est pas trop tard pour revirer ça de bord, apprendre de vos erreurs et repartir sur de nouvelles bases pour atteindre votre Grand Chelem.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

15 conseils scientifiquement prouvés pour déstresser

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter