LES BLOGUES

Au Maroc, le culte de l'hymen au détriment de l'humain

J'ai lu un article qui m'a fait vraiment froid dans le dos: une femme de vingt ans s'est suicidée à Marrakech, le soir même de sa nuit de noces, quand son mari a découvert qu'elle n'était pas (ou plus) vierge.

22/07/2017 08:00 EDT | Actualisé 22/07/2017 08:00 EDT

J'ai lu, dans un magazine féminin, un article qui m'a fait vraiment froid dans le dos: une femme de vingt ans s'est suicidée à Marrakech, le soir même de sa nuit de noces, quand son mari a découvert qu'elle n'était pas (ou plus) vierge. Elle s'est défenestrée laissant sa famille, qui attendait de célébrer la virginité de sa fille dans la pièce à côté, dans le désarroi. Voilà.

Inutile de vous dire le fin fond de ma pensée concernant toute cette histoire. En fait, si. Société complètement chtarbée! Vraiment! Je pensais déjà que cette ridicule, honteuse et humiliante tradition était passée à la trappe depuis longtemps, mais quand je lis ça! Mon Dieu!

En fait, je me pose, légitimement peut-être, une question: que s'est-il passé dans la tête de cette fille? Quel film a-t-elle passé rapidement dans son esprit pour préférer se défenestrer? S'était-elle dit "Merde! Je pensais qu'il n'allait y voir que du feu, ma famille va me tuer, que vont penser les gens? Je saute dans le vide!". Ou alors "Putain, je n'ai pas saigné, pourtant je suis vierge. Mon mari ne va pas me croire, ma famille va me tuer, que vont penser les gens? Je saute dans le vide!". Je ne vois pas autre chose. Certains commentaires sur la toile suggèrent que ça serait un meurtre déguisé en suicide (effet séries policières?). Zaama le mari, dans un excès de colère, l'aurait jetée par la fenêtre. Je n'y crois pas trop. J'ai encore foi en l'humanité, naïvement.

Donc dans mon esprit, il y a une "chance" sur deux pour que cette fille se soit défenestrée parce qu'il y a encore cette croyance selon laquelle toutes les femmes saignent quand elles perdent leur virginité. Tout comme il y a une "chance" sur deux pour que cette fille se soit défenestrée parce que la société considère encore que la valeur d'une femme est égale à l'état de son hymen et que l'absence de ce dernier serait une raison fondamentale pour qu'elle soit considérée comme "non épousable" et une honte pour sa famille.

Bref. Cette pratique ancestrale, celle du fameux Seroual qu'on remet aux invités - tâché de sang obligatoirement - pour prouver l'honneur intact de la famille, manifestement encore pratiquée aujourd'hui, est une preuve supplémentaire de l'absence de l'éducation sexuelle dans notre pays.

À quoi sert l'hymen? Ce bout de chair sur lequel on se base pour jauger la valeur d'une femme ... À quoi sert-il? Pourquoi est-il là?

Le sexe, en plus d'être un tabou, ne fait objet d'aucune recherche constructive. Personne n'a expliqué à ces familles - soit parce que l'information est inaccessible dans certaines régions, soit parce que les coutumes et la hchouma bannissent ces sujets dans l'intimité de beaucoup de foyers - qu'un hymen n'est une preuve de rien du tout. C'est juste un bout de tissu, là, qui se distend avec l'âge et qui peut se péter du jour au lendemain pour diverses raisons. Il y a même des femmes qui naissent sans hymen. Incroyable! Tout comme, je vous le donne dans le mille, il y a des femmes qui ont une vie sexuelle. Eh oui! D'ailleurs, j'ai une question à vous poser: à quoi sert l'hymen? Ce bout de chair sur lequel on se base pour jauger la valeur d'une femme ... À quoi sert-il? Pourquoi est-il là? J'ai posé cette question à grand nombre de personnes ces dernières heures, et quand on ne me répond pas avec un humour blasé que "c'est juste pour pourrir la vie des femmes", on me répond "je n'en sais fichtrement rien du tout".

Vous savez, beaucoup basent leurs vies et leurs mariages sur ce bout de peau en ignorant royalement son utilité. Beaucoup oublient aussi que cette virginité chérie est exigée -par les religions monothéistes- et pour les hommes et pour les femmes. Pourtant, le seul être pointé du doigt reste la femme. Je connais personnellement beaucoup d'hommes qui sautent tout ce qui bouge et qui imposent la condition de la virginité à leur future épouse. Pourquoi? Je n'en sais fichtrement rien. Certainement un duel religion/"occidentalisation" où il n'y a même pas de gagnant.

Les femmes, ces "hymaines" (mixage entre l'hymen -le plus important- et l'humain passé au second plan) qu'on traque jusque dans l'intimité de leur appareil génital.

Les femmes, ces "hymaines" (mixage entre l'hymen -le plus important- et l'humain passé au second plan) qu'on traque jusque dans l'intimité de leur appareil génital. C'est énorme.

Les hommes, beaucoup (pas tous, je le sais, merci), qui exigent ce bout de peau pour prendre la main de ces épouses qui acceptent, sans trop savoir pourquoi, mais qui trouvent toujours la bonne justification ... "l'amour", "la virilité", "la belle jalousie", "la protection"...

Nous sommes en manque cruel d'éducation sexuelle dans ce pays. Il faudrait qu'on explique aux Marocains, dès le jeune âge, à l'école, l'utilité de toutes ces choses qui composent leurs corps. Il faudrait qu'on leur explique ce qu'est un hymen et ce qu'est une femme, parce que pour moi, les deux, sont complètement dissociables et ça, il va falloir que beaucoup l'intègrent.

Paix à l'âme de cette jeune fille victime d'une société non éduquée sexuellement et courage à toutes celles qui vivent avec le poids de cette croyance qui voudrait qu'un hymen soit tout ce qu'elles... sont.

​​​Ce billet a d'abord été publié sur le HuffPost Maghreb.

LIRE AUSSI
»
Cette maman remercie la copine de son ex de prendre soin de sa fille
» Des couples racontent à quoi ressemble vraiment la nuit de noces
» Victime de violences conjugales, elle abandonne son chiot à l'aéroport