LES BLOGUES

Un sens moral bien développé

27/04/2014 09:06 EDT | Actualisé 31/07/2014 10:30 EDT

Le souhait le plus cher de la plupart des parents n'est-il pas d'avoir des enfants agréables à côtoyer? Avoir des enfants gentils, généreux, serviables et attentionnés envers les autres fait plus souvent qu'autrement la fierté des parents. Cela s'explique facilement : personne ne veut être le parent d'un enfant qui ne sait pas se comporter!

S'il est vrai que certains enfants sont de nature plus conciliante que d'autres, tous ont besoin des conseils aimants de leurs parents et de leurs éducateurs pour leur apprendre à vivre en société. Avoir de bons résultats académiques est évidemment important et louable, mais il est primordial d'accorder une grande importance au développement d'un bon caractère chez les enfants. Que faire d'un «bollé» en maths qui ne pense qu'à lui-même et se chamaille constamment avec ses camarades? Au final, cet enfant deviendra peut-être plus nuisible à la société qu'autre chose si on ne lui inculque pas un certain sens moral.

La science est un outil puissant qu'il vaut mieux laisser entre les mains de gens bien intentionnés et ayant à cœur le bien commun. En revanche, la société profitera toujours d'un enfant qui a de belles qualités, peu importe ses résultats scolaires. Bien sûr, l'idéal est de combiner un sens moral bien développé à un puissant intellect.

Les parents ont définitivement à cœur le développement moral de leurs enfants, mais ils disposent de peu d'outils pour les aider. Certains se débrouillent plutôt bien, tandis que d'autres pourraient nettement faire mieux, comme en témoigne le fléau de l'intimidation. En outre, bien qu'on soit tous pour la vertu, la manière dont on parle d'éducation se limite presque exclusivement aux façons de favoriser le développement des compétences académiques et physiques de nos petits. L'éducation est pourtant bien plus que l'acquisition de capacités intellectuelles et d'habiletés physiques, elle comporte une dimension morale extrêmement significative.

J'ai été impressionnée par un article du New York Times, « Raising a Moral Child », qui offre des moyens pratiques, basés dans la recherche scientifique, aux parents pour les aider à éduquer leurs enfants afin qu'ils apprennent à agir selon des concepts moraux de base. L'auteur, professeur à l'Université de Pennsylvanie, montre que les façons dont les parents renforcent les comportements positifs et réagissent aux comportements négatifs de leurs enfants ont des impacts profonds sur le sens moral inculqué à leur progéniture.

La leçon la plus importante à tirer de toutes les études citées par l'auteur est celle-ci : les enfants apprennent plus que tout par l'exemple. Le véritable défi est donc de personnifier soi-même les qualités que l'on veut transmettre à nos enfants. Quel contrat pour les parents! Éduquer des enfants est avant tout une affaire de développement personnel pour le parent, qui doit constamment chercher à s'améliorer et à vivre en accord avec ses principes. Les enfants voient tout de suite que quelque chose cloche si on répète qu'il est important de partager, mais qu'on fait bien attention de ne pas déballer une boîte de chocolats reçue en cadeau devant la visite afin de la garder juste pour nous.

Il est aussi particulièrement frappant de constater les résultats de certaines études citées dans l'article qui montrent que louanger le caractère d'un enfant a une influence beaucoup plus profonde sur son développement que de louanger ses bonnes actions.

Dire à un enfant : «C'était généreux de ta part de partager tes jouets avec les amis» n'aura pas le même impact que dire : «Comme tu es généreux! Tu es vraiment le genre de personne qui aime aider les autres.» C'est que la motivation de l'enfant à avoir de bons comportements augmente significativement lorsqu'il perçoit une qualité comme faisant partie de son identité propre. «Je suis une personne généreuse, donc je partage».

Il est vrai que la transmission des valeurs n'a pas la même profondeur lorsqu'elle se limite à dire aux enfants qu'il est important «de partager», de «ne pas frapper», etc. Il faut situer le bien-fondé des bonnes actions en expliquant aux enfants la signification de qualités spirituelles, comme la générosité, l'amour ou la coopération. Ces qualités spirituelles agissent comme des forces positives dans la société et elles ont une influence profonde dans nos vies de tous les jours. Expliquer de manière concrète aux enfants que certaines forces les affectent positivement (générosité, amour, coopération, etc.) alors que d'autres les influencent négativement (égocentrisme, haine, violence, etc.) est une façon de les aider à mieux comprendre pourquoi «il faut partager». Les gens sont naturellement attirés vers les personnes généreuses et évitent la plupart du temps les personnes trop centrées sur elles-mêmes ; l'amour est à la base de toutes les relations humaines, alors que la haine conduit à la division et à la désintégration. Quel genre de personne nos enfants veulent-ils devenir?

Les enfants, pour bien se développer, ont besoin de distinguer ce qui est bien de ce qui est mal, mais, plus encore, ils ont besoin d'une base morale solide qui leur permettra de grandir et de s'épanouir en s'appuyant sur des racines profondes. Un cadre moral bien structuré est ce qui leur servira de référence leur permettant de faire des choix éclairés dans la vie et ce qui les aidera à maintenir une salutaire indépendance d'esprit face à tous les courants néfastes qui circulent dans le monde.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les prénoms d'enfants les plus populaires en 2013


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?