LES BLOGUES

L'insoutenable légèreté du bulldozer

22/01/2015 11:59 EST | Actualisé 24/03/2015 05:12 EDT

Lorsque la fin de l'année est arrivée, tous les médias ont fait leur classement des ministres. La pratique est contestable et montre vite ses limites : ainsi un ministre se retrouve mauvais élève dans l'un et révélation dans l'autre. Plus que sur la politique en général, ce genre d'article informait sur les positionnements politiques des médias les publiant. Cependant, parmi tous, il y avait un consensus, un que personne ne voulait sauver, et qui permettait en plus de faciles jeux de mots. Yves Bolduc, ministre de l'Éducation nationale, est unanimement dernier de la classe.

Faut-il hurler avec les loups ? Il y a tout de même de quoi, surtout que l'enfant terrible est toujours en place et continue ses joyeuses bourdes avec la légèreté du bulldozer. Sa nomination à ce poste était déjà une surprise : ancien ministre de la Santé (il avait d'ailleurs succédé à l'actuel premier ministre), il n'avait pas brillé, mais était dans son champ de compétence. Pas de chance le poste avait été promis au transfuge de la CAQ Gaétan Barrette en échange de son retournement de veste... Qu'importe, on a donc mis Bolduc à l'Éducation. Surprenant mais bon, il y a parfois des personnes qui se révèlent en poste.

Pour ce qui est du docteur Bolduc, outre l'affaire scandaleuse des primes incitatives qu'il a obtenues comme médecin alors qu'il siégeait à l'Assemblée, c'est avant tout la vision politique portée qui est désastreuse. On n'attendait pas particulièrement les libéraux sur ce sujet, mais sa collègue de la Culture Hélène David, si elle pratique de dures coupes budgétaires, semble le faire avec un minimum de connaissance du sujet. Là, on nage dans le grotesque permanent.

Que restera-t-il de son mandat ? Son étrange pas de deux sur les élections dans les commissions scolaires? Après avoir déclaré que le gouvernement voulait les supprimer, ils les ont finalement maintenus, mais en conditionnant leur survie à la participation (dérisoire, comme d'ordinaire). Peut-être retiendra-t-on le courage politique de celui qui vient d'annuler en dernière minute sa présence au Forum étudiant à l'Assemblée nationale, par crainte de se faire chahuter ? Ou bien retiendra-t-on son incroyable citation proposant d'économiser le budget de l'éducation en achetant plus de nouveaux livres dans les bibliothèques scolaires, celle-ci en possédant déjà beaucoup ? C'est sans doute celle-ci qui marquera l'histoire, collant aux bilan du ministre comme le sparadrap aux doigts du capitaine Haddock.

Ces déclarations montrent autant une bêtise et une lourdeur qu'un total mépris des interlocuteurs. Assuré d'être largement au-dessus de tous, Bolduc aligne gaffe sur gaffe et reste en place, soutenu par un gouvernement que l'on peine à comprendre.

Cette légèreté de tractopelle me fait également penser à un autre gaffeur en chef qui, lui, a aujourd'hui une grande popularité auprès des médias comme des citoyens. Il s'agit de Pierre-Karl Péladeau, le futur sauveur du PQ, que l'on est obligé de croire sur parole tant son bilan est maigre. En effet, il ne s'est révélé que gaffeur et peu charismatique pour le moment. Après avoir tenté d'intercéder auprès d'acteurs d'un dossier dans l'intérêt d'une de ses entreprises il a fait amende honorable, expliquant découvrir le métier et avoir simplement voulu assurer que la société en question reste québécoise.

Par la suite il a violemment attaqué un journaliste qui s'était permis de l'appeler sur son portable, oubliant qu'en choisissant un mandat public il donnait de fait une autorisation de disponibilité et - surtout - que la pratique n'avait rien d'anormal. On peut condamner un paparazzi, mais il parait difficile d'étendre ce terme à des journalistes voulant donner la parole au sujet de leur papier et l'appelant poliment.

Qu'importe, se réclamant d'un rapport direct aux citoyens, s'exprimant avant tout par Facebook, il refuse de s'excuser et rappelle qu'il est libre et ne laissera personne lui dicter sa conduite. Le discours pourrait être intéressant s'il n'était profondément hypocrite. Outre que Quebecor, société de PKP comporte nombre de médias-poubelles, il détruit aussitôt - et toujours avec la même légèreté - son argumentaire en ne se gênant pas pour publier les coordonnés privées du premier ministre...

Cela fait mal au coeur, mais j'en viens à citer un ministre libéral en diffusion. Difficile en effet de ne pas être en accord avec Jean-MarcFournier quand il déclare « C'est curieux qu'il s'époumone devant vous [les journalistes] lorsque vous utilisez son téléphone cellulaire, mais il semble prêt à donner le numéro de téléphone de bien du monde... »

PS: Je combats la CAQ, mais au moins sa position est lisible - suppression -, celle du PLQ est insensée et Bolduc n'aide pas à la clarifier.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

11 controverses du gouvernement Couillard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter