LES BLOGUES

Le futur premier ministre...

23/11/2014 08:24 EST | Actualisé 23/01/2015 05:12 EST

Depuis la démission de Pauline Marois, les jeux sont faits. Pierre-Karl Péladeau, magnat de l'industrie devenu député de Saint-Jérôme, sera le futur premier ministre du Québec. Tout le monde est d'accord à ce sujet et, d'ailleurs, un sondage qui vient de paraître affirme que PKP est le seul à pouvoir battre Philippe Couillard lors des prochaines élections générales. Attendez... Les prochaines élections générales ? J'ignorais que le gouvernement libéral était minoritaire et qu'il y aurait des élections sous peu.

Ah, que me dit-on dans l'oreille ? Les prochaines élections auront normalement lieu le 1er octobre 2018 ? Faut-il donc que les médias et les commentateurs aient perdu tout sens politique pour centraliser la plupart de leurs articles sur une « vague PKP » qui n'existe pour l'instant que de manière fictive, l'intéressé n'étant pas encore candidat à l'élection (ce qui, il est vrai, est un secret de polichinelle).Je pourrai ici parler de PKP, détailler ma pensée sur le décalage flagrant entre son discours se voulant gauchisant et sa réalité de patron-voyou, ou sur ses dons réguliers au Parti libéral du Québec jusqu'à ce que le vent tourne et qu'il se sente puissamment indépendantiste et se mette à contribuer à la caisse du PQ - sa fougue gênant au passage un parti de plus en plus attentiste. Je pourrai aussi expliquer en quoi ça ne serait pas forcément si mal, ancrant définitivement le PQ à droite et laissant une place claire pour la gauche indépendantiste, tout en ne comprenant pas comment certains peuvent voir une menace en PKP pour les solidaires.

Mais je n'ai pas envie de faire ça. D'abord parce que tout ça se trouve déjà dans tout un tas d'articles, même si les trois quarts sont péladeau-béats, mais aussi parce que tout ça est fondamentalement absurde.

N'y a-t-il pas plus urgent à penser quand le gouvernement Couillard tente une dangereuse réforme de la santé ? Que le ministre de l'Éducation dit n'importe quoi très régulièrement jusqu'à proposer de ne plus financer les bibliothèques ? Que l'environnement est de plus en plus menacé par les velléités légèrement différentes, mais toutes destructrices des conservateurs fédéraux et des libéraux provinciaux ? Que le Québec ferme un nombre énorme, de manière totalement inconséquente, de ses représentations diplomatiques ?

Alors, parce que les sondages c'est bien beau, c'est même formidable, mais qu'ils sont comme les promesses et ils n'engagent que ceux qui les croient je vais juste me permettre quelques rappels.

En janvier 2012 Pauline Marois était censée être définitivement coulée, incapable de gérer son parti. C'était bien simple, il n'y avait qu'une solution pour que le PQ ne sombre pas : qu'elle démissionne et que Gilles Duceppe la remplace. Quelques mois plus tard, elle devenait Premier ministre.

En mars dernier la même a, de manière très opportuniste d'ailleurs, déclenché une élection à une date choisie, afin d'obtenir le gouvernement majoritaire que tous les sondages lui prédisaient. Las, cette tentative s'est soldée par un échec cuisant et une des plus dures défaites connues par le parti, ouvrant la voie à un gouvernement libéral largement majoritaire.

Remontons en février 2011, à l'époque il était acquis pour tous les médias que François Legault serait le prochain premier ministre. Deux élections générales plus tard, il n'est toujours que le chef de la deuxième opposition.

Mieux encore, vous souvenez-vous d'André Boisclair ? Celui qui, en 2007, mena le PQ à sa pire débâcle, le parti terminant derrière le PLQ et l'ADQ. Unanimement décrié pour son leadership défaillant, ses gaffes et ses difficultés, il était pourtant l'un des hommes politiques les plus populaires du Québec en 2005, en somme juste avant d'être élu chef du PQ. On trouvait même 71% des électeurs se disant prêts à voter pour lui même s'il était avéré qu'il avait « consommé de la cocaïne alors qu'il était ministre ? », une véritable love story.

On continue ? Je suppose que vous aurez compris l'idée. Je ne sais pas si PKP sera chef du PQ, premier ministre, s'il retournera à son entreprise ou créera un club de majorettes, mais ce qui est certain c'est qu'il est au coeur d'une bulle médiatique qui l'adule et en fait automatiquement le candidat à élire. C'est sans doute agréable, mais c'est très fragile et, mis à part l'opinion, il n'y a pas plus versatile amant que les médias.

Alors, posons-nous, regardons ce que fait le gouvernement actuel, ce que diront les candidats à la course à la chefferie du PQ quand toutes les données seront connues, et cherchons le débat d'idées plutôt que des chiffres qui ne veulent rien dire. Allons bon, on peut bien rêver...

Ce texte a été publié en parallèle sur le blogue La politique québécoise vue de France.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Qui pourrait prétendre à la chefferie du PQ?

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter