LES BLOGUES

Appelez-moi Jean-Philippe!

11/02/2014 11:19 EST | Actualisé 13/04/2014 05:12 EDT

Vous ai-je déjà dit que j'ai toujours rêvé d'être une Marie-France Bazzo en puissance, surtout quand elle était au micro de la défunte émission Infinitif présent? C'était il y a quelques années déjà, mais depuis je n'ai jamais perdu ma passion de la radio et des médias en général. Surveillez bien vos ondes, un jour prochain, vous entendrez ma voix...

Aujourd'hui, même si j'admire toujours madame Bazzo, je dois avouer que j'ai une autre idole. Je l'admire et je l'envie presque. Il s'appelle Jean-Philippe. J comme dans «jeune» et P comme dans «provocateur». Ce sont des indices que je vous donne là. Allez, réfléchissez bien. Jeune provocateur, radio, homme...

Oui, bingo ! Jean-Philippe Wauthier ! C'est lui. Oui, oui, je suis en amour. Professionnellement parlant. À mon avis, monsieur Wauthier est une figure parmi d'autres d'un vent nouveau qui souffle sur notre paysage médiatique trop lisse, trop propre, eh oui, trop blanc ; mais ça, c'est une autre histoire pour un prochain billet. Je pense notamment à la savoureuse folie d'À la semaine prochaine et de sa joyeuse troupe déjantée. Mais avez-vous déjà écouté l'émission La soirée est encore jeune, le vendredi soir à 19 h 00 sur les ondes de Ici Radio-Canada Première? Pendant une heure, nous avons droit à une revue de l'actualité de la semaine sur un ton décalé et caustique (tel qu'écrit sur le site de Radio-Canada). Et c'est vraiment le cas. L'excellente équipe de l'émission (en plus de l'animateur, notons Olivier Niquet, Jean-Sébastien Girard, Fred Savard, Jean-Philippe Cipriani) n'hésite pas à user de chroniques et de sketches à la limite de l'irrévérencieux. Même avec les personnalités VIP invitées en studio. Et mon Dieu, que ça fait du bien!

Le fait d'entendre régulièrement les opinions du même groupuscule d'animateurs-journalistes-chroniqueurs sur les pages de nos journaux, à la radio et sur les réseaux sociaux devient quelque peu étouffant, et même plus, mais je ne trouve pas le mot... Bien que leurs interventions puissent souvent être fort intéressantes, il n'en reste pas moins qu'elles sont le reflet de leurs propres interprétations de l'actualité. Et qu'il est difficile de faire la nôtre sans accès à une information plus large et plus objective. Je ne dirais pas qu'une émission comme La Soirée est encore jeune comble ce manque, mais elle a au moins le mérite de mettre le doigt sur les bons coups et les travers de notre société et ce, sans hypocrisie ni censure. Enfin, jusqu'à maintenant...

Comme dans tous les pays du monde, la télévision et la radio restent des vecteurs importants d'information ou de divertissement. Normal qu'elles offrent du bon et du moins bon, quand ce n'est pas carrément de la merde. Appelons les choses comme elles sont, n'est-ce pas?

Au Québec, j'ai remarqué avec plaisir que le paysage médiatique (je ne parle pas de l'imprimé, notamment les magazines qui sont encore à la traîne) évolue dans le bon sens. Particulièrement en ce qui concerne la télévision et les séries web. On sent la contribution et la détermination de créateurs nouveau-genre. Dans un contexte aussi fort de convergence et de petit marché, je leur tire mon chapeau.

Je prends pour exemple l'excellente Série Noire sur Ici Radio-Canada Télé (qui se situe, selon moi, dans la lignée des excellents Invincibles, Minuit le soir, Apparences, ou encore Les Bougon). Je citerais aussi Télé-Québec, la petite chaîne qui ose. Avec, notamment, l'émission d'humour absurde Les Appendices, ou Les Gars des vues, véritable vitrine de nos jeunes créatifs dont on parle tant. Il y a aussi le rendez-vous hebdomadaire avec Deux hommes en or (avec Patrick Lagacé et Jean-Philippe Wauthier; je vous jure que je ne l'ai pas fait exprès...). En passant, je vous invite à assister à l'enregistrement de cette émission un de ces jours, c'est très sympa. Je terminerais cette liste d'exemples non exhaustive avec la chaîne câblée MAtv qui mérite bien son titre de télévision citoyenne tant sa programmation est instructive, exclusive et de proximité. L'émission Premières vues animée par Frédéric Corbet est excellente, tout comme Mise à jour avec Karima Brikh ou encore Montréalité avec Katherine Lune-Rollet.

Cette évolution est incontournable. Je crois vraiment que nous sommes arrivés là. Aux côtés de programmes plus traditionnels, on a besoin de plateformes média qui «dérangent, qui bousculent et qui nous surprennent», pour reprendre les termes de Thérèse Parisien, chroniqueuse culturelle sur les ondes du 98,5 FM. Cela comprend aussi des débats ou des talk-shows qui brassent sur des enjeux de société. Ça va venir. Mais attention, pas besoin de s'engueuler ou de se mettre en pétard à chaque fois, il suffit juste d'aborder les choses avec un peu d'humour sarcastique. Il y en a un qui fait ça très bien sur nos ondes, mais je ne vous dis pas qui...