LES BLOGUES

Le degré de satisfaction de nos apparences

11/10/2016 11:29 EDT | Actualisé 11/10/2016 11:30 EDT

L'image et les apparences, le look et le style ont ceci en commun : la difficulté que nous avons à en être pleinement satisfaits. Et pourquoi cela? Parce que souvent dans notre démarche vestimentaire, nous sautons des étapes plutôt que de suivre un processus logique. Nous partons du résultat final, la plupart du temps plus ou moins satisfaisant, pour entamer un questionnement sur notre allure, ce qui aurait dû être fait au tout début.

Prenons la construction d'une maison. Il faut d'abord élaborer un plan, même sur un bout de papier, question de donner forme à notre désir, parfois avec l'aide d'un expert. Partant de là, une logique des étapes à faire va s'imposer : choisir l'emplacement précis, vérifier l'état du sol (contaminé, glaiseux, rocheux, sableux) puis creuser ce sol pour y couler les fondations, le socle sur lequel reposera notre habitat. Ériger les murs, déposer les fermes de toit sur lesquelles la toiture prendra forme, isoler les parois, installer le revêtement extérieur et décorer l'intérieur. La finition, c'est-à-dire les menus détails, donnera le ton à ce projet devenu réalité. Et pourquoi pas une haie d'arbustes ou une clôture de bois ou de fer forgé pour encadrer notre chef-d'œuvre?

Dans l'élaboration de notre style, nous procédons trop souvent à l'inverse : nous débutons par la finition. Un achat impulsif par-ci, un kit tendance par-là, les accessoires, la chevelure, pour ensuite évaluer le produit final. Résultat : les vêtements achetés s'accumulent tel un tas de planches empilées sur le côté de la maison.

L'industrie de la construction domiciliaire est encadrée par un code du bâtiment explicite qui permet une homogénéité et garantit la qualité de nos maisons (en principe). Une construction vestimentaire, elle, repose sur des données glanées dans les chroniques à la télévision, dans les magazines de mode, en s'inspirant de nos vedettes préférées ou encore en s'offrant les services d'une styliste professionnelle. Ces sources d'information se penchent rarement sur le questionnement intérieur suscité chez les consommateurs ni sur leur état émotif à l'égard de ce qui leur est proposé.

Si on compare la démarche vestimentaire à celle de la construction d'une maison, la première étape serait d'abord de s'interroger sur la qualité de notre état d'esprit du moment (la qualité du sol) et notamment, comment se porte notre estime de soi. Couler du béton pour les fondations sur un sol incertain ne promet rien de bon. Si les assises sur lesquelles nous construisons notre apparence sont fragilisées, aucun vêtement, aucun style ne nous rendra grâce et ne saura nous satisfaire. « L'idée que nous nous faisons de nous-même est le socle sur lequel se construit une image de soi juste. » Marie-Louise Pierson.

Les lieux

L'étape suivante consistera à identifier les lieux, les circonstances où nous prévoyons porter tel vêtement (l'emplacement) : au travail, pour rencontrer un client, lors d'une activité quotidienne, pour séduire dans un bar...

Les murs

Notre corps se compare à une charpente architecturale sur laquelle reposera un habit, une robe de soirée, une tenue de travail. Malheureusement, peu de gens font une évaluation juste de leur image corporelle et ont tendance à vouloir camoufler des formes qui n'existent que dans leur imaginaire. Changer le regard sur soi avant de changer de vêtements est à conseiller; mais contrairement aux constructeurs, nous possédons peu d'instruments de mesure pour jauger avec précision notre potentiel physique.

Le revêtement extérieur

Au-delà des coûts, le choix du revêtement extérieur correspondra au style de la maison et par-dessus tout, à la personnalité des propriétaires. Maison de ville ou de campagne, condo, chalet, cabane dans un arbre, l'habit de la maison s'harmonisera avec son allure, qu'il suffise d'imaginer une maison dans un arbre en pierres des champs ou une maison en bois rond à l'Ile-des-Sœurs.

La toiture

Notre port de tête (la tête que nous faisons), l'assurance ou le doute que nous dégageons, la manière dont nous habitons notre vêtement (avec conviction, hésitation, retenue) couronneront le tout. Rappelez-vous que les paratonnerres, les antennes et les émetteurs s'installent habituellement sur les toitures des maisons afin de maximiser la transmission des ondes. L'impression que nous laissons derrière nous est directement associée à la vitalité ou à l'indolence que nous dégageons.

L'intérieur

« Garder le plaisir pour la fin », dit l'adage. Aménager et décorer l'intérieur de sa maison procure une grande satisfaction même si cette opération requiert temps et argent. On a tous dans notre cercle d'amis quelqu'un qui se fera un plaisir de nous conseiller, qui connaît « ze place » en ville pour dénicher des trésors bon marché et qui consulte tous les magazines de décoration. Mais les amis avec qui on peut étaler nos malaises et nos tourments se font plus rares. La peur de décevoir, nos tabous et la gêne constituent un frein à vouloir partager nos conflits intérieurs avec autrui. Nous croyons à tort que « faire semblant » corrigera le tir. Le vêtement participe à cette tricherie.

La clôture

Et pour entourer notre nid douillet, une clôture. Cette enceinte à l'intérieur de laquelle se retrouve notre maison délimitera notre territoire et nous protégera des regards indiscrets. Une cloison basse permettra aux intrus de s'immiscer dans notre quotidien et aux malavenants de porter jugement sur notre style de vie alors qu'une barrière trop haute nous isolera de nos semblables et nous privera peut-être de l'approbation des autres, cette validation que nous associons à de l'amour.

L'appréciation de soi, de son emballage, de son environnement et de son intériorité dépend de nombreux facteurs tant conscients qu'irréfléchis, mais nul n'est besoin de démolir la maison à cause d'une fissure.

VOIR AUSSI:

La perception de la beauté masculine à travers le monde