LES BLOGUES

Un changement d'attitude s'impose

06/04/2017 09:23 EDT | Actualisé 06/04/2017 09:23 EDT

L'annonce de la hausse de salaire faramineuse (48%) que se sont accordée les dirigeants de Bombardier ne pouvait faire autrement que d'indigner la population du Québec. Ces gestionnaires qui multiplient les gaffes, les pertes, les délocalisations, les scandales et les mises à pied massives ont de quoi nous fâcher.

Lire et entendre les justifications de Bombardier nous laissent également perplexes. Faut-il vivre dans des mondes si radicalement différents pour que la haute direction de Bombardier ne comprenne pas l'indignation populaire? Bombardier n'est qu'un exemple parmi tant d'autres d'une irresponsabilité sociale des entreprises multinationales.

Responsabilité sociale versus évasion fiscale

Prenons le cas de l'évasion fiscale ou de l'optimisation fiscale. Bombardier a été prise la main dans le sac au Luxembourg, il y a trois ans de cela, lorsque le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) a divulgué les stratagèmes fiscaux de plusieurs grandes entreprises.

Ces dernières utilisent des failles législatives et des ententes interpays créées sur mesure pour leur permettre d'éluder le fisc. Cette pratique prive les gouvernements du monde entier de revenus importants pour financer leurs écoles, leurs hôpitaux, leurs infrastructures physiques et sociales, etc.

Les scandales éclatent les uns après les autres : Panama Papers, LuxLeaks, Swiss Leaks, Bahamas Leaks, scandale de KPMG. Ces révélations mettent au jour des stratégies fiscales et des législations de complaisance qui permettent ces vols de deniers publics.

Mettons fin à l'impunité

La totale impunité avec laquelle agissent ces géants du commerce international doit cesser. De toute évidence, ils ne cesseront pas d'eux-mêmes. «C'est légal», «nous respectons toutes les législations en place», «nous ne faisons que ce que tous les autres acteurs de notre industrie font»... Ces réponses reviennent à une fréquence alarmante et laissent sous-entendre que ces entreprises sont loin de comprendre l'immoralité de leur comportement.

L'argent dont ces compagnies nous privent est celui qui nous manque pour investir suffisamment dans nos écoles, nos services de garde et nos hôpitaux

L'argent dont ces compagnies nous privent est celui qui nous manque pour investir suffisamment dans nos écoles, nos services de garde et nos hôpitaux. Nos services publics sont une richesse collective qui profite tant aux individus qu'aux entreprises qui font le choix de faire affaire sur notre territoire.

Une action gouvernementale urgente

Sans modifications législatives, il est peu probable que les comportements des Bombardier, Apple, McDonald's, Walmart et autres géants de ce monde changent d'eux-mêmes.

C'est pourquoi il était important pour moi de participer à la manifestation du 3 avril organisée par le Collectif Échec aux paradis fiscaux et la Coalition main rouge dans le cadre de la Semaine mondiale d'action contre les paradis fiscaux<.

En raison du terrible coût social et humain de l'évasion fiscale et de l'évitement fiscal à l'échelle mondiale, il est urgent que le gouvernement Trudeau agisse beaucoup plus vigoureusement sur plusieurs fronts. Il faut rapidement modifier les lois, la réglementation et les conventions fiscales pour couper l'herbe sous le pied de ces requins de la finance internationale. Le gouvernement canadien doit devenir un leader sur cet enjeu lors des futures discussions internationales portant sur les solutions à ce problème. Le gouvernement doit se doter de mesures qui permettront de cesser de se concentrer sur le menu fretin et d'attraper de plus gros poissons!

LIRE AUSSI:

» La taxe à la frontière nuirait davantage aux Américains, dit Bill Morneau

» Québec investit plus d'un demi-million de dollars pour lutter contre l'homophobie

» Le ministre Bains comprend la frustration de la population envers Bombardier


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter