LES BLOGUES

L'éducation est une priorité pour le Québec

19/03/2016 09:09 EDT | Actualisé 20/03/2017 05:12 EDT

Selon un sondage CROP commandé par la CSQ dans le cadre du Rendez-vous CSQ de l'éducation, se déroulant cette semaine à Montréal, la population du Québec a l'éducation à cœur.

En fait, une très grande majorité de la population souhaite que le gouvernement réinvestisse en éducation et cesse les compressions qui nuisent à la réussite éducative des élèves, jeunes et adultes.

Tout le monde mérite une chance égale d'écrire son avenir

La recherche le démontre amplement, par l'éducation, il est possible de réduire les inégalités sociales. Au Québec, il n'y a pas si longtemps, l'école était encore réservée à l'élite. Depuis l'adoption de la Charte de l'éducation en 1961 et la création du ministère de l'Éducation en 1964, tout un réseau s'est mis en place pour que tous puissent s'instruire et se qualifier, sans égard à son origine sociale ou culturelle.

À cette époque, nous avons collectivement fait le choix de faire de l'éducation une priorité et cela a porté ses fruits.

Cela dit, l'égalité des chances pour accéder à l'école est une chose. L'égalité des chances en ce qui concerne la réussite éducative en est une autre. Le système éducatif n'arrive pas toujours à effacer les effets des inégalités de parcours pour tous les élèves et les étudiants. Qu'ils soient immigrants, issus de milieux défavorisés ou qu'ils aient un trouble d'apprentissage, il faut que nous ayons les moyens pour que ces élèves et étudiants puissent réaliser leur plein potentiel.

Un investissement, pas une dépense

Plus de 90 % des personnes ayant répondu au sondage considèrent que les sommes allouées par le gouvernement du Québec en éducation sont un investissement et non une dépense. Il serait grand temps que le gouvernement du Québec se mette au diapason de la population.

Pour 95 % des Québécoises et Québécois, l'école doit chercher à offrir des chances égales à tous les enfants. Pour ce faire, Québec doit rapidement réinvestir dans le système scolaire, dans nos cégeps et nos universités.

Les coupes et les compressions majeures dans nos écoles étaient totalement injustifiées. Les effets sur les services aux élèves ne sont pas passés inaperçus. Ce sondage démontre que les chaînes humaines que nous avons pu voir autour des écoles du Québec n'étaient pas le fruit du hasard, mais bien celui d'une grogne bien légitime de la population.

Consulter le sondage CROP

Les enjeux en matière d'éducation - Rapport mars 2016

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Budget Leitao 2016 : les faits saillants

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter