Laure Cohen

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Laure Cohen
 

Ce que l'histoire des légumes nous apprend sur l'entrepreneuriat

Publication: 14/05/2012 00:38

Je vous prédis le retour en force des légumes sur nos tables cet été. Mais le retour du beau temps n'y est pas pour grand chose. En vedette chez beaucoup de grands chefs à commencer par Noma, le restaurant de Copenhague classé « meilleur » au monde en 2012, omniprésents dans les conférences nouveau genre comme le Mad Food Camp, à l'honneur dans les médias, vous remarquerez combien les légumes n'ont plus aussi mauvaise presse qu'avant. (Il n'y a qu'à se rappeler des expressions à base de légumes qui ont bien souvent une connotation négative : « Raconter des salades », « Espèce de patate ou de cornichon », « Être bête comme chou »). Du coup, j'ai dévoré et adoré un livre que je vous recommande :

La Fabuleuse Histoire des légumes d'Évelyne Block-Dano

On dit qu'en affaires, il est important de trouver sa « niche ». Dépendant du service, du produit, de l'expérience, du parcours, cet exercice peut être ardu et long, mais il est la clé d'un démarrage d'entreprise réussi. Pour dresser un parallèle avec la vie, c'est un peu comme se demander dans quoi on est vraiment bon et dans quel domaine, on veut étudier ou travailler.

Quel est alors le lien entre légumes, philosophes, et entrepreneneurs?

Michel Onfray, philosophe français prolifique, à la fois respecté et décrié, a remis au goût du jour une idée du 19e siècle et a créé l'Université populaire de Caen. En 2006, le philosophe pousse encore plus loin son idée et crée l'Université populaire du Goût d'Argentan.

Le principe des universités populaires est le suivant : « Ouverte à tous, libre et gratuite, celle-ci propose des séminaires dispensés par des enseignants bénévoles, de grande qualité. Ces cours ont pour objectif d'aider à mieux comprendre le monde et surtout, à le comprendre différemment. » L'Université populaire du Goût d'Argentan, elle, « propose aux gens de toutes conditions d'apprendre à retrouver le goût des choses », pour que la grande cuisine ne soit plus réservée aux plus riches.
Son principe : décliner les légumes cultivés aux « Jardins » en recettes gastronomiques par un grand chef invité.

Je ne pense pas que M. Onfray se définisse lui-même comme un entrepreneur, mais selon moi, il en a les caractéristiques essentielles :

  1. Développer un service ou un produit à partir de ses passions, l'éducation et la cuisine;
  2. Renouveler une idée existante en l'améliorant. M. Onfray s'inspire de l'université telle qu'elle existe aujourd'hui et développe un nouveau modèle d'université, dans ce cas une Université populaire du goût d'Argentan;
  3. Reconnaître un besoin de société : le philosophe/entrepreneur social veut aider un village à retrouver ses racines, retrouver le goût des choses, et démarrer un projet de réinsertion;
  4. S'entourer d'une équipe de passionnés et d'experts : des chefs, des agriculteurs, des professeurs et des écrivains
  5. Croire en son idée : ne s'arrêtant pas devant les commentateurs qui qualifiaient son projet d'infaisable ou de fou, il a persévéré.

L'importance de manger des légumes n'a jamais été aussi vraie! Voyez à quelles bonnes idées, ça peut nous mener! Et les bonnes idées peuvent se trouver même dans notre assiette. Pour des idées de recettes simples et délicieuses, allez voir le livre de Patricia Wells, Merveilleux légumes, la cuisine du jardin disponible en livre de poche ou en magnifique album illustré.

 

Suivre Laure Cohen sur Twitter: www.twitter.com/laurecoh

Suivre Le HuffPost Québec