LES BLOGUES

Ma belle cravate bleue de président

La confiance est mère de bien des solutions, et de bien des maux.

23/10/2017 08:08 EDT | Actualisé 23/10/2017 17:34 EDT
Getty Images

Vous vous êtes mis beau comme à l'habitude, avez mis une cravate agencée à votre veston et à la couleur de vous yeux. Vous êtes confiant comme à l'habitude et tout le monde le constate à votre démarche lorsque vous entrez au bureau ce matin.

Vous avez mis du temps, de l'énergie et des ressources afin de trouver, une fois de plus, de bons candidats, que dis-je, des candidats exceptionnels, afin de pourvoir de nouveaux postes dans votre entreprise. Fier, devant le miroir ce matin, cette fierté porte fruit auprès de la majorité des employés qui ne cachent pas la fierté qu'ils ont de travailler pour votre entreprise. Ils sont fiers du produit, ils sont fiers de l'image de marque de leur employeur, et pour cause, vous aussi. Vous avez travaillé avec acharnement face aux obstacles pour ainsi bâtir votre entreprise.

La confiance est mère de bien des solutions, et de bien des maux. La confiance qui vous anime face à votre produit, la confiance que vous inspirez à vos employés, la confiance que vos employés vous accordent et accordent à la force du Branding de l'entreprise, la confiance du client/consommateur envers votre produit, la gestion de votre entreprise, et la confiance serrement tissée à l'image de marque.

Tel le spectacle d'un groupe de Pop attirant son lot de groupies, les gens font la ligne pour travailler pour vous et pour la forte marque de votre entreprise incrémentée dans l'imaginaire collectif des gens. À tort ou à raison, peu importe, chez vous, même les murs de béton, réussissent à transpirer la confiance, c'est pour dire!

Ainsi, cravate agencée, fragrance sans équivoque, poignée de main convaincante, questions pertinentes, candidats chevronnés, processus de dotation à son paroxysme, la croisière vogue et les passagers ont l'esprit libre. Nous savons de quoi nous parlons, nous avons donc besoin de peu de mots. La planification a indiqué le besoin et celui-ci est bien analysé pour garantir que les actions ciblent un besoin précis. Ainsi, deux candidats par besoin. Le refus et l'acception ont les mêmes probabilités; ont le même traitement; et fait autant d'heureux que de malheureux.

Les gens rentrent, les gens s'intègrent, se mobilisent, se développent et grandissent, avant de se retirer telle une marée basse laissant momentanément au passage des sédiments comme preuve de visite. Tout au long de ces étapes, armées d'outils et de rationalité, vous faites tout ce qu'il faut faire, de la meilleure façon qu'il soit, pour que le passage soit une expérience positive de la première à la dernière seconde.

Tel un mardi octobre qui se répète d'année en année, et pour lequel on ne s'interroge plus sur son annuel retour, votre processus de dotation, aussi précis qu'une montre suisse, traverse le temps... et finit par nous traverser l'esprit de moins en moins souvent.

Je vois l'omniprésence de l'homme le mieux épinglé, je vois la véracité de ses efforts et la pureté de son vouloir.

À vol d'oiseau, je vois, un homme bien habillé, rencontré au fil des années, d'autres hommes bien habillés. La moitié quittera vestons sur l'épaule, alors que la seconde moitié utilisera un cintre à l'effigie de la compagnie pour y accrocher leur veston. Je vois l'omniprésence de l'homme le mieux épinglé, je vois la véracité de ses efforts et la pureté de son vouloir. Mais encore une fois, malheureusement, je vois un homme à la vision périphérique, négliger une chose toute simple qui nous échappe entre l'entrevue et la retraite.

Bien souvent, elle nous échappe due au lien confiance qui se crée et se solidifie au fil des saisons.

Comment étiez-vous entrevue? Vous étiez dans la chaise du conducteur, vous aviez la cravate, les souliers cirés, la juste dose de parfum, mais étiez-vous bons? Avez-vous déjà discuté de la chose avec vos employés? Vous avez porté un regard sur ceux-ci, et il s'est avéré plutôt positif, mais n'êtes-vous pas curieux de connaître l'autre version de cette idyllique histoire?

Que voulez-vous, parfois, même les plus simples choses peuvent passer sous le radar des gens négociant avec des choses beaucoup plus complexes aujourd'hui.