LES BLOGUES

Étudier pour travailler au salaire minimum?

T'es un bolé? Tais-toi et étudie quand même, ne serait-ce que pour rendre ton père coiffeur fier de toi.

02/10/2017 13:25 EDT | Actualisé 02/10/2017 13:25 EDT
Jacob Ammentorp Lund via Getty Images
Vous voulez travailler dans votre domaine d'emploi après votre baccalauréat ou votre maîtrise?

*Ce texte s'adresse principalement aux étudiants et aux parents de futurs étudiants.

Tranquillement assis à me faire masser le cuir chevelu par mon coiffeur, je tombe en profonde réflexion et me remémore plusieurs années de ma vie, lorsqu'il commence à me parler de son plus vieux. Il me dit à quel point il est bon au Cégep, sans même ouvrir ses livres ou faire ses travaux, mais il me dit à quel point ce comportement et cette attitude le déçoivent. Je comprends qu'il s'attend à beaucoup plus et beaucoup mieux pour son fils. Peut-être pour éviter qu'il ne devienne lui aussi coiffeur.

Étudier pour être bon ou bien être bon sans même devoir étudier... Je me suis toujours situé dans la première catégorie, et malgré l'acharnement et le dévouement à l'action d'étudier, je ne me suis jamais considéré comme bon. Seulement, un peu au-dessus de la moyenne, comme tout le monde dans le fond ou presque.

Ainsi, entre deux coups de ciseau et une observation à l'horizontale de mon coiffeur pour s'assurer de l'asymétrie des derniers coups, je replonge dans mon passé, à l'époque où j'ai compris pourquoi il était important d'étudier.

Étudier, ne se limite pas seulement à poursuivre ses études.

Étudier, ne se limite pas seulement à poursuivre ses études. Étudier, au sens de s'instruire, d'apprendre, d'emmagasiner de l'information, de développer son sens critique, de comprendre le pourquoi derrière la première évidence. Me sacrifier à court terme pour dépasser mes adversaires et mes futurs collègues de travail sur le long terme.

Ne pas étudier et réussir; ce n'est pas moi. Ne pas étudier et me démarquer de la masse; impossible. Ne pas étudier, terminer premier de classe, être le 1er recruté et être déjà bon en emploi; moi... jamais. Je le savais, je le sais et je comprends pourquoi, et je n'ai aucun complexe à cet effet.

Être premier de classe ne rime pas nécessairement avec être premier au bureau.

J'ai été délinquant, vraiment et profondément délinquant. J'ai été décrocheur, j'ai été dernier de classe, j'ai été découragé. Pourquoi me comparer avec les premiers de classe? Pourquoi ne pas juste comparer le cave que je suis aujourd'hui avec le gars rempli de potentiel que je pourrais être demain?

Poursuivant ma réflexion sous les bons soins de mon coiffeur, je me souviens qu'au Cégep et plus particulièrement à l'université, la prise de conscience sur ce qui vient après les études m'a frappé de plein fouet. Surtout enseveli sous mes prêts étudiants. Poursuivre ses études pour travailler au salaire minimum? Ça ne fait aucun sens à première vue. Mais lorsqu'on s'y penche de plus près, on constate rapidement qu'il y a trop d'étudiants pour le nombre d'emplois disponibles. Ici, je parle bien d'emploi professionnel en lien avec le domaine d'étude.

Poursuivre ses études sans savoir si nous travaillerons dans une entreprise et sur un poste en lien avec notre spécialité, notre expertise... pas si évident que ça. Compléter un baccalauréat, dénicher un emploi dans son domaine et ne pas être au salaire minimum... merde je pensais que cela serait facile!

Vous êtes 10 000 dans cette situation, mais il n'y a que 1 000 emplois dans votre domaine.

Compléter son baccalauréat avec un B+ sans ne jamais avoir ouvert les livres, c'est bien et tant mieux pour vous... mais vous n'êtes pas le seul à avoir accompli ce fait cette année, ni l'an passé, et ni l'année d'avant. Vous êtes 10 000 dans cette situation, mais il n'y a que 1 000 emplois dans votre domaine.

Vous voulez travailler dans votre domaine d'emploi après votre baccalauréat ou votre maîtrise? Vous voulez travailler au-delà du salaire minimum dans votre domaine d'emploi? Vous voulez être embauché par une bonne compagnie, sur un bon poste en lien avec votre domaine d'étude et espérer gagner un peu plus que le salaire minimum à vos débuts?

Être bon et se trouver bon, ce n'est pas assez. Ouvrez vos livres et étudiez pour terminer avec un A+.

Il y a 20 ans, on nous disait qu'au Québec, pour travailler, il fallait minimalement avoir un secondaire 5. Certains riaient, aujourd'hui ces mêmes personnes maudissent le fait de ne pas avoir leur diplôme puisqu'ils se trouvent difficilement un emploi... au-delà du salaire minimum. Aujourd'hui, le baccalauréat est le DES d'il y a 20 ans. Si vous ne faites que le minimum sur les bancs d'école pour ce nouveau standard minimum en matière de diplomation, ne vous surprenez pas à travailler au salaire minimum dans un tout autre secteur d'activité que celui lié à votre domaine d'étude.

T'es un bolé? Tais-toi et étudie quand même, ne serait-ce que pour rendre ton père coiffeur fier de toi.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost