LES BLOGUES

Obésité: le fédéral doit assumer un rôle de direction

09/03/2016 10:32 EST | Actualisé 10/03/2017 05:12 EST

Par les sénateurs Kelvin Ogilvie et Art Eggleton.

Selon Statistique Canada, près des deux tiers des Canadiens souffrent d'embonpoint ou d'obésité - une augmentation spectaculaire survenue sur les 30 dernières années et un peu plus. Malheureusement, l'augmentation des taux d'obésité a aussi touché nos enfants. Environ 13 % des enfants canadiens âgés de 5 à 17 ans sont obèses, alors que 20 % souffrent d'embonpoint. Ces chiffres sont inquiétants.

Autrement dit, au Canada, le nombre d'adultes obèses a doublé et le nombre d'enfants obèses a triplé depuis 1980.

C'est une piètre consolation que de constater que le Canada n'est pas seul. Dans tous les pays industrialisés, l'augmentation des taux d'obésité suit à peu près la même tendance. Le Canada se trouve cependant parmi les pays qui occupent la tête du peloton ; au cinquième rang sur 40 pays, le Canada affiche des taux d'obésité parmi les plus élevés des pays de l'OCDE.

Quelles sont les conséquences ?

Au cours de cette période, nous avons assisté à une augmentation des taux de plusieurs maladies chroniques : diabète, hypertension artérielle, maladies cardiaques, AVC, arthrose et certains cancers.

Si les Canadiens d'aujourd'hui vivent plus longtemps que ceux des générations antérieures, il reste que ces problèmes de santé se traduisent par des années de maladie en fin de vie et ajoutent à la pression exercée sur notre système public de soins de santé. Les données indiquent que ces problèmes de santé sont la cause de 48 000 à 66 000 décès au Canada chaque année.

En plus de causer des décès et de réduire la qualité de vie, l'obésité a des conséquences économiques. Car les problèmes de santé qui s'ajoutent au fait de souffrir d'embonpoint ou d'obésité se traduisent par des taux d'emploi plus faibles, des taux d'absentéisme plus élevés et une diminution de la productivité au travail.

Que faire ?

Cette semaine, le Comité sénatorial des affaires sociales, des sciences et de la technologie a publié son rapport intitulé L'obésité au Canada : une approche pansociétale pour un Canada en meilleure santé, lequel formule 21 recommandations concrètes fondées sur des témoignages d'experts de nombreux domaines.

Conclusion : il est temps que le gouvernement fédéral prenne des mesures énergiques pour aider les Canadiens à atteindre et maintenir un poids normal.

En étudiant des façons d'améliorer la situation du Canada, le rapport souligne que nous pouvons tirer des leçons de la stratégie antitabac du Canada. D'abord, la stratégie antitabac a été fondée sur diverses politiques et approches mises en œuvre par tous les ordres de gouvernement. La stratégie antitabac a aussi dû communiquer à tous les Canadiens la somme des données scientifiques sur les conséquences négatives pour la santé. Et ceux qui ont travaillé à la stratégie ont compris qu'ils devaient changer non seulement les esprits, mais aussi les comportements, et que ce changement de comportement serait long. Le gouvernement fédéral a aussi dû jouer un rôle de chef de file pour assurer une approche pancanadienne.

En s'inspirant de ce modèle, le rapport sénatorial demande au gouvernement fédéral d'établir une approche de «santé dans toutes les politiques» et de mettre en œuvre une campagne nationale de lutte contre l'obésité accompagnée d'objectifs concrets, d'échéances, de rapports périodiques et d'un partenariat avec les provinces et les territoires.

Le rapport recommande plus particulièrement un certain nombre de mesures pragmatiques pouvant être mises en œuvre immédiatement, dont des contrôles rigoureux à l'égard de la publicité sur les boissons et les aliments malsains à l'intention des enfants. Le moment est aussi venu d'imposer une nouvelle taxe sur les boissons sucrées et sucrées artificiellement, et d'interdire l'utilisation d'huiles partiellement hydrogénées pour réduire la teneur en gras trans des aliments.

Le rapport insiste aussi sur l'importance de trouver des façons de rendre plus abordables les aliments sains, y compris l'élimination ou la réduction des taxes et les subventions alimentaires. Pour s'attaquer aux taux croissants d'obésité dans nos populations nordiques et autochtones, le rapport demande au gouvernement d'appliquer les recommandations du vérificateur général à l'égard de la campagne «Nutrition nord».

Les spécialistes ont aussi indiqué au Comité sénatorial que le Guide alimentaire canadien est terriblement désuet et qu'il est incompatible avec les plus récentes recherches, de sorte que nous avons recommandé que la ministre de la Santé entreprenne immédiatement une révision complète du Guide alimentaire canadien pour l'harmoniser avec les données scientifiques actuelles.

Le rapport demande l'imposition de limites strictes quant aux affirmations en matière de santé et de contenu nutritif indiquées sur les emballages - de sorte que les Canadiens puissent faire des choix fondés sur des faits.

À cet égard, le rapport demande également à la ministre d'exiger l'étiquetage nutritionnel sur les menus des restaurants.

Ce qui surprend sans doute le plus dans le rapport est l'évaluation faite par l'OCDE selon laquelle il en coûterait seulement 33 $ par habitant pour mettre en œuvre un ensemble complet de mesures pour lutter contre l'obésité au Canada. Un prix raisonnable pour aider les Canadiens à rester en santé.

Il existe de nombreux leviers que tous les ordres de gouvernement peuvent activer afin d'établir des politiques qui aideront les Canadiens à faire de meilleurs choix quant à leur mode de vie et leur alimentation - ceux-ci n'en sont que quelques exemples. Il est maintenant temps que le gouvernement fédéral aide à coordonner le plan pour réaliser le tout.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

10 façons de perdre du poids sainement

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter