Kelly Bulkeley, Ph.D.

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Kelly Bulkeley, Ph.D.
 

Problèmes nocturnes: quand le travail s'immisce dans les mauvais rêves

Publication: 29/08/2013 13:51

Cauchemar_vie_professionnelle
"Sommeil, toi, le plus doux des dieux, tu es la paix de l'esprit, tu fais fuir l'angoisse, tu apaises les êtres épuisés par leurs dures fonctions et tu répares leurs forces."

C'est ainsi que le poète romain Ovide décrit le sommeil dans son chef-d'œuvre du premier siècle de notre ère, Les Métamorphoses.

De nos jours, nombreux sont ceux qui recherchent désespérément les bienfaits réparateurs d'une bonne nuit de sommeil tels qu'Ovide les décrit, mais au lieu de cela, se retrouvent tourmentés par des cauchemars au sujet de leur travail. Au lieu de fournir le repos nécessaire après une journée difficile, le sommeil devient pour certains un champ de bataille où s'affrontent le stress accumulé au bureau et les soucis financiers.

Dans un récent sondage sur internet que j'ai réalisé en coopération avec Harris Interactive, nous avons demandé à 2252 Américains, uniquement des adultes, de raconter un rêve en rapport avec leur travail ou leur situation du moment. Tous les comptes rendus sont disponibles sur le site Sleep and Dream Database (SDDb), une base de donnée sur le sommeil et les rêves (voici un lien vers les comptes rendus). Ces rêves sont comme une lucarne magique sur le monde du travail pour un large pan démographique de la société américaine.

En lisant les comptes rendus de ces rêves, on se rend compte que chaque emploi ou profession a son type de cauchemar propre :

  • Un conducteur de poids-lourds a rêvé qu'une voiture lui coupait la route et qu'il devait freiner des quatre fers, puis qu'il devait contrôler son semi-remorque alors qu'il se pliait en deux.
  • Une infirmière a rêvé de ses patients qui se détachaient de leur appareil de monitorage et qui déambulaient, le résultat était que l'infirmière se faisait virer pour incompétence.
  • Un serveur a rêvé qu'il avait trop de clients à servir et qu'il en oubliait où se trouvait la vaisselle et toutes les commandes.
  • Un électricien a plusieurs fois rêvé qu'il devait réparer des accessoires étranges avec des centaines de câbles dont aucun n'était étiqueté.
  • De nombreux professeurs ont rêvé qu'ils arrivaient sans préparation en cours, qu'ils avaient affaire à des élèves récalcitrants et qu'ils luttaient avec les nouvelles technologies.
  • Des employés de bureau ont rêvé de téléphones qui ne fonctionnaient pas, de bureaux qui croulaient sous les dossiers à traiter et de calculatrices qui laissaient échapper des kilomètres de papier.


Ce qui donne l'impression d'être impuissant et dépassé dans un type donné de profession va influencer directement le contenu et les émotions des rêves.

Parfois, les angoisses sont transformées par l'imagination des rêves en scènes étranges qui reflètent de façon surréaliste la situation sur le lieu de travail. Ovide serait sûrement sous le charme des rêves métamorphiques suivants :

  • Une femme de 30 ans, originaire de l'Arizona, a rêvé qu'elle était poursuivie par des agrafeuses géantes dans le hall de l'école où elle travaille.
  • Un développeur de logiciels de 35 ans du Minnesota a rêvé qu'il postulait pour un travail et que l'entretien d'embauche était mené par un extraterrestre à la peau verte et à la tête en forme d'amande.
  • Une femme de 26 ans de l'Illinois a rêvé qu'un ordinateur la poursuivait en criant "Programme-moi !"
  • Un homme de 64 ans, du Minnesota, qui a récemment perdu son emploi, a rêvé qu'il retournait à son ancien bureau, mais au lieu du bâtiment habituel, il se trouvait dans un étrange entrepôt pour meubles usés : "Je pense que le rêve signifiait que mon ancienne entreprise entreposait les gens qui avaient besoin d'aller de l'avant."


Quoi que troublants et étranges, ces rêves prennent tout leur sens d'après des recherches scientifiques qui prouvent que les rêves reflètent avec précision ce qui tourmente les gens pendant la journée. Tout ce qui nous angoisse pendant la journée apparaîtra dans nos rêves de façon littérale ou métaphorique. L'idée d'une continuité entre le contenu des rêves et les soucis de la journée est documentée par de nombreuses données, qui ont pour la plupart été collectées par G. William Domhoff et sont disponibles sur son site Dreamresearch.net.

Nombreux sont ceux pour qui les inquiétudes au sujet de leur emploi et de leur situation financière sont les principales émotions de la journée. Plusieurs participants au sondage ont confié avoir peur de perdre leur emploi et de devoir en trouver un nouveau. Un homme de 27 ans, originaire d'Arizona, qui rêve régulièrement qu'il est attaqué par des ours, affirme : "On n'est jamais sûr d'avoir un travail le jour suivant". Dans un environnement économique aussi précaire, le contenu des rêves révèle naturellement les angoisses et les inquiétudes liées au travail.

Il existe peut-être une logique évolutionniste derrière ce genre de cauchemars. Plusieurs chercheurs, dont dernièrement Antii Revonsuo et Katja Valli, ont soumis l'hypothèse que l'une des fonctions du rêve est de simuler des menaces potentielles du monde réel, dans le but d'aider à se préparer à y faire face si jamais elles se concrétisaient. De ce point de vue, les cauchemars nous offrent l'opportunité de répéter mentalement des mécanismes de survie et de se préparer à des dangers potentiels. La peine à court terme causée par ces rêves perturbants est mineure par rapport au gain sur le long terme au niveau de la vigilance et de la préparation.

Il faut tout de même préciser que l'imagination qui sert à générer des cauchemars en rapport avec le travail peut également générer tout autre type de rêves. Il est prouvé que rêver est une activité fondamentalement créatrice et pluridimensionnelle. Pendant le sommeil paradoxal (mouvements oculaires rapides), période du sommeil qui génère le plus de rêves, le cerveau devient hyperassociatif. Les contraintes qui pèsent sur la conscience en temps normal se relâchent, ce qui permet des connexions innovantes plus larges entre les perceptions, les souvenirs, les instincts et les influences culturelles. C'est pour cette raison que les rêves peuvent parfois sembler fous ou sans queue ni tête, mais aussi comme des coups de génie de perspicacité créatrice.

Si vous faites des rêves récurrents par rapport au travail, essayez cette méthode : tous les soirs, une fois au lit, la lumière éteinte, prenez un instant pour penser aux forces créatrices de votre imagination pour les rêves. Si vos rêves peuvent créer des situations de travail extrêmement réalistes, quels autres types de scénario peuvent-ils créer ? Quels sont les rêves les plus étranges et les plus dérangeants qu'il vous a été donné de faire par le passé ? À quoi voulez-vous rêver cette nuit ?

Vos rêves semblent être vos ennemis mais avec un esprit ouvert et joueur, vous pouvez les persuader de devenir vos meilleurs alliés.

Loading Slideshow...
  • Cachez ce réveil que je ne saurai voir

    Ne cherchez pas à savoir quelle heure il est. Vous rendrez compte qu'il est déjà trois heures du matin ne fera que vous stresser davantage. Planquez votre réveil sous votre lit, vous l'entendrez, mais vous ne le verrez pas. <em>Flickr photo by <a href="http://www.flickr.com/photos/szift/3196084839/" target="_hplink">Szift</a></em>

  • Aidez votre esprit à se détendre

    La nuit on pense à tout, à tout ce qu'on doit faire, ce qu'on devrait faire, ce qu'on aurait dû faire. D'où l'intérêt d'avoir un plan pour tenir éloigner cette angoisse. Quand vous sentez que votre esprit commence de tourner à toute vitesse ou encore quand vous êtes réveillé par le stress, prenez une fille de papier et notez tout ce que vous avez à faire. Cela vous permettra de faire le ménage dans votre tête. Si le stress l'emporte, prenez une grande inspiration et remémorez-vous ce que vous venez d'écrire sur votre petit bout de papier. Tout est sous contrôle, vous pouvez vous rendormir. <em>Flickr photo by <a href="http://www.flickr.com/photos/boboroshi/566081668/" target="_hplink">boboroshi</a></em>

  • Pensez à un lieu qui vous plaît

    Votre cerveau continue de bourrer? Rebecca Scott, docteur et experte en troubles du sommeil au <a href="http://www.nysleepinstitute.com/" target="_hplink">New York Sleep Institute</a> recommande de "penser très fort à une expérience positive ou à quelque chose ou quelqu'un qui vous aura rendu heureux." Pour le psychologue Robin Haight, il peut aussi être utile de se représenter dans un lieu confortable, à la plage, dans les bois, ou pourquoi pas dans un hamac, de sorte à vous détendre. <em>Flickr photo by <a href="http://www.flickr.com/photos/stevenworster/7666495156/" target="_hplink">Steven | Alan</a></em>

  • Luttez contre les bouffées de chaleur

    Pendant la ménopause, la diminution des niveaux d'oestrogènes peut provoquer des bouffées de chaleur. La nuit, elles sont susceptibles de vous réveiller. Si cela arrive souvent, gardez votre chambre fraîche. Ouvrez une fenêtre, installez un ventilateur ou l'air conditionné. Portez des vêtements plus légers, faites de même avec vos draps. Parlez-en aussi avec votre médecin. Il pourrait vous proposer un traitement à base d'hormones ou encore des antidépresseurs. <em>Flickr photo by <a href="http://www.flickr.com/photos/knitsteel/7753312236/" target="_hplink">knitsteel</a></em>

  • Il ronfle? Dites-lui d'aller voir un médecin

    Oui oui, ça se soigne.

  • Propriété privée!

    Tenez les enfants et les animaux éloignés de votre chambre à coucher. C'est parfois difficile, mais vous y gagnerez en tranquillité. Sauf si on s'agite devant votre porte.

  • Faites le black out

    La lumière et le bruit, aussi légers soient-ils sont susceptibles de vous déranger bien plus que vous ne l'imaginez. Éteignez votre téléphone et mettez le à charger hors de votre vue. Une chambre noire de chez noire aura des effets bénéfiques sur votre sommeil. De la même manière dégagez toutes les sources de lumière claire. Les veilleuses sombres ou la lumière de votre réveil ne perturberont pas vos niveaux de melatonine, vous pouvez donc en brancher dans les couloirs si jamais vous avez besoin de vous lever au milieu de la nuit. N'hésitez pas non plus à installer des rideaux occultant sur vos fenêtres. <em>Flickr photo by <a href="http://www.flickr.com/photos/natvella74/5966553925/" target="_hplink">MadEmoiselle Sugar</a> </em>

Loading Slideshow...
  • La paralysie du sommeil

    Endormie, ou sur le point de s'éveiller, la personne souffrant de paralysie du sommeil est tout à fait consciente mais incapable d'effectuer tout mouvement volontaire. À cette sensation d'immobilisation sont couramment associées des hallucinations auditives, kinesthésiques ou visuelles ainsi que des impressions d'oppression, de suffocation, de présence maléfique et de mort imminente. D'où l'anxiété et la peur. <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Paralysie_du_sommeil" target="_hplink">Ce trouble du sommeil</a> serait dû à des intrusions du sommeil paradoxal et de l'absence de tonus musculaire qui l'accompagne lors des transitions entre veille et sommeil. (Source: Wikipédia)

  • TCSP ou Trouble du Comportement en Sommeil Paradoxal

    Le <a href="http://www.sommeil-mg.net/spip/Troubles-du-Comportement-en" target="_hplink">Trouble du Comportement en Sommeil Paradoxal</a> (TCSP) est une parasomnie caractérisée par la survenue de comportements gestuels pendant le sommeil paradoxal (REM), et fréquemment rattachés à des situations vécues au cours d'un rêve. La personne endormie a des mouvements brusques, brutaux et bruyants: coups de pied ou de poing et parfois saute du lit en criant... Certaines crises donnent lieu à des situations d'insécurité pendant le sommeil qui peuvent avoir des répercussions familiales. La consultation est motivée par un accident (chute du lit) ou parce que les proches ont peur de se faire blesser. (Source: www.sommeil-mg.net/spip)

  • Le somnambulisme

    <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Somnambulisme" target="_hplink">Le somnambulisme</a> survient généralement durant de courtes périodes de transition entre les phases 3 et 4 du sommeil, ou sommeil profond. Les somnambules font l'expérience de déambulations nocturnes, en état d'inconscience, lors d'un sommeil lent profond. Ces déambulations peuvent être sans danger comme s'asseoir sur le lit, marcher dans la salle de bain ou nettoyer des objets, ou au contraire hasardeux comme faire la cuisine, conduire, faire des gestes violents, attraper des objets... Souvent, les somnambules se souviennent un peu, voire pas du tout de l'incident, car il n'existe aucune conscience dans leur gestuelle. Bien que leurs yeux soient ouverts, leur visage est sans expression. Le somnambulisme peut durer 30 secondes à 30 minutes. (Source: Wikipédia)

  • L'énurésie nocturne

    <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nur%C3%A9sie_nocturne" target="_hplink">Ce trouble est une affection</a> caractérisée par la survenue pendant le sommeil de mictions involontaires et inconscientes chez l'enfant de plus de cinq ans ou l'adulte. C'est ce que désigne familièrement l'expression «faire pipi au lit». L'énurésie est due à un sommeil trop profond, à un manque de maturité du réflexe de miction ou à un trouble psycho-affectif. Dans de rares cas, l'énurésie nocturne est le signe d'une malformation de l'appareil urinaire. Les causes peuvent en être multiples: problèmes psychologiques, de sommeil ou proprement urologique (cystite). Une constipation y est assez fréquemment associé et la génétique a un rôle à jouer. (Source: Wikipédia)

  • Les terreurs nocturnes

    <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Terreur_nocturne" target="_hplink">Une terreur nocturne</a> est un trouble spectaculaire du sommeil survenant en début de nuit et en phase de sommeil lent profond. La terreur nocturne commence par un cri de panique. L'enfant est souvent assis sur son lit, les yeux écarquillés et fixes; l'air terrifié, il hurle, et est insensible aux tentatives de ses parents pour le rassurer. Il ne garde aucun souvenir de la crise... qui laisse en général ses parents inquiets et désemparés. La terreur nocturne se rapproche du somnambulisme, mais est très différente du cauchemar qui survient plutôt en fin de nuit, et dont on garde le souvenir. Des terreurs nocturnes répétées sont observées chez 6% des enfants d'âge préscolaire, et sont encore plus fréquentes chez le très jeune enfant (mais elles seraient alors moins facilement identifiées). Moins d'1% des adultes en sont affectés. (Source: Wikipédia)

  • Le bruxisme

    Ce trouble consiste en <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruxisme" target="_hplink">serrements et grincements de dents</a>. Cette parafonction peut se manifester pendant la journée mais plus souvent durant le sommeil, il est alors généralement inconscient. (Source: Wikipédia)

  • Le syndrome de la tête qui explose

    Il s'agit d'un trouble du sommeil totalement bénin, faisant partie des parasomnies. La personne sur le point de s'endormir ou légèrement endormie entend soudain un bruit fort, une <a href="http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_la_t%C3%AAte_qui_explose" target="_hplink">impression d'explosion dans la tête</a>. Le bruit ne s'accompagne jamais de douleur. Par contre s'y associe très fréquemment l'apparition d'une sensation de flash lumineux, et des manifestations végétatives réactionnelles (sensation de difficultés respiratoires, palpitations...). Il s'agit d'une hallucination; le stress et l'anxiété pourraient en être la cause. (Source: Wikipédia)

 
Suivre Le HuffPost Québec