LES BLOGUES

Montréal a perdu une élue exceptionnelle, une perle rare

26/11/2013 12:42 EST | Actualisé 25/01/2014 05:12 EST

J'ai suivi les élections toute la soirée du 3 novembre afin de suivre les résultats d'une mairesse qui est aujourd'hui un modèle exemplaire et mon modèle de femme possédant une intelligence sociale, politique, émotionnelle et culturelle hors pair. Députée de la circonscription montréalaise d'Hochelaga pendant 27 ans, cette femme fut plusieurs fois ministre sous différents gouvernements du Parti québécois, chef de l'Opposition officielle, chef par intérim de son parti et la toute première femme à présider l'Assemblée nationale.

Proche de toutes les communautés culturelles et minoritaires à Montréal, j'ai senti, dès mon premier contact et ma première poignée de main, une femme humaine, sincère, intègre, d'une amabilité remarquable avec une ouverture et une proximité vers l'autre unique. Elle a toujours valorisé la diversité culturelle montréalaise et québécoise. En quelques minutes, je me suis sentie proche de cette femme rayonnante, qui s'est toujours engagée dans plusieurs causes sociales, telles la cause féministe, les inégalités sociales et l'accès égalitaire à l'emploi. Elle a occupé brièvement le poste de ministre des Communautés culturelles et de l'Immigration dans le gouvernement de René Lévesque, puis elle est devenue adjointe parlementaire du ministre de la Justice.

Le Ministère de l'Emploi, de la Sécurité du revenu et d'État aux Affaires municipales et à la Métropole lui ont été attribués par des gouvernements péquistes. En 2008, cette femme quitte l'Assemblée nationale. Elle a fait adopter la Loi sur l'équité salariale, la réforme des Relations de travail dans l'industrie de la construction, le sauvetage du Régime des rentes du Québec, la réforme de l'aide sociale, la création d'Emploi Québec et des centres locaux d'emploi, le rapatriement des pouvoirs du gouvernement fédéral en matière de formation de la main-d'œuvre et la Loi sur la formation de la main-d'œuvre.

Le 3 novembre, Montréal a perdu une élue exceptionnelle, une perle rare dans les temps d'aujourd'hui dont certains élus ne sont pas en politique pour les bonnes raisons. Denise Filiatrault a exprimé, la semaine passée en ondes, sa peine de voir Montréal perdre cette femme comme élue au conseil municipal et une femme qui incarne une intégrité, une justice et une bonté comme j'en ai rarement vu. Cette peine je la partage grandement.

Cette femme, c'est Louise Harel.

Madame Harel, je vous salue et je tiens à vous dire que, malgré votre défaite aux dernières élections, sachez que vous avez laissé un héritage politique qui marquera plusieurs générations et qui a marqué la mienne. Je souhaite vous retrouver, bientôt, de retour en politique afin de continuer à bâtir votre héritage puisque vous êtes une femme et une élue qui a donné au visage politique, une couleur humaine, intègre, juste et d'ouverture vers l'autre.

Merci Madame Harel d'avoir été fidèle à vos valeurs et à vos principes fondamentaux tout au long de votre carrière.

Merci Madame Harel d'avoir été un modèle de femme en politique et de m'avoir donné le goût de m'impliquer en politique.

Merci Madame Harel d'avoir été simplement « la » Louise Harel, humble, intègre, aimable, engagée et humaine.

Avec amitié.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les meilleurs tweets de la soirée électorale

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.