LES BLOGUES

Mon enfant, mon miroir (et je déteste ça!)

En public, combien d'entre nous ressentent le stress et l'anxiété en compagnie de nos enfants?

15/09/2017 09:00 EDT | Actualisé 15/09/2017 09:00 EDT
Getty Images/iStockphoto
Elle pleure? Peut-être a-t-elle un désir brimé? Soyez à l'écoute.

«Tu ne peux pas sortir habillé comme ça!»

«Arrête un peu de t'exciter comme ça, tu ne vois pas que tu déranges?»

«Mais qu'est-ce que les gens vont dire?!»

En public, combien d'entre nous ressentent le stress et l'anxiété en compagnie de nos enfants? Nous exigeons que nos enfants se tiennent bien, paraissent bien, parlent bien. Peu d'entre nous l'avoueront, mais cette exigence face à eux n'est en fait qu'un mécanisme de défense qui a pour but de protéger l'image de « bonne mère » que nous nous efforçons de maintenir.

Plus l'idéal de cette image est élevé (et irréelle), plus nous avons du mal à accomplir ce qui doit l'être pour la maintenir, plus nous retournons nos efforts vers l'extérieur pour tenter de contrôler TOUT ce qui pourrait nuire à cette image. Qui dit mère dit enfant. Nous jetons alors notre dévolu sur nos enfants qui « brisent » ou « ternissent » cette image de nous-mêmes.

Qui a réellement honte que « tout le monde le regarde » ?

Qui a réellement peur de « déranger » ?

Les enfants sont des enfants. Ils apprennent de nous ce poids de l'image. Eux, ils ne se cassent pas les pieds avec ça!

Plutôt que de trouver une solution, une alternative aux comportements, nous avons tendance à chercher un coupable. Plutôt que de tenter de comprendre pourquoi le petit dernier s'excite autant, nous l'affublons de critiques, d'invectives voire même de menaces croyant que s'il comprend le « mal » qu'il me fait, il se sentira suffisamment coupable pour mettre fin à ses comportements.

Aie! Mais qui est l'adulte dans l'histoire?

Qui a peur?

Qui se protège?

N'aurions-nous pas avantage à revoir nos standards trop élevés de parents parfaits?

Le jugement d'autrui est-il si puissant au point de me transformer en « mauvaise » mère?

Par le passé, mon attitude dans ces situations a-t-elle modifié profondément le comportement de mon enfant?

Si oui, pourquoi mon enfant se comporte-t-il encore ainsi?

N'est-ce pas la preuve que cette attitude n'a rien de favorable à long terme?

Au contraire, elle ne fera qu'ancrer chez mon enfant, une image tout aussi défavorable de lui-même.

Le poids de cette image n'est-il pas, pour vous, lourd à porter?

Le poids de cette image n'est-il pas, pour vous, lourd à porter?

Est-ce réellement un poids que vous souhaitez à votre enfant?

Soyez plutôt à l'écoute de ces manifestations. Il s'agite? Peut-être qu'il est impatient. Elle pleure? Peut-être a-t-elle un désir brimé? Soyez à l'écoute.

Identifiez, nommez, comprenez, encouragez et gratifiez-le!

IDENTIFIEZ : Maxime, je vois que tu t'agites beaucoup.
NOMMEZ : Serais-tu impatient? Aurais-tu hâte de faire autre chose?
COMPRENEZ :Ah oui, je te comprends. Moi aussi, je n'aime pas beaucoup attendre. C'est long et en plus il n'y a rien de vraiment intéressant à faire ici pour toi.
ENCOURAGEZ : Je sais bien que ça te demande beaucoup de patience pour rester sage.
GRATIFIEZ : Que dirais-tu qu'après nous prenions 5 minutes pour que tu puisses jouer dans un parc et courir un peu?

IDENTIFIEZ : Simonne, je vois que tu pleures.
NOMMEZ : Serais-tu triste? Y aurait-il quelque chose qui ne va pas comme tu voudrais?
COMPRENEZ :Ah oui, je te comprends. Moi aussi, j'aimerais ça pouvoir acheter ce jouet. Même que si c'était possible, j'achèterais tous les jouets du magasin. C'est difficile de ne pas toujours avoir ce que tu désires au moment ou tu le souhaites. N'est-ce pas?
ENCOURAGEZ : Ça demande une grande force de caractère et beaucoup d'acceptation. Et ça, je sais que toi tu en as beaucoup!
GRATIFIEZ : Que dirais-tu si, de retour à la maison, tu me faisais une liste de tous les jouets que tu aimerais avoir. Ainsi, quand je voudrais t'acheter une surprise ou un cadeau pour ton anniversaire, je saurais exactement ce que tu veux.

Ce billet n'est pas un éloge au laisser-aller ni une gloire au «je-m'en-foutisme» face aux comportements des enfants, mais plutôt une piste de réflexion sur la pression que l'on met sur nos enfants afin qu'ils se conforment pour NOUS soulager de l'anxiété des qu'en-dira-t-on.

Tentez le coup et observez le résultat... Et si cette simple technique fonctionnait vraiment?