LES BLOGUES

Désertification: Le Canada abandonne les plus démunis de la planète

29/03/2013 12:45 EDT | Actualisé 29/05/2013 05:12 EDT
AP
Canadian Prime Minister Stephen Harper delivers a statement regarding the federal government review of the $15.1-billion takeover of Nexen Inc. by China's CNOOC Ltd. and the $6-billion takeover of Progress by Malaysia's Petronas, Friday Dec. 7, 2012. (AP Photo/The Canadian Press, Fred Chartrand)

Le Canada vient d'annoncer en cachette, sans le signifier officiellement aux Nations Unies et aux Canadiens, qu'il se retire de la Convention des Nations Unies sur la lutte à la désertification. Ayant eu la chance de travailler à maintes reprises avec cette convention de 2002 à 2008, et constaté moi-même dans le cadre de missions en Afrique l'importance du travail de coopération internationale réalisé par cet accord international, cette décision me désole particulièrement. Il ne fait aucun doute que par cette décision le Canada abandonne sa responsabilité envers les populations les plus pauvres et les plus vulnérables de la planète.

Au terme de cette décision, 193 pays continueront de coopérer au sein de cette convention. Un seul pays au monde, le Canada, juge aujourd'hui que ce problème ne mérite pas son attention. Questionné sur ce retrait, le gouvernement a d'abord demandé à l'ACDI, une agence qu'il vient tout juste d'abolir, de justifier cette décision. Puis, finalement, on a justifié ce retrait par une volonté d'épargner les 300 000 $ que le Canada verse annuellement au fonctionnement de la coopération internationale sur la désertification. Un mauvais usage de fonds public d'après le gouvernement, qui a pourtant dépensé 87 fois plus en trois mois pour une campagne de publicité de 26 millions $ sur son plan d'action économique.

Mais ce désengagement a peut-être un bon côté : jamais n'a-t-on autant parlé de désertification au Canada. Il s'agit pourtant d'un problème aux proportions globales. La désertification n'est pas l'avancée des déserts, mais plutôt la dégradation des sols à travers le monde dans les zones arides, qui recouvrent 41% de la superficie de la planète. Cette dégradation entraîne pauvreté et insécurité alimentaire puisqu'elle a pour effet de diminuer les rendements agricoles. Les facteurs climatiques comme les sécheresses croissantes causent une partie du problème. Les mauvaises pratiques agricoles, qui contribuent à appauvrir les sols, en sont l'autre cause principale.

Dans Governing Global Desertification, un livre que j'ai édité en 2006 avec Pierre Marc Johnson et Marc Paquin, plusieurs chiffres parlent avec éloquence de l'importance de lutter contre la désertification. Les zones arides comprennent 44% de ses terres cultivées et 31% de la population mondiale. En Afrique seulement, 500 millions d'hectares de terres sont affectés par la dégradation des sols, incluant les deux tiers des terres agricoles productives du continent. Globalement, on estime les coûts de la désertification à plus de 40 milliards par année en production agricole perdue et en perte de ressources naturelles, alors que les coûts estimés d'une lutte efficace à la désertification sont de dix à vingt milliards par année.

Apparemment, ce rendement n'est pas suffisant pour justifier l'utilisation de fonds publics par le Canada.

Le lien entre la pauvreté extrême, l'insécurité alimentaire et la désertification rend encore plus essentiel un effort international. À travers le monde, plus de 1,2 milliard de personnes vivent dans la pauvreté extrême, dont 900 millions vivent dans des zones rurales. De ces populations, une grande proportion vit dans des zones arides, et 250 millions sont directement affectées par la désertification. Similairement, 850 millions de personnes souffrent de malnutrition sur la planète. On estime que 44% des enfants victimes de malnutrition vivent dans les zones arides rurales et que la moitié des victimes de malnutrition sont des paysans. L'augmentation des rendements agricoles est la meilleure stratégie pour lutter contre l'insécurité alimentaire et la pauvreté dans le monde.

Les plus pauvres parmi les pauvres ont besoin de notre soutien. En se retirant de la Convention sur la désertification, le Canada échoue au test de la compassion la plus élémentaire pour des enfants qui souffrent de malnutrition et des familles qui luttent chaque jour pour les nourrir.

J'ai constaté moi-même, lors d'un voyage au Niger, combien le soutien international peut changer la vie de communautés entières. Près d'Agadez, un puits avait été construit, permettant à des femmes de faire pousser des palmiers dattiers, dont elles récoltaient les dattes, ce qui leur apportait un revenu supplémentaire. La plantation avait poussé dans le désert, véritable oasis financée par la coopération internationale. Grâce à ce projet, la communauté était un peu moins pauvre. Des exemples comme celui-ci, il en existe des milliers dans le monde. La coopération internationale produit des résultats concrets pour des gens qui en ont besoin.

J'ai pris part à plusieurs sessions de négociations internationales à travers le monde, de l'Argentine à la Namibie en passant par Cuba, Genève et Bonn. Le fait d'être Canadien me valait le respect et la considération des Africains, et plus largement des représentants de pays en développement qui voyaient en nous un allié précieux. Le Canada était l'un des pays qui pouvaient jouer le rôle de rassembleur, pour rapprocher le Nord et le Sud, les pays riches et les pays pauvres.

Cette époque est révolue, et comme Canadien je serai désormais perçu comme citoyen d'un pays qui abandonne les plus pauvres de la planète, qui refuse de travailler en équipe, qui tourne le dos au monde.

EN VIDÉO: